Archives de Catégorie: Fantastique – Horreur

L’île de Peter

Titre : L’île de Peter
Auteur : Alex Nikolavitch
Éditeur : Les Moutons Électriques
Date de publication : 2017 (mai)

Synopsis : Wednesday, policière à New-York, enquête sur un vieux marin qui traîne dans l’East Village à la recherche d’herbes médicinales. Projetée dans une île tropicale, elle découvre que ce marin n’est autre que le Capitaine Crochet et que l’île de Peter Pan existe bien, sous la forme d’une boucle spatio-temporelle dont seul le pirate peut sortir.

Je finis par concevoir de l’ambition et changeai à plusieurs reprises d’équipage, à chaque fois que cela me permettait de prétendre à une position plus élevée dans la hiérarchie complexe des navires. J’en vins à fréquenter l’élite de la piraterie, les Bellamy, les Rackham et les Teach, m’y faisant, et je me pique de m’en enorgueillir, plus d’amis que d’ennemis. Nous étions les princes des mers. Ah, si vous nous aviez vus du temps de notre gloire, quand la seule évocation de nos noms suffisait à frapper de terreur jusqu’à l’arrière-pays continental. D’aucuns caressaient le rêve d’une république de la flibuste, mais des hommes comme Bellamy ou moi n’étions pas loin de nous couronner rois.

Lire la suite

Publicités

Malpertuis

Titre : Malpertuis
Auteurs : Jean Ray
Éditeur : Alma (Jean Ray) [fiche officielle]
Date de publication : 4 mai 2017 (1943 pour la 1re édition)

Synopsis : La hantise est sœur siamoise des vieilles haines, des crimes sordides et des cupidités malsaines. Proche cousine de la terreur panique, celle qui lividifie les murs, blêmit les miroirs, empoisse marches et rampes et fait suer aux façades une peur qui en imbibe la pierre. Telle est Malpertuis, cette maison dont la masse sinistre se dresse au cœur du roman de Jean Ray. Là, gîte une famille engluée dans les routines et les bisbilles les plus sordides – affaires de coucheries et d’argent, de promiscuité et d’héritage. Inexorablement, ces pathétiques pantins vont devenir le reflet d’un monde disparu, les proies d’une autre histoire, mythique et marquée par l’horreur du destin. Peu à peu, un effroi redoutable, plongeant ses racines aux origines païennes du monde, transfigure l’antique demeure.
Paru en 1943, Malpertuis, œuvre la plus universellement célébrée de Jean Ray, a immédiatement accédé au rang de classique du fantastique, devenant avec La maison Usher de E. A. Poe, La maison de la sorcière de H.P. Lovecraft et La maison des damnés de Richard Matheson, une des plus fameuses tanières de l’épouvante.

Quatre mains frémissantes de fièvre, sinon cinq, ont collaboré à la rédaction de ce mémoire de mystère et d’épouvante.

Quand les éditions Alma ont repris la publication des meilleurs romans et recueils de Jean Ray, il fallait s’attendre à redécouvrir du très bon récit d’épouvante, mais s’il y en a un qui devait être remis en lumière, c’est bien Malpertuis qui est souvent désigné comme son chef-d’œuvre personnel.

Lire la suite

Et si le diable le permet

Titre : Et si le diable le permet
Cycle : Une étrange aventure de Sachem Blight & Oxiline
Auteur : Cédric Ferrand
Éditeur : Les Moutons Électriques
Date de publication : 2017 (mai)

Synopsis : 1930. Le monde se remet à peine de la pire crise financière de tous les temps. Les capitales paniquent encore à la moindre rumeur, les colonies sont paralysées par la peur… Même les riches ne dorment pas sereinement, c’est dire ! Heureusement pour lui, le très aventureux Sachem Blight travaille dans un domaine épargné par toute cette incertitude boursière : il parcourt le vaste monde pour secourir les filles et fils de bonne famille, cette brochette d’inconscients qui se jettent volontairement dans la gueule du loup sous le prétexte de vouloir goûter aux joies de vacances exotiques. Le commerce de Blight l’emmène sur tous les continents pour affronter la multitude de dangers auxquels ses clients se frottent lors de leurs tribulations. Et cette fois-ci, Sachem est appelé à la rescousse à Montréal, au Québec. Et manque de chance pour lui, son niveau de Français n’est pas à la hauteur de l’enquête qu’il doit mener. Pour la première fois de sa carrière, il va devoir composer avec une partenaire, en la personne d’Oxiline, sa demi-sœur qu’il connaît à peine.

T’as été smart, l’anglo, sur ce coup là. Et beau joueur, avec ça. Ça aurait pu faire vilain, mais t’as évité que ces cochons nous vargent dessus. J’taime bien, finalement !

Lire la suite

H.P.L. (suivi de) Celui qui bave et qui glougloute

Titre : H.P.L. (suivi de) Celui qui bave et qui glougloute
Auteur : Roland C. Wagner
Éditeur : ActuSF (Hélios) [fiche officielle]
Date de publication : mars 2017

Synopsis :
Oubliez tout ce que vous savez : Lovecraft n’est pas mort en 1937 mais a vécu jusqu’à l’âge de 101 ans. À quoi a ressemblé sa vie au cours des décennies suivantes ? Roland C.Wagner, son biographe imaginaire, vous dit tout !
Il vous raconte également ce qui s’est passé réellement en 1890 dans l’Ouest américain lorsque les Indiens ont reçu l’aide d’un allié aussi terrifiant que mystérieux face aux tuniques bleues.
Deux textes bourrés d’humour et d’érudition autour de Lovecraft, des rééditions salutaires alors que 2017 marque les 80 ans de la mort du créateur de Cthulhu. H.P.L. a reçu le prix Rosny Aîné 1997. Version anglaise traduite par Jean-Daniel Brèque.
Roland C. Wagner fut l’un des grands auteurs de science fiction en France avec des romans attachants mélangeant humour et intelligence, comme sa série des Futurs Mystères de Paris ou son roman Rêves de Gloire, ainsi que quelques pépites comme La Sinsé gravite au 21.

Des démons ? répéta Kit Carson. Où êtes-vous donc allé chercher une idée aussi ridicule ? Les Indiens sont des gens sérieux. Jamais un de leurs esprits n’aurait pris une apparence aussi loufoque.

Mars 2017 était un mois anniversaire pour Howard Philips Lovecraft et les Indés de l’Imaginaire en ont profité pour réaliser plusieurs sorties conjointes mettant en valeur le « reclus de Providence » ou ses créations. Dans le lot, les éditions ActuSF ont réédité en poche chez Hélios deux courts récits du défunt Roland C. Wagner en rapport avec ses accointances lovecraftiennes.

Lire la suite

Walking Dead, tome 27 : Les Chuchoteurs

Titre : Les Chuchoteurs
Série : Walking Dead, tome 27
Scénariste : Robert Kirkman
Dessinateurs : Charlie Adlard et Stefano Gaudiano
Éditeur : Delcourt Comics (Contrebande) [fiche officielle]
Date de publication : 29 mars 2017 (2016 en VO chez Image Comics)

Synopsis : Les survivants menés par Rick ont mis en place divers points de contrôle. Negan a disparu depuis quelques jours, lorsqu’il réapparait après avoir assassiné Alpha, la leader des Chuchoteurs. Dwight tient à le descendre immédiatement, mais Magna l’en empêche. Ils décident de l’amener à Rick… Pendant ce temps, Beta a retrouvé le corps sans tête d’Alpha. La tension monte encore d’un cran…

Note 4.0

Je suis aussi utile qu’un eunuque manchot dans un baisodrome ! Filez-moi un putain de flingue !

Cette fois, ça y est ! Une nouvelle guerre est sur le point de se déclencher et ce sont nos « chers » Chuchoteurs qui lancent les hostilités ! En même temps après tome 26 qui se titrait « L’Appel aux armes », c’était la moindre des choses d’enchaîner sur un tome de combat âpre, et qui risque de rester avec un goût amer dans la bouche de certains lecteurs si vous teniez encore à certains personnages en particulier.

Lire la suite

Noir Duo

Titre : Noir Duo
Auteurs : Sylvie Miller et Philippe Ward
Nouvelles : « Le mur » (SM&PW) ; « Un choix réfléchi » (SM) ; « Martha » (PW) ; « Le survivant » (SM&PW) ; « L’ombre » (SM) ; « Les chemins de l’esprit » (PW) ; « Un futur inimitable » (SM&PW) ; « Les vignes du Seigneur » (PW) ; « Ventres d’airain » (SM) ; « Le fils de l’eau » (PW) ; « Mau » (SM&PW) ; « Prorata temporis » (PW) ; « Tout s’achète et tout se vend » (SM) ; « After midnight » (SM&PW) ; « Lettre d’un futur amer » (SM) ; « Pas de pitié pour les pachas » (SM&PW)
Éditeur : Rivière Blanche (Blanche) [fiche officielle]
Date de publication : 2007

Synopsis : Une folle préface. Un mur aux pouvoirs étranges. Un monde souterrain peuplé de chats sacrés. Une mission en perdition sur Mars. Un guitariste maudit. Un détective au service des dieux… Entre angoisse, humour, suspense et merveilleux, voici seize nouvelles à la croisée des mauvais genres, seize textes à faire flamber les pupilles, seize excursions en territoires inconnus signées par un duo d’enfer, le NOIR DUO !

Au fond de lui, il éprouvait des sentiments nouveaux, indéfinissables, mais très forts. Un désir qu’il n’avait jamais connu. Mais il n’aurait jamais fait le premier pas. Il n’en a parlé à personne. Sauf à son reflet… Évidemment, celui-ci ne l’a pas aidé à prendre des initiatives.

[« Un choix réfléchi », Sylvie Miller]

Quel duo d’auteurs peut se targuer de construire un recueil de nouvelles préfacé par pas moins de 113 autres acteurs des littératures de l’imaginaire ? (et certains sollicités n’ont pas eu le temps de contribuer) Seuls Sylvie Miller et Philippe Ward, à ma connaissance. La « SM hispanophone » et le « taureau Apis XIII », « l’enjouée du 9-3 » et l’ « ours pyrénéen » (lisez la polypréface, je vous dis !), ont réuni seize de leurs textes pour retracer la folle aventure qu’est cette écriture à quatre mains qu’ils ont baptisée Noir Duo.

Lire la suite

Fiction n°20 (printemps 2015)

fiction-20

Titre : Fiction n°20 (printemps 2015)
Auteurs (articles ou nouvelles) : Articles de Nicolas Nova (« Swanp tech »), d’Alex Nikolavitch (« Civilisations perdues »), de Julie Proust Tanguy (« Apprivoiser la science-fiction ») et de Sam Van Oflen (« Portfolio ») ; George R. R. Martin (« Y a pas que les gosses qui ont peur du noir ») ; Karl Bunker (« Garde du corps ») ; Jean-Claude Dunyach (« L’armée des souvenirs ») ; Jim Aikin (« Une très ancienne épée elfique ») ; Rand B. Lee (« Trois feuilles d’aloès ») ; Nancy Springer (« Iris ») ; K. D. Wentworth (« Propriétés aliénées ») ; Phil Becker (« Fleur de lune ») ; Joe Haldeman (« Se faire Emily ») ; Eugene Mirabelli (« Le rivage au bord du monde ») ; Marc Oreggia (« Le kami, la jeune fille et la bombe A ») ; Pat MacEwen (« Mon Bionid, mon Bionid douillet ») ; Jeffrey Ford (« La fabrique des fées ») ; Olivier Buckram (« Le musée de l’Erreur ») ; Benjamin Rosenbaum & David Ackert (« Errance ») ; Jeffrey Ford (« La technologie de Pittsburgh ») ; James Powell (« À la recherche du Charlie grimpant »)
Éditeur : Les Moutons électriques
Date de publication : printemps 2015

Synopsis : La revue des littératures de l’imaginaire. Ultime numéro.
Deux longs entretiens croisés (12 pages chacun) : Christopher Priest (Le Prestige, Les Insulaires) & Xavier Mauméjean évoquent de surprenants points communs biographiques et littéraires lors d’une mémorable rencontre ; Jean-Pierre Andrevon & Fabien Clavel comparent leurs expériences, leurs influences et le monde de l’édition d’hier et d’aujourd’hui.
Un portfolio signé Sam Van Olffen, une balade dans la Venise de fiction, des articles sur l’imaginaire technologique dans les bayous de Louisiane, l’apprivoisement de la science-fiction et le thème des civilisations perdues. Nouvelle inédite de G.R. R. Martin (l’auteur du Trône de fer), avec son portrait en couverture, et comme toujours de nombreuses nouvelles inédites, par Jeffrey Ford, Joe Haldeman, Eugene Mirabelli, Jean-Claude Dunyach, Rand B. Lee, Marc Oreggia, Phil Becker, Jim Aikin, Oliver Buckram, Karl Bunker, Pat MacEwen, Jeremy Minton, K. D. Wentworth. Traductions par Éric Holstein, Mathieu Rivero, Manon Malais, Vincent Foucher, Martine Loncan, Sonia Quémener, Lise Capitan, Claire Kreutzberger, Éléonore Néri, Annaïg Houesnard, Alice Ray, Thomas Demarcq.

Note 4.0
 
Coup de coeur

— C’est un cryptographe Meerst, dit Herbert. Modèle quatre. En excellente condition.
— Qu’est-ce que ça fait ? demanda Rose.
— Il crée un code complètement indéchiffrable. Le générateur de nombres aléatoires détermine la position sur les rotors.
— Comment le déchiffrent-ils à l’autre bout ?
— Ils n’y arrivent pas. Ce code est complètement indéchiffrable par qui que ce soit, y compris le destinataire. C’est insupportable pour les renseignements adverses. Plusieurs de leurs grands cerveaux sont devenus fous. Pendant ce temps, nous envoyions les vrais messages par pigeon voyageur.
[dans « Le musée de l’Erreur », d’Olivier Buckram]

Au début de l’année 2015 est paru l’ultime numéro de la mouture de la fameuse revue Fiction façon Moutons Électriques et le relire pour faire cette critique mène à un résultat sans appel : il manque véritablement de telles publications.

Lire la suite

Melvile, tome 2 : L’histoire de Saul Miller

melvile-tome-2-l-histoire-saul-miller

Titre : L’histoire de Saul Miller
Série : Melvile, tome 2
Auteur : Romain Renard
Éditeur : Le Lombard
Date de publication : 22 janvier 2016

Synopsis : Saul Miller, brillant universitaire, professeur d’astrophysique, passe sa retraite à Melvile. Auprès de Saul, il y a Paz et sa fille Mia, une jeune fille de onze ans que Saul aide dans ses devoirs. Il y a Beth et Daniel, ses amis et voisins. Et il y a eux. Des chasseurs venus d’ailleurs et qui rodent dans les bois. Une discussion qui tourne mal, un sourire inquiétant et c’est le monde de Saul qui explose. Mais c’était sans compter qu’ici, à Melvile, certaines légendes prennent chair et corps bien plus facilement qu’ailleurs…

Note 4.5

Coup de coeur

Prend bien soin de tes rêves, Mia. Parce qu’ils ne s’exaucent qu’une fois. Après, c’est trop tard. C’est le tour d’un autre.

Walking Dead, tome 26 : L’appel aux armes

walking-dead-25-lappel-aux-armes

Titre : L’appel aux armes
Série : Walking Dead, tome 26
Scénariste : Robert Kirkman
Dessinateurs : Charlie Adlard et Stefano Gaudiano
Éditeur : Delcourt Comics (Contrebande) [fiche officielle]
Date de publication : 5 octobre 2016 (2016 en VO chez Image Comics)

Synopsis : Kirkman et Adlard possèdent cette capacité à se renouveler magistralement ! L’univers de Walking Dead nous plonge dans un nouvel arc de vengeance et de sang pour le groupe que continue à diriger Rick Grimes.
Les Chuchoteurs ont pensé semer la terreur. Ils ne vont récolter que la vengeance de la communauté emmenée par Rick, Michonne et les autres. Alors qu’ils pensaient avoir retrouvé une forme de normalité dans ce monde devenu fou depuis l’apocalypse zombie, l’existence et les humains rescapés font à nouveau basculer leur vie dans un maelstrom de violence et de sang.

Note 4.0

J’ai déjà vécu beaucoup plus longtemps que je ne m’y attendais.
J’ai passé les dernières années de ma vie enfermé dans une cellule… Putain, pour être honnête, je voulais tellement sortir que j’en avais même oublié à quel point le monde était merdique.

Les gens d’Alexandria accumulent les ennuis. Après avoir monté leur économie de toute pièce en commerçant efficacement avec la cité de la Colline et l’ancien groupe de Negan désormais derrière les barreaux, le groupe mené d’une (seule) main de fer par Rick Grimes s’est ce coup-ci attiré les foudres des Chuchoteurs, une drôle de caste qui se cache parmi les morts-vivants au prix de techniques peu ragoûtantes.

Lire la suite

Les papillons géomètres

les-papillons-geometres

Titre : Les papillons géomètres
Auteur : Christine Luce
Éditeur : Les Moutons Électriques
Date de publication : 2017 (février)

Synopsis : Eve a disparu il y a cinq ans, sans laisser ni corps ni trace. Enfuie avec un amant, d’après la police londonienne, mais morte selon l’époux inconsolable. En dépit de sa défiance, ce dernier a fait appel à une médium ; contre toute attente, Mademoiselle LaFay possède un réel talent pour joindre l’au-delà et réunit chaque année le couple pour un jour de félicité… sauf cette fois-ci : Eve n’apparaît pas. En ces temps de misère et de richesse insolente dans la société victorienne, la vie après la mort attise les espoirs des scientifiques. Mary-Gaëtane LaFay et son amie Maisy, deux femmes audacieuses, affrontent leurs frayeurs pour résoudre un mystère entre deux mondes crépusculaires. De l’autre côté, l’Enquêteur poursuit le même dessein. La frontière qui les sépare est plus ténue qu’ils ne l’imaginaient, ce qui les unit, infiniment supérieur. L’affaire Blake révélera une énigme de la taille des univers.

Note 2.5

Je suis mon ombre portée sur le monde, la silhouette imprécise engloutie dans la boue que le passant pressé sous la pluie piétine. Je suis le profil glissé le long du mur des monuments, la tâche au contour indécis qui vacille à l’éclaircie. (…) Je sautille au gré de la luminosité volage en l’espace imparti de l’instant, ma rémanence s’attarde sur sa rétine et le marcheur incertain tressaille et ralentit. Je suis l’Arpenteur.

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :