Archives de Catégorie: Polar – Thriller

Grossir le Ciel

Grossir le Ciel

Titre : Grossir le Ciel
Auteur : Franck Bouysse
Éditeur : La Manufacture de livres / Le Livre de Poche
Date de publication : 2014 / 2016
Récompenses : Prix Polar Michel Lebrun 2015, Prix Polars Pourpres 2015, Prix des lecteurs de Villeneuve-Lez-Avignon 2015, Prix sud-ouest du polar (Gradignan) 2016

Synopsis : L’abbé Pierre vient de mourir. Gus ne saurait dire pourquoi la nouvelle le remue de la sorte. Il ne l’avait pourtant jamais connu, cet homme-là, catholique de surcroît, alors que Gus est protestant. Mais sans savoir pourquoi, c’était un peu comme si l’abbé faisait partie de sa famille, et elle n’est pas bien grande, la famille de Gus. En fait, il n’en a plus vraiment, à part Abel et Mars. Mais qui aurait pu raisonnablement affirmer qu’un voisin et un chien représentaient une vraie famille ? Juste mieux que rien. C’est justement près de la ferme de son voisin Abel que Gus se poste en ce froid matin de janvier avec son calibre seize à canons superposés. Il a repéré du gibier. Mais au moment de tirer, un coup de feu. Abel sans doute a eu la même idée? Non. Longtemps après, Gus se dira qu’il n aurait jamais dû baisser les yeux. Il y avait cette grosse tache dans la neige. Gus va rester immobile, incapable de comprendre. La neige se colore en rouge, au fur et à mesure de sa chute. Que s’est-il passé chez Abel ?

Note 3.5

Le vieil homme était d’une ancienne famille de meuniers qui s’était éteinte avec lui. Ici, les lignées, elles s’éteignent toutes les unes après les autres, comme des bougies qui n’ont plus de cire à brûler.

Du polar – Entretiens avec Philippe Blanchet

du polar.indd

Titre : Du polar – Entretiens avec Philippe Blanchet
Auteur : François Guérif
Éditeur : Éditions Payot-Rivages / Rivages/noir
Date de publication : 2013 / 2016

Synopsis : Auteur de plusieurs ouvrages de référence sur le cinéma américain, et notamment le film noir, fondateur de la revue Polar, lauréat du Ellery Queen Award en 1997 et surtout éditeur des auteurs les plus prestigieux du genre aux Éditions Rivages, François Guérif est aujourd’hui sans doute l’un des plus grands spécialistes français du roman policier. Au fil de ces entretiens à bâtons rompus avec le journaliste Philippe Blanchet, François Guérif revient sur la genèse du polar, de Conan Doyle à Agatha Christie, sur les premiers classiques modernes (de Dashiell Hammett à Raymond Chandler) et sur les grands auteurs actuels. Tout au long de ce livre à la fois érudit et passionné, il analyse les principales étapes du genre. Évoque sa carrière, ses coups de coeur (David Goodis, James Cain, Jim Thompson), ses amitiés (Léo Malet, Jean-Patrick Manchette, Robin Cook, James Ellroy…), ses souvenirs et ses livres de chevet.

Note 4.0

Un jour il [James Cain] rend visite à un de ses amis, Vincent Lawrence, qui lui raconte qu’il attend un colis, mais qu’il saura quand le facteur sera là, parce que le facteur sonne toujours deux fois. Et soudain Cain s’exclame : »Vincent vous venez de me donner le titre de mon roman! »

L’Assassin qu’elle mérite, tome 2 : La fin de l’innocence

lassassin-quelle-merite-tome-2

Titre : La fin de l’innocence
Titre : L’Assassin qu’elle mérite, tome 2
Scénariste : Wilfrid Lupano
Dessinateur : Yannick Corboz
Éditeur : Vents d’Ouest
Date de publication : 23 mai 2012

Synopsis : Pour l’’amour de l’’art, deux riches noceurs ont fait le pari de transformer un jeune homme pauvre en ennemi de la société. Choisissant au hasard, ils ont abreuvé Victor Wickhoff de richesses et de luxure avant d’arrêter brutalement leurs largesses et de l’’abandonner à son sort. Perdu, frustré, Victor tente de se venger l’arme à la main, mais l’affaire tourne au fiasco. Il s’enfuit, et c’’est son père qui est arrêté à sa place…. Le jeune homme, plus seul que jamais, est recueilli par Hermann, un ouvrier au chômage, militant des théories antisémites qui se développent dans la Vienne de 1900. Il propose à Victor une inquiétante lecture de ses malheurs : celle du complot juif…

Note 4.0

Oooh ! Voilà bien les idées qu’on brandit aujourd’hui à Vienne à tout bout de champ ! Le crime n’existe plus, tout est maladie mentale, folie et délire ! Et plus personne n’est coupable !

 

Les éditions du Masque fêtent leur 90 ans !

Editions du Masque

Nées en 1927 avec la première traduction française d’Agatha Christie, les éditions du Masque fêtent cette années leur 90 ans. Spécialisées dès ses débuts dans le polar, ses romans ont fait l’objet d’innombrables adaptations cinématographiques parmi lesquelles : « L’Assassin habite au 21 » (roman de S. A. Steeman) par Henri-Georges Clouzot ; « Le Chien des Baskerville » (roman d’Arthur Conan Doyle) qui a connu plus de huit adaptations au cinéma ; « L’Analphabète » (roman de R. Rendell) adapté par Claude Chabrol sous le titre « La Cérémonie » ; ainsi que « Une nouvelle amie » adapté par François Ozon. En novembre 2017, c’est un célèbre roman d’Agatha Christie, « Le Crime de l’Orient-Express » qui sera à son tour adapté au cinéma par Kenneth Branagh. Au casting : Kenneth Branagh dans le rôle principal, Johnny Depp, Penelope Cruz, Michelle Pfeiffer, ou encore Judi Dench.

Une exposition au salon du Livre de Paris sera présenté le week-end prochain à la Porte de Versailles. Elle proposera, entre autre, une reconstitution des grands moments de la maison ainsi que des expositions d’éditions originales dédicacées par leur auteur (dont Agatha Christie) et des aquarelles prêtées par la Bibliothèque des littératures policières. (retrouvez toutes les infos ici)

54×13

54x13

Titre : 54×13
Auteur : Jean-Bernard Pouy
Éditeur : L’Atalante (Insomniaques et ferroviaires) [fiche officielle]
Date de publication : mai 1996, puis février 2016

Synopsis : J’ai démarré au kilomètre 85
dans une descente.
Je fonce.
À partir de maintenant, faut tenir.

Dans la dix-septième étape du Tour de France, Lilian Fauger, un jeune coureur dunkerquois, s’échappe contre toute attente du gros de la troupe avec une telle hargne qu’il va faire le trou.
Alors Lilian gamberge : si c’était son jour, son étape ?
Et quand, derrière, la chasse est lancée, il n’est plus qu’un fuyard, un évadé qui voit revenir sur ses traces une sorte de peloton d’exécution.
À quoi pense un homme seul dans l’effort et la douleur qui monte ?
C’est la question que pose Jean-Bernard Pouy dans ce roman : quatre heures de l’histoire d’un coureur cycliste. Quatre heures : une vie ; un suspense. Un roman noir aussi.
Car le Tour, c’est encore les équipes – celle de Lilian s’est construite de bric et de broc – les sponsors, l’argent, la télé – « le sport à la télé »…

Note 3.5

« Pédale, camarade, le vieux monde est derrière toi… Car, petit à petit, il y a le réel qui te rattrape avec son cortège de souffrance, de malheur, de petites mesquineries et de vraies embrouilles… »
Extrait du « code Wegmuller ».

Il fut un temps où les éditions L’Atalante avaient davantage la possibilité de faire du polar parmi leurs collections. Les occasions sont plus rares actuellement, mais il n’empêche qu’ils ont réédité un court roman de Jean-Bernard Pouy paru chez eux en 1996 et qui attire l’œil.

Lire la suite

Interview de Sandra Martineau (janvier 2017)

Interview littéraire Logo

Pour ouvrir le bal de l’année 2017, Sandra Martineau a eu la gentillesse de répondre à quelques questions sur son parcours, sa manière d’aborder l’écriture et sur ses plus récentes publications.

Lire la suite

La mécanique de l’ombre

la-mecanique-de-lombre

Titre : La mécanique de l’ombre
Scénario : Thomas Kruithof et Yann Gozlan et la collaboration de Marc Syrigas et Aurélie Valat
Réalisateur : Thomas Kruithof
Acteurs principaux : François Cluzet, Denis Podalydès, Sami Bouajila, Simon Abkarian, Alba Rohrwacher, Philippe Resimont
Date de sortie française : 11 janvier 2017

Synopsis : Deux ans après un « burn-out », Duval est toujours au chômage. Contacté par un homme d’affaire énigmatique, il se voit proposer un travail simple et bien rémunéré : retranscrire des écoutes téléphoniques. Aux abois financièrement, Duval accepte sans s’interroger sur la finalité de l’organisation qui l’emploie. Précipité au cœur d’un complot politique, il doit affronter la mécanique brutale du monde souterrain des services secrets.

Note 3.5

Pour qui travaillez-vous monsieur Duval ?

Le crime était signé

le-crime-etait-signeTitre : Le crime était signé
Auteur : Lionel Olivier
Éditeur : Fayard (édition poche)
Date de publication : 2015 (novembre)
Récompenses : Prix du Quai des Orfèvres 2016

Synopsis : À peine seize ans, cette gamine retrouvée nue, étranglée près du cimetière… Et ces pervers qui s’exhibent entre les tombes… Et ce fumier qui croit séquestrer l’innocence qu’il a perdue… Morte d’avoir trop ou mal aimé ? Des halls de banlieue, zones de non-droit, à la propriété somptueuse d’aristocrates au-dessus des lois, la Crim’ est malmenée, impuissante à répondre au drame des parents ! Alors que l’ADN reste muet, un témoin « signe » une vérité singulièrement humaine…

Note 2.5

La police de papa avait survécu grâce à la technologie et à l’objectivité de la recherche scientifique. Bienvenue aux caméras de surveillance, aux laboratoires, aux armes modernes pour « chasser » dans de meilleures conditions.

Trois jours et une vie

1540-1

Titre : Trois jours et une vie
Auteur : Pierre Lemaitre
Éditeur : Albin Michel
Date de publication : 2 mars 2016

Synopsis : « À la fin de décembre 1999, une surprenante série d’événements tragiques s’abattit sur Beauval, au premier rang desquels, bien sûr, la disparition du petit Rémi Desmedt. Dans cette région couverte de forêts, soumise à des rythmes lents, la disparition soudaine de cet enfant provoqua la stupeur et fut même considérée, par bien des habitants, comme le signe annonciateur des catastrophes à venir. Pour Antoine, qui fut au centre de ce drame, tout commença par la mort du chien… »

Note 3.5

C’était une jeune femme brune très stimulante, sans interdits, et à qui le désir et la jouissance étaient aussi nécessaires que l’air et la nourriture.

Ma révérence

ma-reverence

Titre : Ma révérence
Auteur : Wilfrid Lupano (scénariste), Rodguen (dessinateur) et Ohazar (coloriste)
Éditeur : Editions Delcourt (collection Machination)
Date de publication : 4 septembre 2013
Récompenses : Prix du polar d’Angoulême 2014

Synopsis : Vincent, trentenaire, un poil dépressif, estime que la société lui doit quelques dommages et intérêts, au titre de préjudice moral. Et comme on n’est jamais aussi bien servi que par soimême, il s’improvise braqueur de fourgon. Son plan est malin, sa cause noble et l’amour au bout du braco. Mais en choisissant pour complice le déconcertant Gaby Rocket, Vincent n’a-t-il pas vu trop grand ?

Note 4.5

Coup de coeur

Au premier coup d’œil, je vous l’accorde, Gaby a toute la panoplie du débile profond dont on a lesté le crâne avec une pelletée de fumier. C’est pas faux, mais c’est réducteur.

%d blogueurs aiment cette page :