Archives du blog

La petite femelle

la-petite-femelle

Titre : La petite femelle
Auteur : Philippe Jaenada
Éditeur : Julliard
Date de publication : 20 août 2015

Synopsis : Au mois de novembre 1953 débute le procès retentissant de Pauline Dubuisson, accusée d’avoir tué de sang-froid son amant. Mais qui est donc cette beauté ravageuse dont la France entière réclame la tête ? Une arriviste froide et calculatrice ? Un monstre de duplicité qui a couché avec les Allemands, a été tondue, avant d’assassiner par jalousie un garçon de bonne famille ? Ou n’est-elle, au contraire, qu’une jeune fille libre qui revendique avant l’heure son émancipation et questionne la place des femmes au sein de la société ? Personne n’a jamais voulu écouter ce qu’elle avait à dire, elle que les soubresauts de l’Histoire ont pourtant broyée sans pitié.

Note 4.0

La première chose que lui inculque le colonel émotif, c’est que la vie est un combat. Même un enfant peut comprendre ça. Et même un enfant, à moins d’être complètement stupide, se doute bien que s’il y a combat, il est préférable de le gagner.

Vivre vite

vivre-vite

Titre : Vivre vite
Auteur : Philippe Besson
Éditeur : Julliard
Date de publication : 2 janvier 2015

Synopsis :  » Regardez-moi bien. Qui sait si je serai encore là demain…  » Aussi célèbre soit-il, James Dean, symbole de la jeunesse éternelle, demeure toujours aussi insaisissable. Vivre vite, roman choral tout en nuances, dresse, à travers la voix de ses proches, le portrait intime d’un garçon de l’Indiana, inconsolable et myope, turbulent mais d’une beauté irrésistible, qui s’est donné à tous, sans jamais appartenir à personne : un acteur incandescent devenu, en trois films et un accident de voiture, une icône intemporelle.

Note 3.5

Jimmy ne parlait pas beaucoup de sa mère… la nuit, il sortait en cachette et allait pleurer sur sa tombe. Il cherchait à comprendre pourquoi elle l’avait laissé. Je crois que, jusqu’à la fin, il a cherché à comprendre.

Echapper

Echapper

Titre : Echapper
Auteur : Lionel Duroy
Éditeur : Julliard
Date de publication : 2 janvier 2015
Récompenses : Coup de Cœur de la 25ème heure du livre du Mans 2015

Synopsis : « Vous me demandez ce que Susanne a de plus que vous, je vais vous le dire : Susanne est en paix avec les hommes, elle ne leur veut aucun mal, elle n’ambitionne pas de me posséder et de m’asservir, elle aime au contraire me savoir libre et vivant pour que je continue d’être heureux et de lui faire l’amour. Longtemps, longtemps. Vous comprenez, ou il faut encore que je vous explique ? »

Note 3.0

Pourquoi écririons-nous si la vie réelle nous satisfaisait ? La vie réelle est affreusement contrariante…elle ne serait pas supportable sans les livres, ceux que nous lisons et ceux que nous écrivons.

Héloïse, ouille !

Héloïse Ouille

Titre : Héloïse, ouille !
Auteur : Jean Teulé
Éditeur : Julliard
Date de publication : 2015 (mars)

Synopsis : À la fin de sa vie, Abélard écrivait à Héloïse : « Tu sais à quelles abjections ma luxure d’alors a conduit nos corps au point qu’aucun respect de la décence ou de Dieu ne me retirait de ce bourbier et que quand, même si ce n’était pas très souvent, tu hésitais, tu tentais de me dissuader, je profitais de ta faiblesse et te contraignais à consentir par des coups. Car je t’étais lié par une appétence si ardente que je faisais passer bien avant Dieu les misérables voluptés si obscènes que j’aurais honte aujourd’hui de nommer. » Depuis quand ne peut-on pas nommer les choses ? Jean Teulé s’y emploie avec gourmandise.

Note 4.0

-Tout comme ça c’est déjà produit à Soissons après le dernier concile il y a huit ans, j’exige de le voir lui aussi brûler sur un bûcher… pour la amour de Dieu, bien sûr !
-Grillé comme un agneau de Pâques ? S’en régale d’avance le président en appétit qui se pourlèche les lèvres. Que vous avez souvent de bonnes idées, abbé de Clairvaux ! Un jour, vous serez canonisé, saint Bernard.

Lire la suite

Le Montespan

Le montespan

Titre : Le Montespan
Auteur : Jean Teulé
Éditeur : Julliard
Date de publication : 2008

Synopsis : Au temps du Roi-Soleil, avoir sa femme dans le lit du monarque était pour les nobles une source de privilèges inépuisable. Le jour où Louis XIV jeta son dévolu sur Mme de Montespan, chacun, à Versailles, félicita le mari de sa bonne fortune. C’était mal connaître Louis-Henri de Pardaillan, marquis de Montespan… Gascon fiévreux et passionnément amoureux de son épouse, Louis-Henri prit très mal la chose. Dès qu’il eut connaissance de son infortune, il orna son carrosse de cornes gigantesques et entreprit de mener une guerre impitoyable contre l’homme qui profanait une union si parfaite. Refusant les honneurs et les prébendes, indifférent aux menaces répétées, aux procès en tous genres, emprisonnements, ruine ou tentatives d’assassinat, il poursuivit de sa haine l’homme le plus puissant de la planète pour tenter de récupérer sa femme…

Note 4.0

Le bruit est pour le fat, la plainte est pour le sot. L’honnête homme trompé par le roi s’éloigne et ne dit mot.

Lire la suite

Sulak

51LCy+7oEXL__SL160_

Titre : Sulak
Auteur : Philippe Jaenada
Éditeur : Julliard
Date de publication : 22 aout 2013
Récompenses : Le Prix d’une Vie, du Parisien Magazine. Le Prix Marguerite Puhl Demange
Le Prix Claude Chabrol. Le Prix des Lycéennes de Elle.

Synopsis : Aucun romancier n’aurait pu inventer un personnage aussi fascinant que celui de Bruno Sulak. Tout au long des années 80, ses braquages audacieux et ses évasions répétées – sans la moindre effusion de sang – ont défrayé la chronique judiciaire. Ancien légionnaire, parachutiste émérite, charmeur, généreux et intègre, follement épris de liberté, Bruno Sulak a marqué les mémoires avec ses casses spectaculaires. Pendant dix ans ce jeune homme a défié les lois de la République, s’est joué du système carcéral, a bravé l’ensemble d’une société contre laquelle il était entré en guerre à forces d’injustices, aux côtés de Steve, son ami et complice, et de Thalie, grande et belle brune, son amour hors la loi. Aussi fulgurante que rocambolesque, son existence s’est achevée sur un point d’interrogation : une mort dans des circonstances obscures qui suscite encore la polémique.

Note 4.5

Regarde devant, ce qu’il te reste à faire, ne regarde jamais derrière.

Bruno Sulak défraya la chronique en devenant l’ennemi public N°1. Braqueur gentleman , « ses exploits » eurent le don de se mettre toutes les polices à dos, tandis que son parcours atypique lui valait une certaine sympathie. Aucun de ses nombreux braquages ne fit couler le sang.

Lire la suite

Vertiges

9782260021148

Titre : Vertiges
Auteur : Lionel Duroy
Éditeur : Julliard
Date de publication : 22 aout 2013

Synopsis : Comme il l’avait si bien réussi dans Le Chagrin, Lionel Duroy nous entraîne de nouveau dans les méandres des sentiments humains les plus secrets et s’interroge cette fois sur l’incapacité de son héros à réussir sa vie sentimentale. Qu’est-ce qu’aimer ? Telle est la question.

Note 4.0

Pourquoi est-ce qu’en présence des enfants, depuis que Cécile n’est plus là, j’ai le sentiment de trembler sans cesse ? Est-ce que tous les hommes divorcés tremblent les week-ends ou ils se retrouvent seuls avec leurs enfants ?

Une plongée dans les abysses du sentiment amoureux. Lionel Duroy continue livre après livre de mettre en scène sa vie sentimentale et personnelle.

Lire la suite

Je, François Villon

41EE7W1ESFL__

Titre : Je, François Villon
Auteur : Jean Teulé
Éditeur : Julliard / Pocket
Date de publication : 2 mars 2006

Synopsis : Il est peut-être né le jour de la mort de Jeanne d’Arc. On a pendu son père et supplicié sa mère. Il a appris le grec et le latin à l’université de Paris. Il a joui, menti, volé dès son plus jeune âge. Il a fréquenté les miséreux et les nantis, les étudiants, les curés, les protituées, les assassins, les poètes et les rois. Aucun sentiment humain ne lui était étranger. Des plus sublimes aux plus atroces, il a commis tous les actes qu’un homme peut commettre. Il a traversé comme un météore trente années de l’histoire de son temps et a disparu un matin sur la route d’Orléans. Il a donné au monde des poèmes puissants et mystérieux, et ouvert cette voie somptueuse qu’emprunteront à sa suite tous les autres poètes : l’absolue liberté.

Note 4.0

-« Un voleur est un « vendangeur », « un bleffeur » truande au jeu, un « envoyeur » est un meurtrier. Faudra que tu choisisses ta spécialité.
-Poète.
-Ah oui, c’est vrai. Toi, c’est particulier… »

Le plus grand poète du moyen-âge aura brulé sa vie à toute vitesse.

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :