Archives du blog

Zapping ciné juin 2017 (ter)

Silence on zappe !

Qu’est ce qu’il fait bon dans les salles de cinéma avec cette canicule ! Voilà de quoi vous rafraichir en y ajoutant du plaisir !

 

Ava

Ava

Ava va bientôt perdre la vue. Plutôt que de se morfondre, sa mère excentrique et légère l’embarque à la mer. Elle s’ouvre à la découverte de la sexualité avec un jeune marginalisé. Film cru, où soleil et ombre se télescopent comme pour prévenir Ava de l’imminence de son handicap. Une mise en scène inventive, une musique envoutante, une jeune révélation épatante (Noée Abita). Ava est un premier film lumineux, parfois onirique, pas forcément facile mais qui révèle aussi une bien belle réalisatrice.

Note 3.5

Lire la suite

Zapping ciné juin 2017 (bis)

Silence on zappe !

Voici quelques avis de cinéma, si le cœur vous en dit.

Lire la suite

Zapping ciné juin 2017

Silence on zappe !

Quelques idées ciné pour ce week-end de la Pentecôte… où il est beaucoup question d’amants… (l’été sera t-il chaud ?)

Lire la suite

Zapping ciné mai 2017 (ter)

Silence on zappe !

Un cinéma pour ce week-end ! Voici quelques avis, si le cœur vous en dit.

 

Adieu Mandalay 

Adieu Mandalay

Liangqing et Guo, deux jeunes Birmans, tentent une nouvelle vie à Bangkok, mais alors que Liangging veut régulariser sa situation, Guo n’est pas du même avis. Drame de l’immigration clandestine, quotidien de ces jeunes qui veulent travailler sans la crainte d’être dénoncé et/ou arrêté… : Midi Z réussit un film puissant, évitant toute la sensiblerie que le sujet pouvait laisser craindre. Son sens de la mise en scène fait merveille, les scènes dans l’usine filmées quasiment comme un documentaire renforcent la puissance du récit jusqu’à un dénouement qui vous laisse KO. Wu Ke-Xi en femme au caractère fort et indépendante est remarquable. A voir.

Note 3.5

 

Les fantômes d’Ismael

Les fantomes d'Ismael

Quelle déception ! Alors que les critiques presse déroulent le tapis rouge au dernier film d’Arnaud Desplechin, moi, humble et inconnu spectateur me demande bien pourquoi ? En effet pourquoi autant d’éloges à un réalisateur qui se regarde constamment le nombril, et ne nous montre que des personnages bien peu crédibles ? Desplechin nous conte deux histoires, celle d’Ismael et celle d’un film que lui-même tourne. Deux histoires croisées pour raconter la solitude, l’abandon, l’amour, la création, la souffrance de la création. Tout ça est recouvert d’un pseudo regard intellectualisé, (« forcément vous n’aimez pas car vous n’avez pas ma vue d’esprit »…). Franchement quel gâchis, AUCUNE empathie pour les personnages, dialogues insipides, histoire volontairement foutraque qui n’arrive jamais à nous émouvoir et à avoir un semblant d’intérêt. Desplechin veut mélanger les genres, pourquoi pas ! Encore faut-il un minimum de cohérence, et là, malheureusement, ça devient très vite navrant (voir la scène entre Amalric et Girardot). On est bien triste de voir deux grandes actrices tenter d’éviter le naufrage mais leurs personnages est à l’image du film, prétentieux et vain. Y a t’il encore un spectateur dans la salle ?

Note 1.5

 

Cinéma, mon amour

CINEMA MON AMOUR

Un documentaire touchant sur la foi d’un homme amoureux de cinéma et qui, tel un Don Quichotte contre les moulins à vent, tente de garder en vie la salle de cinéma qu’il dirige malgré une hausse incroyable des fermetures de salles en Roumanie. Alexander Belc filme ce formidable personnage engagé qu’est Victor Purice qui, à lui seul, rend ce documentaire intéressant et attachant.

Note 3.0

Zapping ciné mai 2017 (bis)

 

Quatre avis pour vos sorties ciné de ce weekend : bonnes séances !

Lire la suite

Zapping ciné mai 2017

,Silence on zappe !

Un petit tour vers les salles obscures ce week-end ? Voici quelques idées de films à voir (ou pas…).

Lire la suite

Zapping ciné avril 2017 (ter)

Silence on zappe !

Si vous ne partez pas vous ressourcer entre ce deuxième tour présidentiel rude pour nos nerfs, évadez-vous au cinéma ! Voici quelques avis de votre serviteur.

 

Les initiés

Les initiés

Un sujet tabou, l’homosexualité en Afrique du Sud, est le fil conducteur de ce premier film. Une réflexion aussi sur la place de l’homme dans une société qui refuse toute autre sexualité que celle d’être hétéro. Trengove filme les rapports au plus près des corps avec une forme de brutalité comme si, malgré leur désir, l’acte se devait d’être viril, sans la moindre tendresse. Remarquablement dirigé, « Les initiés » propose une réflexion intéressante sur la place des homosexuels dans une société repliée sur la « normalité » hétéro. Jusqu’à une fin violente et radicale. Après « Moonlight » un nouveau film fort et prenant.

Note 3.5

 

Lire la suite

Zapping ciné avril 2017 (bis)

Silence on zappe !

Trois propositions à découvrir au ciné, si le cœur vous en dit !

Orpheline

Orpheline

Orpheline est un film qui ne laisse pas indifférent. Il pourra irriter tant le réalisateur filme au plus près cette femme, comme un objet sexuel ou maternel, mais, Arnaud des Pallières s’appuie aussi sur un puissant scénario qu’il mène parfaitement grâce à un montage d’une grande efficacité. Et puis, il y a ces magnifiques actrices qui nous bouleversent tour à tour, Adèle Haenel, Solène Rigot et Adèle Exarchopoulos : elles portent le film avec un talent fou. Rien que pour elles (et pour la force de son récit), « Orpheline » est un très beau film.

Note 4.0

 

Lire la suite

Zapping ciné avril 2017

Silence on zappe !

Un week-end de trois jours ! Voici trois propositions pour passer un bon moment au cinéma.

 

Corporate

Corporate

La souffrance au travail qui mène au drame, le mépris de dirigeants qui usent de méthodes ignobles pour faire craquer des salariés… ;  le film de Nicolas Silhol est un réquisitoire passionnant et implacable contre ces stratégies d’entreprises qui harcèlent sournoisement les éléments à éliminer. Il n’essaie pas de rendre sympathique son héroïne qui doit se battre pour ne pas payer seule le suicide d’un homme poussé à bout. Céline Sallette est remarquable (comme toujours) dans ce rôle ambigu, entourée d’excellents partenaires (Lambert Wilson, Stéphane De Groodt ou Violaine Fumeau). Un premier film aussi passionnant que terrifiant.

Note 4.0

 

Lire la suite

Zapping ciné mars 2017 (quatre)

Un ciné pour finir mars ? Voici quelques pistes. Bonne séance !

 

Fiore

Fiore

Le portrait d’une jeune délinquante mineure, condamnée pour vols à répétition, caractère bien trempée en rébellion. Mais cette insolence, cette violence cache un évident besoin d’amour et d’affection. « Fiore » est un drame social remarquablement mené par l’italien Claudio Giovannesi. Sa mise en scène soignée, sa direction d’acteurs sont autant d’atouts qui s’ajoutent à sa justesse de ton. Avec la découverte d’une magnifique actrice Daphné Scoccia, à la fois sauvage et touchante, et qui illumine le film avec grâce et émotion. Présenté à la quinzaine des réalisateurs à Cannes, « Fiore » est un très beau film.

Note 4.0

 

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :