Elric, tome 2 : Stormbringer

Titre : Stormbringer
Série : Elric, tome 2
Scénaristes : Julien Blondel et Jean-Luc Cano
Dessinateurs : Didier Poli, Robin Recht et Julien Telo
Éditeur : Glénat
Date de publication : 2014 (septembre)

Synopsis : Yyrkoon s’est enfui de Melniboné emmenant avec lui Cymoril, la promise de l’Empereur. Elric, de son côté, met tout en œuvre pour la retrouver et apprend qu’elle est retenue dans les ruines de Dhoz Kham, au cœur des Jeunes Royaumes. Avec une petite troupe et la bénédiction de Straasha, le Seigneur des Mers, Elric part affronter son cousin félon…

Tes nouvelles alliances nous effraient, Prince-Dragon. Le sang du chaos coule dans tes veines désormais.

Lire la suite

Le Château des Etoiles, volume 2 : 1869 – La Conquête de l’Espace

Titre : 1869 – La Conquête de l’espace
Série : Le Château des Etoiles, volume 2
Auteur : Alex Alice
Dessinateur: Alex Alice
Éditeur : Rue de Sèvres
Date de publication : 2015 (septembre)

Synopsis : Nos héros, qui ont échappé de justesse aux hommes de Bismarck en embarquant dans l’éthernef, voient le château s’éloigner sous leurs yeux au fil de leur montée dans le ciel. Les voici sur le point de prouver leur théorie, franchir le mur de l’éther et découvrir l’espace mystérieux et infini. Une avarie va faire de leur rêve le plus fou une réalité, les forçant à se poser sur la face cachée de la Lune. Si le père de Séraphin fera tout pour les ramener vivants sur Terre, le Roi semble caresser d’autres espoirs tandis que Séraphin, lui, veut en savoir plus sur la disparition de sa mère. La conquête de l’espace s’arrêtera-t-elle à ce premier vol ?

-Je ne reconnais rien du tout ! Où sont les frontières ?
-Dans nos têtes je suppose.
-Ah non ! Parle pour toi ! Je n’ai rien en commun avec un tyrolien ou un autrichien ! Tu as vu comment ils s’habillent ?

Un an après la parution du premier volume relié, paraissait enfin la suite des aventures de Séraphin qui lançaient en 1869 les premiers pas de la conquête spatiale. A la façon du précédent opus, les chapitres avaient préalablement été publiés sous forme de gazette, comme pour donner davantage de tangibilité au récit. A l’occasion de la sortie toute récente du premier volume du second cycle du Château des Etoiles, retour sur la conclusion du premier diptyque.

Lire la suite

Zapping ciné mai 2017 (ter)

Silence on zappe !

Un cinéma pour ce week-end ! Voici quelques avis, si le cœur vous en dit.

 

Adieu Mandalay 

Adieu Mandalay

Liangqing et Guo, deux jeunes Birmans, tentent une nouvelle vie à Bangkok, mais alors que Liangging veut régulariser sa situation, Guo n’est pas du même avis. Drame de l’immigration clandestine, quotidien de ces jeunes qui veulent travailler sans la crainte d’être dénoncé et/ou arrêté… : Midi Z réussit un film puissant, évitant toute la sensiblerie que le sujet pouvait laisser craindre. Son sens de la mise en scène fait merveille, les scènes dans l’usine filmées quasiment comme un documentaire renforcent la puissance du récit jusqu’à un dénouement qui vous laisse KO. Wu Ke-Xi en femme au caractère fort et indépendante est remarquable. A voir.

Note 3.5

 

Les fantômes d’Ismael

Les fantomes d'Ismael

Quelle déception ! Alors que les critiques presse déroulent le tapis rouge au dernier film d’Arnaud Desplechin, moi, humble et inconnu spectateur me demande bien pourquoi ? En effet pourquoi autant d’éloges à un réalisateur qui se regarde constamment le nombril, et ne nous montre que des personnages bien peu crédibles ? Desplechin nous conte deux histoires, celle d’Ismael et celle d’un film que lui-même tourne. Deux histoires croisées pour raconter la solitude, l’abandon, l’amour, la création, la souffrance de la création. Tout ça est recouvert d’un pseudo regard intellectualisé, (« forcément vous n’aimez pas car vous n’avez pas ma vue d’esprit »…). Franchement quel gâchis, AUCUNE empathie pour les personnages, dialogues insipides, histoire volontairement foutraque qui n’arrive jamais à nous émouvoir et à avoir un semblant d’intérêt. Desplechin veut mélanger les genres, pourquoi pas ! Encore faut-il un minimum de cohérence, et là, malheureusement, ça devient très vite navrant (voir la scène entre Amalric et Girardot). On est bien triste de voir deux grandes actrices tenter d’éviter le naufrage mais leurs personnages est à l’image du film, prétentieux et vain. Y a t’il encore un spectateur dans la salle ?

Note 1.5

 

Cinéma, mon amour

CINEMA MON AMOUR

Un documentaire touchant sur la foi d’un homme amoureux de cinéma et qui, tel un Don Quichotte contre les moulins à vent, tente de garder en vie la salle de cinéma qu’il dirige malgré une hausse incroyable des fermetures de salles en Roumanie. Alexander Belc filme ce formidable personnage engagé qu’est Victor Purice qui, à lui seul, rend ce documentaire intéressant et attachant.

Note 3.0

Alone : Intégrale

Titre : Alone : Intégrale
Romans et nouvelles : A comme Alone ; « L’ère du Tambalacoque » ; Alone contre Alone ; « Le silence est d’or »
Auteur : Thomas Geha
Éditeur : Critic (Trésors de la Rivière Blanche) fiche officielle]
Date de publication : 2014

Synopsis : « Les Alones évitent les Rassemblés, rongés par le fanatisme, parce qu’ils sont trop… nombreux. C’est que, même balèze, un Alone a du mal à affronter une vingtaine de fous furieux. »
Pépé est un Alone, un solitaire qui trace sa route dans une France dévastée. Son créneau : la survie. Son credo : le mouvement. Armé de ses couteaux, il va affronter tous les dangers pour retrouver un fantôme de son passé : Grise.
Mais suffit-il de survivre ? Car un vent de renouveau souffle sur les débris de l’ancien monde, porteur de dangers autant que d’espoir.

Note 3.5

Je me suis fait surprendre comme la première bleusaille venue.
La survie, pourtant, c’est mon créneau. Mais j’avais soif, et le soleil de plomb m’avait tanné le cuir toute la journée. La découverte inespérée d’un puits dans la cour d’une antique ferme m’avait fait perdre tout discernement. J’aurais dû me méfier : l’absence de végétation exubérante dans la cour était un signe. Et même si les bâtiments de la ferme s’étaient écroulés sous le poids des ans, mes sens auraient dû m’alerter. Le pompon : le pourtour du puits était dégagé. Il ne pouvait y avoir qu’une seule raison à cela : le coin était fréquenté. L’eau, c’est assez rare dans certaines régions, surtout potable. Pour tomber par hasard sur une source inconnue dans ce coin perdu, il fallait une chance de cocu.
Je n’étais ni cocu ni veinard.
Non, le Pépé, c’est plutôt le genre abruti !
[incipit de A comme Alone]

L’intégrale Alone est un beau travail des éditions Critic et de l’auteur pour refonder deux romans consécutifs, parus chez Rivière Blanche, en une belle intégrale avec l’ajout de deux courts récits qui vont bien, le tout sublimé par une couverture de François Baranger qui claque méchamment son Pépé !

Lire la suite

Les Imaginales d’Epinal 2017 – Le bilan !

Voilà, les Imaginales, c’est terminé pour cette année ! Et pour la toute première fois nous avons pu nous joindre à la fête et découvrir (enfin !) ce rendez-vous incontournable pour tous les fans de littératures de l’imaginaire. Force est de constater que la réputation du festival n’est pas usurpée, et de loin ! Ambiance conviviale, auteurs accessibles, expositions, conférences passionnantes, scènes de reconstitution historique… : tous les ingrédients sont réunis pour combler les passionnés de fantasy. Et puis il y a ce cadre splendide qui permet (si le beau temps est au rendez-vous !) d’improviser pique-nique, promenade ou sieste au soleil. Installé dans la charmante ville d’Epinal, le festival s’étend en effet à différentes parties de la ville, même si la majeure partie des réjouissances se déroule dans le Parc du Cours. L’occasion de déambuler de chapiteau an chapiteau au bord de la Moselle, sans s’étonner de croiser, au détour d’un chemin, des chevaliers en armure, des mousquetaires et même des stormtroopers…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Lire la suite

Ikigami – Préavis de Mort, tome 1

Titre : Ikigami – Préavis de mort, tome 1
Auteur : Motorô Mase
Dessinateur: Motorô Mase
Éditeur : Kazé-Manga
Date de publication : 29 janvier 2009

Synopsis : De nos jours, une loi stipule que pour le maintien de la prospérité du pays, tous les enfants qui entrent à l’école primaire doivent être vaccinés. Ce vaccin inocule une substance capable d’entraîner la mort à une date et heure précises programmée en amont. Un jeune sur mille entre 18 et 24 ans est concerné. Fujimoto, fonctionnaire est chargé de délivrer ce préavis de décès aux familles, appelé “Ikigami”…

La livraison de l’ikigami est la tâche qui vous a été confiée. De retour dans vos mairies respectives, vous aurez dorénavant pour mission de la remettre aux citoyens concernés. C’est un devoir honorable […]. Veillez à ne jamais l’oublier.

Aux yeux de beaucoup, le manga se résume souvent à une bande dessinée violente destinée aux jeunes lecteurs. C’est un peu exagéré, évidemment, mais cela permet d’insister sur le fait qu’Ikigami, écrit et dessiné par Motorô Mase, ne tombe pas dans cette catégorisation. Destinée à un public de jeunes adultes et d’adultes tout court, Ikigami se démarque par le sérieux de son sujet, entre la dystopie et le récit de peut-être anticipation. D’emblée, précisons que le manga est aujourd’hui publié uniquement sous un format qui rassemble à chaque fois deux volumes de la première édition.

Résultat de recherche d'images pour

Lire la suite

Quinze rounds

Quinze roundsTitre : Quinze rounds
Auteur : Richard Bohringer
Éditeur : J’ai Lu
Date de publication : 10 mai 2017

Synopsis : « J’ai passé ma vie sur la route. Tout seul. Avec la blonde. Avec mes fils, avec la musique, avec mes filles. Des milliers et des milliers de kilomètres. Coureur de savanes, enjambeur d’océans. T’as trop couru, t’’as le souffle court. Les hanches, ça va toujours. Même si elles servent plus à grand-chose, elles ont le tempo pour écrire. Voilà ce que je ramène. Quinze rounds. Celui qui clôt. Qui ferme le rideau. » De l’’enfance aux frasques de la jeunesse, des premiers rôles aux succès qui ont jalonné sa carrière, de la découverte de l’Afrique à la passion de l’écriture, Richard Bohringer se raconte dans ce récit au style enfiévré, au rythme syncopé. Tour à tour fulgurant et émouvant, entre coups de blues et coups de cœur, Quinze rounds est un combat qui se livre sous nos yeux en même temps qu’une déclaration d’amour à la vie.

Note 4.0
 
Coup de coeur

Ma vie fut multicolore, multicoque. J’ai coulé corps et âme mille fois. J’ai raclé le fond. Je l’ai peint de mon sang, mais grâce au cinéma, à certains rôles, je suis remonté souvent. Cette fois-ci, c’est le dernier round. Le plus dur. J’ai trop voyagé ailleurs, j’ai trop vécu. Je n’ai pas pu rester sage. Il fallait que je vive pour dégueuler l’acteur. Ce métier ne pouvait calmer ma fureur de mourir. Il exacerbait mes cauchemars. Partir en vrille pour disparaître.

Poumon vert

Titre : Poumon vert
Auteur : Ian R. MacLeod
Éditeur : Le Bélial’ (collection Une Heure-Lumière)
Date de publication : 2017 (avril)
Récompenses : Prix Asimov’s (2003)

Synopsis : Lors de sa douzième année standard, pendant la saison des Pluies Douces habarienne, Jalila quitte les hautes plaines de Tabuthal. Un voyage sans retour – le premier. Elle et ses trois mères s’installent à Al Janb, une ville côtière bien différente des terres hautes qui ont vu grandir la jeune fille. Jalila doute du bien-fondé de son déménagement. Ici, tout est étrange. Il y a d’abord ces vaisseaux, qui percent le ciel tels des missiles. Et puis ces créatures d’outre-monde inquiétantes, qu’on rencontre parfois dans les rues bondées. Et enfin, surtout, la plus étrange des choses étranges, cet homme croisé par le plus pur des hasards – oui, un… mâle. Une révélation qui ne signifie qu’une chose : Jalila va devoir grandir, et vite ; jusqu’à percer à jour le plus extraordinaire secret des Dix Mille et Un Mondes…

La Cité au Bout des Multiples Routes était vivante. Pas dans le maigre sens où la moindre ville possédait une sorte de vie, mais au sens propre. Gezira pensait. Croissait. Réagissait. Sa conscience n’incluait toutefois ni esprit central, ni faculté de concentration, parce que Gezira elle-même, ses rues populeuses, ses minarets, ses fleuves, ses calèches et ses millions de vies constituaient cet esprit…

Lire la suite

Monster [Intégrale 1]

Résultat de recherche d'images pour "monster deluxe 1"

Titre : Monster [Intégrale 1]
Auteur : Naoki Urasawa
Dessinateur: Naoki Urasawa
Éditeur : Kana
Date de publication : 2010 (novembre)

Synopsis : 1986. Kenzo Tenma est un brillant neurochirurgien pratiquant son art à l’hôpital Eisler de Düsseldorf (Allemagne). Tenma est comblé, il vient de sauver la vie d’un chanteur d’opéra célèbre… Promis à la belle Eva Heineman, la fille du directeur de l’hôpital, son avenir est tout tracé. Tout lui sourit… Jusqu’à la nuit où arrivent deux enfants, Anna et Johann Liebert, dont les parents ont été découverts sauvagement assassinés.

Chaque jour, se retrouver entre la vie et la mort… C’est pour cela que les médecins préfèrent penser à leur carrière, l’argent, ou encore leurs recherches. Par le passé, j’étais aussi de ceux-là. Continuer mes recherches et faire carrière.

Publié pour la première fois en 1994 puis réédité dans une version intégrale Deluxe en 2010, Monster fait indéniablement partie des monuments du Seinen, le manga pour adultes. Point, ici, de cheveux noirs qui deviennent jaunes ni de fruits du démon, Monster est un thriller, un polar noir qui se raconte au travers de pas moins de 18 volumes, et moitié moins dans la version Deluxe. Naoki Urasawa, son auteur, grâce à Monster ainsi qu’aux autres mangas qu’il a su construire (20th Century Boys, Pluto) fait figure de légende dans la bande dessinée japonaise.

Lire la suite

Zapping ciné mai 2017 (bis)

 

Quatre avis pour vos sorties ciné de ce weekend : bonnes séances !

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :