Archives du blog

Last Hero Inuyashiki, tome 1

Titre : Last Hero Inuyashiki
Série : Last Hero Inuyashiki, tome 1
Auteur : Hiroya Oku
Éditeur : Ki-Oon
Date de publication : 2015 (septembre)

Synopsis : À 58 ans, Ichiro Inuyashiki est loin d’être un modèle pour ses enfants. Vieux avant l’âge, méprisé de tous, il a vécu toute sa vie en employé de bureau minable et n’a pour toute amie que sa chienne Hanako. Comme si cela ne suffisait pas, on lui diagnostique un cancer en phase terminale lors d’un examen de routine… C’en est trop pour le pauvre vieillard. Alors qu’il pleure de désespoir dans un parc en pleine nuit, une lumière aveuglante apparaît… et c’est l’impact !

Note 4.0

Bon, c’est décidé, à partir d’aujourd’hui, je vais sauver autant de vies que possible. Ce sera la preuve… Que je suis encore humain.

Hiroya Oku est le papa de Gantz, manga de science-fiction qui fit couler pas mal d’encre il y a de cela quelques années. Gantz, ultra violent, soit on a adoré, soit on a trouvé cela sans intérêt. A l’époque, je penchai plutôt pour la seconde option et ne suis pas allé au bout. C’est pour cette raison sans doute que je n’eus pas vent de la sortie du premier volume de Last Hero Inayushiki à l’été 2015. La sélection du FIBD d’Angoulême de cette année me mit la puce à l’oreille, le sixième volume étant, en effet, en compétition. Même s’il ne fut pas récompensé, je décidai de me lancer dans l’aventure.

Résultat de recherche d'images pour "last hero inuyashiki 1"

Lire la suite

Zapping ciné février 2017

Allez un petit zapping ciné, pour vous donner (ou pas…) envie d’aller au ciné ce week-end. Bonne séance !

Rock N’ Roll

rockn-roll

Avec « Rock n’ roll », Canet nous offre un film drôlissime, les scènes s’enchainent avec un humour et un sens de la dérision assumés. Pétage de plomb, crise de la quarantaine, comment accepter (ou pas) le poids des années, le quotidien d’acteurs adulés… : autant de thèmes que Guillaume Canet s’amuse à dynamiter avec délectation avec toute une bande d’acteurs épatants. On rit volontiers au culot et à l’originalité du projet : un gros délire bien au dessus des comédies habituelles, c’est assez rare pour être mis en avant. A voir, assurément !

Note 4.0

 

Dans la forêt

dans_la_foret

Mélangeant habilement les peurs enfantines et la possible folie d’un père, Gilles Marchand réussit à installer un inconfort et une angoisse sous-jacente sans le moindre effet. En faisant de la forêt un personnage à part entière, il renforce l’inquiétude grandissante des enfants. Jérémie Elkaim, dans un rôle à contre emploi, est remarquable et le jeune Timothé Vom Dorp, avec sa tête d’ange boudeur, est au diapason. »Dans la forêt » ne laisse pas indifférent.

Note 3.0
 

Moonlight

moonlight

Un très beau portrait à trois âges différents d’un jeune noir américain qui découvre son homosexualité, entre une mère junkie et sa difficulté à trouver sa place dans un quartier dit sensible. Remarquablement mis en scène et photographié, « Moonlight » de Barry Jenkins est un vrai bonheur de cinéma. Le film, sans maniérisme ni sensiblerie, réussit parfaitement le pari sur un sujet difficile et les acteurs sont tous remarquables. Du grand cinéma !

Note 4.0
 

Silence

silence

Jusqu’où peut-on accepter la souffrance ? Simple mortel, comment transmettre la foi catholique alors que la reconnaître est signe de mort ?
Le calvaire du père Rodrigues et des chrétiens dans un Japon où dévoiler sa foi est signe d’atroces représailles de l’inquisition ne laisse pas indifférent. Si le film pourra paraître long (plus de 2h 40), Scorsese s’interroge sur le sujet avec le talent qu’on lui connaît. Les scènes de tortures physiques et morales sont éprouvantes, mais Scorsese est une nouvelle fois un phénoménal réalisateur, posant son regard sur des questions existentielles et témoignant que la folie des hommes au nom des religions est d’une noirceur extrême. Encore un grand Scorsese.

Note 4.0
 

American Honey

american-honey

American Honey montre une Amérique des laissés pour compte. Tout dans ce film est laid (ou presque) : personnages survolés et peu attachants, scènes qui provoquent ennui et/ou malaise. Andrea Arnold ne ménage pas le spectateur et cette Amérique de ploucs, vulgaires, décérébrés laisse l’émotion constamment au bord de la route. Ajoutez à cela une durée de 2h43, ce road trip est interminable et terriblement décevant. Prix du Jury à Cannes !

Note 2.0

L’homme qui mit fin à l’histoire

lhomme-qui-mit-fin-a-lhistoire

Titre : L’homme qui mit fin à l’histoire
Auteur : Ken Liu
Éditeur : Le Bélial’ (collection Une heure -lumière)
Date de publication : 2016 (août)

Synopsis : Deux scientifiques mettent au point un procédé révolutionnaire permettant de retourner dans le passé. Une seule et unique fois par période visitée, pour une seule et unique personne, et sans aucune possibilité pour l’observateur d’interférer avec l’objet de son observation. Une révolution qui promet la vérité sur les périodes les plus obscures de l’histoire humaine. Plus de mensonges. Plus de secrets d’État. Créée en 1932 sous mandat impérial japonais, dirigée par le général Shiro Ishii, l’Unité 731 se livra à l’expérimentation humaine à grande échelle dans la province chinoise du Mandchoukouo, entre 1936 et 1945, provoquant la mort de près d’un demi-million de personnes… L’Unité 731, à peine reconnue par le gouvernement japonais en 2002, passée sous silence par les forces d’occupation américaines pendant des années, est la première cible de cette invention révolutionnaire. La vérité à tout prix. Quitte à mettre fin à l’Histoire.

Note 4.5

Le fait que nous ne détenions jamais un savoir total idéal, ne nous absout en rien du devoir moral qui nous incombe de prononcer un jugement et de prendre position à l’encontre du mal.

Lire la suite

Tu ne tueras point

tu-ne-tueras-point

Titre : Tu ne tueras point
Scénario : Robert Schenkkan et Andrew Knight
Réalisateur : Mel Gibson
Acteurs principaux : Avec Andrew Garfield, Vince Vaughn, Sam Worthington, Teresa Palmer, Hugo Weaving, Luke Bracey
Date de sortie française : 9 novembre 2016

Synopsis : Quand la Seconde Guerre mondiale a éclaté, Desmond, un jeune américain, s’est retrouvé confronté à un dilemme : comme n’importe lequel de ses compatriotes, il voulait servir son pays, mais la violence était incompatible avec ses croyances et ses principes moraux. Il s’opposait ne serait-ce qu’à tenir une arme et refusait d’autant plus de tuer. Il s’engagea tout de même dans l’infanterie comme médecin. Son refus d’infléchir ses convictions lui valut d’être rudement mené par ses camarades et sa hiérarchie, mais c’est armé de sa seule foi qu’il est entré dans l’enfer de la guerre pour en devenir l’un des plus grands héros. Lors de la bataille d’Okinawa sur l’imprenable falaise de Maeda, il a réussi à sauver des dizaines de vies seul sous le feu de l’ennemi, ramenant en sureté, du champ de bataille, un à un les soldats blessés.

Note 2.5

-Pourquoi ce retard, capitaine ?
-On attend
-Vous attendez quoi ?
-Le soldat Ross »

Zapping ciné novembre 2016

Silence on zappe ! Lire la suite

La voie du sabre, tome 2 : Les braises de l’enseignement

501 LA VOIE DU SABRE T02[BD].indd

Titre : Les braises de l’enseignement
Série : La voie du sabre, tome 2
Scénariste : Mathieu Mariolle
Dessinateur : Federico Ferniani
Éditeur : Glénat
Date de publication : 2015 (novembre)

Synopsis : À l’issue de la sanglante bataille des îles de Kido qui voit la défaite des troupes de son père, le jeune Mikédi poursuit sa formation auprès du maître sabreur Miyamoto Musashi. Et parce qu’un bon guerrier ne peut se réduire à sa seule force, Mikédi va parfaire son apprentissage au palais des saveurs. Ici, 2 ans sans son maître, il apprend l’humilité en pratiquant toutes sortes de tâches ingrates, avant de s’aventurer dans la Pagode des plaisirs… Là, des dizaines de somptueuses créatures lui apprendront un autre art fondamental : celui de l’amour. Le but secret de cet étrange enseignement : cultiver ses 5 sens. À l’issue de ce parcours initiatique, Mikédi va-t-il finalement devenir le guerrier digne de séduire la fille de l’impératrice ?

Note 4.0

Mon maître m’avait déjà prévenu : l’homme qui ne sait rien de la vie et de ses plaisirs ne peut se battre pour les défendre. Il me faudrait donc en découvrir tous leurs trésors

Lire la suite

Un été au Kansai

Un été au Kansai

Titre : Un été au Kansai
Auteur : Romain Slocombe
Éditeur : Editions Arthaud
Date de publication : 2 septembre 2015

Synopsis : En ces splendides jours d’été, comment imaginer qu’au-delà de l’horizon si bleu et calme, les flots sont souillés d’huile et de sang, les avions piquent et explosent, les corps noircis de mazout dérivent jusqu’aux plages paradisiaques pour y finir rongés par les crabes ?? »Friedrich Kessler a vingt-quatre ans lorsqu’il débarque au Japon en 1941, nommé à l’ambassade du Reich. Sa carrière de diplomate lui a évité d’être enrôlé dans l’armée. Amateur de jazz et des récits des Mille et Une Nuits, Kessler a voulu partir le plus loin possible? Les femmes s’intéressent à ce rêveur ; que ce soit la robuste Helma, épouse délaissée de l’ambassadeur, ou la jolie Hiltraud que ses collègues surnomment l’« infirmière SS ». Mais les combats se rapprochent : Berlin, où vit la soeur de Friedrich, est déjà sous les bombes, Tokyo va brûler à son tour lors des grands raids américains du printemps 1945.Portrait tragique d’une civilisation menée au désastre par le fanatisme de ses dirigeants, voyage initiatique d’un Occidental épris d’art et de philosophie, Un été au Kansai donne la parole aux vaincus de la Seconde Guerre mondiale, et nous interroge sur la possibilité du bonheur et du progrès dans un monde au bord de l’apocalypse.

Note 4.5

Les aviateurs avaient-ils conscience que les créatures peuplant le monde en dessous d’eux appartenaient elles aussi à l’humanité ?

Les neiges de l’éternel

Les neiges de l'éternel

Titre : Les neiges de l’éternel
Auteur : Claire Krust
Éditeur : ActuSF (fiche officielle)
Date de publication : 2015 (août)

Synopsis : Dans un Japon féodal fantasmé, cinq personnages racontent à leur manière la déchéance d’une famille noble. Cinq récits brutaux qui voient éclore le désespoir d’une jeune fille, la folie d’un fantôme centenaire, les rêves d’une jolie courtisane, l’intrépidité d’un garçon inconscient et le désir de liberté d’un guérisseur. Le tout sous l’égide de l’hiver qui s’en revient encore. Jeune lilloise, étudiante en métiers de la rédaction, Claire Krust signe ici un premier roman envoûtant, cruel et poétique.

Note 4.0

Lire la suite

Quand Babelio rencontre les éditions Ofelbe

Une nouvelle fois, Babelio nous offre une interview d’éditeur et ce sont, ce coup-ci, les éditions Ofelbe qui s’y collent et nous font découvrir de la littérature un peu inhabituelle…

Le blog de Babelio

Dans le cadre de notre série d’entretiens avec des éditeurs, nous avons posé quelques questions à Louis-Baptiste Huchez, directeur de collection des éditions Ofelbe.

Jeune maison créée en 2014, Ofelbe est spécialisé dans l’édition de light novels et cherche à ouvrir le grand public européen à ce genre si populaire en Asie. La maison est partenaire des éditions Ototo dont elle publie la version light novel de certains de leurs mangas. A l’heure actuelle, trois licences sont actuellement publiées par Ofelbe. Rencontre avec ces nouveau-nés de l’édition française.

1797596_1474107486137763_791704017_n

Ofelbe est spécialisée dans l’édition de light novel. Pourriez-vous nous expliquer précisément de quoi il s’agit ?

Au Japon, où il est né, le light novel est une littérature jeune adulte, destiné aux lecteurs de 10 à 25 ans environ. Évoluant très souvent dans un univers fantastique, les personnages sont généralement de l’âge de la cible du roman afin de permettre…

View original post 2 708 mots de plus

L’énigme du cadran solaire

L'énigme du cadran solaire

Titre : L’énigme du cadran solaire
Auteur : Mary Gentle
Éditeur : Denoël / Folio SF
Date de publication : 2007 / 2011

Synopsis : Obéissant à un ordre de Marie de Médicis, sacrée la veille, le maître espion de Sully, Valentin Raoul Rochefort, organise l’assassinat d’Henri IV mais, ne tenant guère à ce que le projet aboutisse, il confie la tâche à un ancien instituteur de province un peu illuminé. Malheureusement, le 14 mai 1610, l’instituteur François Ravaillac profite d’un embouteillage dans les rues de Paris pour poignarder mortellement le roi. Condamné à l’exil, Rochefort se rend en Angleterre où, dès son arrivée, Robert Fludd, un disciple de Giordano Bruno, le charge d’assassiner un autre roi, Jacques Stuart.

Note 4.0

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :