Archives du blog

Superman Rebirth, tome 1 : Le Fils de Superman

Titre : Le Fils de Superman
Série : Superman Rebirth, tome 1
Scénaristes : Patrick Gleason, Peter Tomasi
Dessinateurs : Patrick Gleason, Doug Mahnke
Éditeur : Urban Comics
Date de publication : 7 juillet 2017

Synopsis : À la mort du Superman de la Renaissance, l’esprit de vérité et de justice qu’il représentait a semblé disparaître avec lui. Mais un Homme d’Acier bien plus aguerri restait à l’affût, opérant dans l’ombre. Et il est grand temps pour ce protecteur d’une Metropolis parallèle de reprendre le flambeau, car l’Eradicator est en route pour la Terre, et aucune forme de vie ne semble pouvoir lui résister…

– Mais c’est quoi ce tee-shirt?
– Cool non? Je l’ai trouvé dans une friperie de la ville avec maman. Y a le « S » et tout dessus.
– Je vois ça. Tu portes l’emblème pour être qui? Superboy ?
– Non. Des tas de gens portent le symbole de Wonder Woman, voire de Batman…
– Je voulais simplement me sentir « super », comme toi.

Parmi toute la pléiade de Comics DC qui ont commencé à rejoindre les étals de nos librairies préférées, il est à mon sens un point positif commun sur lequel on peut s’accorder: tous ont la bonne idée de nous attirer par de superbes couvertures. Tous? Non, parce que Superman Rebirth, si l’on se fie à ce seul premier aperçu, déçoit. Urban Comics a décidé d’y mettre en avant un personnage que nul ne connaît, même si l’on comprend évidemment au premier coup d’oeil de qui il va s’agir par la suite. Bref, l’attrait n’est pas si fort que pour les autres héros de Rebirth. C’est dommage, d’autant plus que ce premier volume des nouvelles aventures de Superman est de loin le meilleur de ce nouveau reboot jusqu’ici. Ce n’était pourtant pas gagné d’avance.


Lire la suite

Quinze rounds

Quinze roundsTitre : Quinze rounds
Auteur : Richard Bohringer
Éditeur : J’ai Lu
Date de publication : 10 mai 2017

Synopsis : « J’ai passé ma vie sur la route. Tout seul. Avec la blonde. Avec mes fils, avec la musique, avec mes filles. Des milliers et des milliers de kilomètres. Coureur de savanes, enjambeur d’océans. T’as trop couru, t’’as le souffle court. Les hanches, ça va toujours. Même si elles servent plus à grand-chose, elles ont le tempo pour écrire. Voilà ce que je ramène. Quinze rounds. Celui qui clôt. Qui ferme le rideau. » De l’’enfance aux frasques de la jeunesse, des premiers rôles aux succès qui ont jalonné sa carrière, de la découverte de l’Afrique à la passion de l’écriture, Richard Bohringer se raconte dans ce récit au style enfiévré, au rythme syncopé. Tour à tour fulgurant et émouvant, entre coups de blues et coups de cœur, Quinze rounds est un combat qui se livre sous nos yeux en même temps qu’une déclaration d’amour à la vie.

Note 4.0
 
Coup de coeur

Ma vie fut multicolore, multicoque. J’ai coulé corps et âme mille fois. J’ai raclé le fond. Je l’ai peint de mon sang, mais grâce au cinéma, à certains rôles, je suis remonté souvent. Cette fois-ci, c’est le dernier round. Le plus dur. J’ai trop voyagé ailleurs, j’ai trop vécu. Je n’ai pas pu rester sage. Il fallait que je vive pour dégueuler l’acteur. Ce métier ne pouvait calmer ma fureur de mourir. Il exacerbait mes cauchemars. Partir en vrille pour disparaître.

Saga, tome 7

Titre : Saga, tome 7
Série : Saga, tome 7
Scénariste : Brian K. Vaughan
Dessinatrice : Fiona Staples
Éditeur : Urban Comics (Urban Indies) [fiche officielle]
Date de publication : 19 mai 2017 (2016 en VO chez Image Comics)

Synopsis : Pour la première fois depuis longtemps, Alana, Marko et Hazel sont de nouveau réunis. À leurs côtés, le prince Robot cherche désespérément son fils, retenu par le Testament, et Petrichor, tout juste évadé des geôles de la Révolution, espère débuter une vie nouvelle loin des préjugés. En attendant, une panne de carburant contraint la petite équipe à se poser d’urgence sur la planète Phang, un territoire en pleine guerre civile.
Contient : Saga #37-42.

[Prince Robot :] Comme disait ma mère : « Les gosses, quelle plaie. »
[Izabel :] Sauf ton respect, la Reine Robot m’a l’air d’une connasse.
[Prince Robot :] Un jugement passible de mort mais juste.

Et on est reparti pour une nouvelle aventure dans la série Saga, de Fiona Staples et Brian K. Vaughan !

Lire la suite

Zapping ciné mai 2017

,Silence on zappe !

Un petit tour vers les salles obscures ce week-end ? Voici quelques idées de films à voir (ou pas…).

Lire la suite

L’Adoption, tome 1 : Qinaya

Résultat de recherche d'images pour "l'adoption qinaya"

Titre : Qinaya
Série : L’Adoption, tome 1
Auteur : Zidrou
Dessinateur: Monin
Éditeur : Grand Angle
Date de publication : 4 mai 2016

Synopsis : Lorsque Qinaya, une orpheline péruvienne de 4 ans, est adoptée par une famille française, c’est la vie de tous qui est chamboulée. Mais pour Gabriel, ce sera encore plus compliqué : il lui faudra apprendre à devenir grand-père, lui qui n’a jamais pris le temps d’être père. Des premiers contacts un rien distants aux moments partagés, Gabriel et Qinaya vont peu à peu nouer des liens que même le vieux bourru était loin d’imaginer.

-Tu aurais pu au moins lui donner un bisou !
-Un baiser de plus et elle nous faisait une overdose la petite.
-Tu avoueras quand même qu’elle est mignonne comme un coeur.
-On voit bien que tu n’as jamais vu de coeur de près ma chérie ! Parole de boucher !

Avec pas moins d’une demi-douzaine de BD publiées ces derniers mois, Zidrou fait sans conteste partie des scénaristes les plus prolifiques du moment. Devant une telle intensité de publication, on ne peut que légitimement se demander s’il est possible d’allier qualité et quantité. L’Adoption étant le premier ouvrage de Zidrou sur lequel je pose mes yeux, je ne peux juger de l’ensemble de son œuvre, mais cette découverte est de bon augure.

Lire la suite

Last Hero Inuyashiki, tome 1

Titre : Last Hero Inuyashiki
Série : Last Hero Inuyashiki, tome 1
Auteur : Hiroya Oku
Éditeur : Ki-Oon
Date de publication : 2015 (septembre)

Synopsis : À 58 ans, Ichiro Inuyashiki est loin d’être un modèle pour ses enfants. Vieux avant l’âge, méprisé de tous, il a vécu toute sa vie en employé de bureau minable et n’a pour toute amie que sa chienne Hanako. Comme si cela ne suffisait pas, on lui diagnostique un cancer en phase terminale lors d’un examen de routine… C’en est trop pour le pauvre vieillard. Alors qu’il pleure de désespoir dans un parc en pleine nuit, une lumière aveuglante apparaît… et c’est l’impact !

Note 4.0

Bon, c’est décidé, à partir d’aujourd’hui, je vais sauver autant de vies que possible. Ce sera la preuve… Que je suis encore humain.

Hiroya Oku est le papa de Gantz, manga de science-fiction qui fit couler pas mal d’encre il y a de cela quelques années. Gantz, ultra violent, soit on a adoré, soit on a trouvé cela sans intérêt. A l’époque, je penchai plutôt pour la seconde option et ne suis pas allé au bout. C’est pour cette raison sans doute que je n’eus pas vent de la sortie du premier volume de Last Hero Inayushiki à l’été 2015. La sélection du FIBD d’Angoulême de cette année me mit la puce à l’oreille, le sixième volume étant, en effet, en compétition. Même s’il ne fut pas récompensé, je décidai de me lancer dans l’aventure.

Résultat de recherche d'images pour "last hero inuyashiki 1"

Lire la suite

Saga, tome 6

saga-6

Titre : Saga 6
Série : Saga, tome 6
Scénariste : Brian Vaughan
Dessinateur : Fiona Staples
Éditeur : Urban Comics
Date de publication : 2016 (octobre)

Synopsis : Réunis pour finalement voir leur fille kidnappée par des membres de la Dernière Révolution, Marko et Alana sont sous le choc. Ils ignorent tout de leurs intentions envers Hazel et du lieu où est elle se trouve actuellement. Le Testament, de son côté, se remet progressivement sur pied grâce aux efforts conjoints de Gwendoline et Sophie, non sans pleurer la mort de sa soeur La Marque. En somme, une « résurrection » dont le mercenaire se serait bien passé…

Note 4.0

Rien ne fait plus vite grandir un enfant que la guerre…

Lire la suite

Les Océans stellaires

les-oceans-stellaires

Titre : Les Océans stellaires
Auteur : Loïc Henry
Éditeur : Scrinéo (Space opera) [fiche officielle]
Date de publication : 3 octobre 2016

Synopsis : Encouragée par ses premiers succès, Luu Ly cherche une nouvelle planète à explorer. Son objectif ? Trouver des Seuils, ces passages interplanétaires cachés au fond des mers, et les vendre à prix d’or à la Fédération ou à ses adversaires, la Ligue et l’Empire. Pourtant, elle est loin d’imaginer les conséquences de sa prochaine exploration !
Psycho-éthologue de la Fédération, Stella est en état d’alerte : une jeune explo vient de faire une découverte majeure. Les bases de l’exploration spatiale pourraient en être bouleversées.
Dans la partie qui s’engage, et dont l’enjeu n’est rien moins que l’avenir de l’humanité, un dirigeant de la Fédération dévoré d’ambition, un généticien avide de vengeance, un couple d’explorateurs mystérieux et deux petits prodiges aux ressources surprenantes vont jouer leur propre partition.
Et si certains d’entre eux partageaient sans le savoir un secret ancien ?

Note 3.0

Même les plus sanglants dictateurs affirment n’agir que pour leur planète, leur peuple ou le bien de l’humanité. Sont-ils menteurs ou mythomanes ?

C’est toujours intéressant de découvrir comment s’organise une nouvelle collection. Avec Les Océans stellaires, de Loïc Henry (qui s’est fait connaître d’abord avec le roman Loar), ce sont les éditions Scrinéo qui en lancent une, orientée vers le space opera et portée par les illustrations de couverture toujours très chatoyantes de Benjamin Carré.

Lire la suite

L’assassin royal, tome 17 : Le retour de l’assassin

le-fou-et-lassassin-tome-4

Titre : Le retour de l’assassin
Cycle : L’assassin royal, tome 17
Auteur : Robin Hobb
Éditeur : Pygmalion
Date de publication : 2016 (décembre)

Synopsis : Affaibli par le poids des années, FitzChevalerie cherche un moyen de secourir la dernière personne qui semble avoir encore besoin de lui en ce monde. Malgré l’envie du Fou d’aider son vieil ami à poursuivre les ravisseurs d’Abeille, son état de santé lui interdit tout nouveau danger. Et aujourd’hui connu de tous à la cour, le noble lignage de Fitz ne lui permet plus la liberté dont il jouissait autrefois. En dépit de ces difficultés, il lui faudra se conformer aux ordres du roi ou subir les conséquences de ses actes pour mener à bien sa mission, qui sera peut-être la dernière… Partagé entre tristesse, haine et faiblesse, Fitz doit à nouveau emprunter les piliers d’Art et rattraper coûte que coûte Dwalia et ses sbires. Aura-t-il la force de recouvrer ses anciens talents d’assassin, d’accomplir sa quête, pour son vieil ami et sa fille ?

Note 4.0

L’assassin royal est l’arme de la couronne, que le roi ou la reine Loinvoyant emploie à sa convenance. Quand l’assassin est appelé à entrer en scène par celui ou celle qui le gouverne, sa volonté est mise en suspens ; il ou elle a autant et aussi peu de pouvoir qu’un pion sur un tissu de jeu : il ou elle va, agit, puis en a fini, sans porter de jugement ni assouvir sa vengeance. Ce qu’accomplit la main de l’assassin royal n’est pas un meurtre mais une exécution. L’épée n’est jamais coupable.

Lire la suite

Jamais je n’aurai 20 ans

jamais-je-naurai-20-ans

Titre : Jamais je n’aurai 20 ans
Scénariste et dessinateur : Jaime Martin
Éditeur : Aire Libre
Date de publication : 2016 (septembre)

Synopsis : 18 juillet 1936 : le jeune gouvernement espagnol des républicains, issu de l’alliance des partis de gauche, est renversé par les troupes du général Franco, plongeant le pays dans trois années de guerre civile puis presque quarante de dictature répressive.
Pour Isabel, courageuse couturière, ce sera également le début d’une vie nouvelle, faite de lutte et de résistance. Proche du syndicat anarchiste CNT qu’elle a rejoint quelques mois auparavant, elle va devoir prendre la fuite au côté de son futur mari, Jaime, l’un des leaders de leur cellule locale.
Après « Les guerres silencieuses », au sein desquelles Jaime Martin se penchait sur la jeunesse de son père au cœur de la décolonisation espagnole, c’est maintenant à la jeunesse de ses grands-parents qu’il dédie ce dense roman graphique.

Note 4.0

Nous n’avions eu besoin de rien dire. A cet instant nous avons compris que la guerre était perdue. Que les démocraties nous avaient abandonnés, que le capitalisme s’était allié au fascisme parce que ce sont deux faces d’une même pièce.

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :