Zapping ciné juin 2017 (ter)

Silence on zappe !

Qu’est ce qu’il fait bon dans les salles de cinéma avec cette canicule ! Voilà de quoi vous rafraichir en y ajoutant du plaisir !

 

Ava

Ava

Ava va bientôt perdre la vue. Plutôt que de se morfondre, sa mère excentrique et légère l’embarque à la mer. Elle s’ouvre à la découverte de la sexualité avec un jeune marginalisé. Film cru, où soleil et ombre se télescopent comme pour prévenir Ava de l’imminence de son handicap. Une mise en scène inventive, une musique envoutante, une jeune révélation épatante (Noée Abita). Ava est un premier film lumineux, parfois onirique, pas forcément facile mais qui révèle aussi une bien belle réalisatrice.

Note 3.5

 

KO

KO

Si il y a une seule raison de voir KO, elle s’appelle Laurent Lafitte, absolument génial dans ce rôle ambigu, paranoïaque, au bord de la folie. Le film de Fabrice Gobert montre aussi la violence au travail, le cynisme et l’arrivisme des dominants. Mais si le film nous passionne d’entrée, il se perd et nous perd, malheureusement, avec un scénario brillant mais inabouti, des seconds rôles survolés et une fin qui nous laisse sur notre… faim. Vraiment dommage car le sujet était intéressant.
Note 3.0

 

Wulu

Wulu

Ladji, par dépit, devient trafiquant de drogue. Très vite, et malgré la violence, il devient de plus en plus ambitieux : argent facile, maison splendide avec piscine qu’il partage avec sa sœur… Il semble toucher le bonheur. Portrait singulier d’un jeune homme avide de réussite, mais à quel prix ! Avec en toile de fond la situation désastreuse au Mali et en Afrique de l’Ouest en général, où l’on croise des entrepreneurs européens comme des terroristes d’Aqmi favorisant ce marché parallèle. Dommage que le personnage de Ladji manque d’empathie, car ce premier film de Daouda Coulibaly se regarde avec intérêt malgré quelques longueurs.

Note 3.0

 

Les Ex

Les_Ex

Adapté d’un film italien, Maurice Barthelemy nous offre un film choral, comédie romantique plaisante et plutôt drôle. Il y a une forme de légèreté dans ces portraits attachants, ces personnages en quête de la rencontre qui changera leur vie (ou pas). Le casting (Jean-Paul Rouve en tête, mais aussi Stéfi Celma, Baptiste Lecaplain, Patrick Chesnais…) confirme l’impression générale du film. De plus, Barthelemy rend un bel hommage à la plus belle ville du monde, Paris, qui sert de fil conducteur à cette comédie plus tendre que féroce. Léger et agréable.

Note 3.0

Publicités

Publié le 25 juin 2017, dans Récit contemporain, et tagué , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Bon et bien je n’en ai vu aucun. Le mois de juin ne m’aura pas vu bcp dans les salles obscures !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :