Archives du blog

Joseph Carey Merrick

Joseph Carey Merrick

Titre : Joseph Carey Merrick
Scénaristes : Denis Van Pottelberghe et Serge Perrotin
Dessinateur et coloriste : Denis Van Pottelberghe et Thierry Faymonville
Éditeur : Sandawe
Date de publication : 2013

Synopsis : La première biographie en bande dessinée d’un personnage hors du commun. Une histoire authentique, basée sur une documentation précise et rigoureuse : voici la véritable histoire de Elephant Man.

Note 3.5

Peu importe la chair. Si en tant que spécimen humain, Joseph Merrick était ignoble, son esprit était d’une beauté que peu possèdent… et qu’auraient pu lui envier tous ceux qui l’ont méprisé…

Lire la suite

Zoulou Kingdom

Zoulou kingdom

Titre : Zoulou Kingdom
Auteur : Christophe Lambert
Éditeur : Fleuve noir / Pocket
Date de publication : 2007 / 2008

Synopsis : Au début de l’année 1879, l’armée britannique stationnée en Afrique du Sud s’apprête à envahir le Zoulouland, gouverné par le roi Cetshwayo, et n’attend plus qu’un ordre pour franchir le fleuve qui sépare les deux nations. Mais c’est compter sans la puissante magie aux mains du grand sorcier Mpande : quarante mille Zoulous déferlent bientôt sur Londres, comme une armée de spectres surgissant de la brume ! Et au milieu du chaos, une âme noire comme la nuit rôde dans les rues de la ville à la recherche de nouvelles proies…

Note 3.5

L’Afrique s’impose avec la force de l’évidence, par tous les pores de votre peau. Il y a quelque chose de primordiale en elle. Si « l’enfance est le matin de l’homme », alors on peut affirmer sans crainte que l’Afrique est le matin du monde.

Lire la suite

Ganesha, Mémoires de l’homme-éléphant

Ganesha, mémoires de l'homme-éléphant

Titre : Ganesha : Mémoires de l’homme-éléphant
Auteur : Xavier Mauméjean
Éditeur : Mnémos
Date de publication : 2007

Synopsis : Londres, fin du XIXe siècle. Qui est réellement Joseph Merrick, celui qu’on surnomme « l’Homme-Elephant » ? Homme ou bête ? Monstre de foire ou curiosité scientifique ? Une simple anomalie de la nature ou… un dieu ? Lorsqu’il rédige ses « Mémoires », il n’a pas trente ans et réside depuis quelque temps à l’hôpital de Whitechapel sous la protection du médecin Frederick Treves. Un refuge qui lui permet d’observer les splendeurs et les misères de la capitale, et de mener l’enquête : quatre affaires, précisément, soit autant que de saisons dans une année. De leur résolution dépendra peut-être plus que son destin, car « le monde s’efface dans les rêves de l’éléphant… »

Note 4.0

La perfection du jardin anglais réside dans l’absence apparente de composition et de structure. Le jardin s’oublie comme tel et s’efface devant la Nature. Étrange modestie d’Albion qui marque de sa puissance les contrées reculées, asservit les peuples, et recule chez elle devant la fleur des champs.

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :