Le Chant des épines, tome 2 : Le royaume éveillé

Titre : Le royaume éveillé
Cycle : Le chant des épines, tome 2
Auteur : Adrien Tomas
Éditeur : Mnémos
Date de publication : 2017 (mai)

Synopsis : Ils sont les héritiers des clans nordiques. Ils rêvent d’unifier et de pacifier leurs terres. Cet espoir se transformera-t-il en cauchemar ? Voici la geste des jeunes héritiers des clans du Nord et de leurs compagnons. Voici la geste des princes otages, de celles et ceux qui ont pour projet de rassembler les marches du Gel pour en faire leur royaume rêvé, puissant, sûr et juste, gouverné avec sagesse.

Il est de temps de cesser de vous comporter comme de petites pucelles effarouchées la nuit de leur première fois ! Je ne sais pas trop ce que vous espériez, mais moi, je ne suis pas venu pour pique-niquer et cueillir des pâquerettes ! On savait très bien qu’en arrivant ici, on tomberait sur des putains de barbares qui voudraient nous foutre leurs haches sur le coin de la gueule Alors quoi, vous avez passé toute la route à échanger des rodomontades sur qui embrocherait le plus de Sylnes, vous avez joué à qui avait la plus grosse et bavassé jusqu’à manquer de salive, mais maintenant qu’on est sur place, vous chiez dans vos frocs alors que les Sylnes sont même pas encore sur la plage ?

 

Après un premier tome plein de promesses, Adrien Tomas revient pour la quatrième fois à son univers du Sixième Royaume qui s’étoffe lentement mais sûrement. « Le royaume éveillé » fait pour sa part clairement office de tome de transition : la petite reine Ithaen poursuit patiemment son entreprise d’unification des clans du nord, aidée en cela par ses Épines qui, chacune à leur manière, cherchent à consolider le plus rapidement possible le fragile royaume naissant. Car de toutes les menaces qui inquiètent le Nord, aucune n’est aussi urgente ni aussi redoutable que celle représentée par l’Empire de Seï, leur puissant voisin du sud. On devine déjà plus ou moins où l’auteur cherche à nous emmener avec ce second tome du « Chant des épines », ce qui n’empêche pas le lecteur de suivre avec intérêt l’évolution de l’intrigue. Certains retournements de situation parviennent d’ailleurs à nous surprendre, notamment dans le dernier tiers du roman où Adrien Tomas n’hésite pas à supprimer certains de ses personnages ou leur faire retourner leur veste à notre plus grande stupéfaction (et à celle des différents protagonistes). Le mode de narration reste quant à lui le même que dans les précédents romans mais se révèle ici bien plus efficace et donne au récit un petit côté nerveux qui n’est pas désagréable. Le changement récurrent de point vue s’avère en effet beaucoup mois gênant pour le lecteur dès lors que celui-ci connaît au préalable la majorité des protagonistes. Quelques maladresses viennent malgré tout perturber la lecture à une ou deux reprises. C’est notamment le cas avec l’introduction de deux nouveaux personnages qui (pour le moment) ne paraissent être présents que pour orienter l’intrigue vers un point précis ou donner à l’auteur l’occasion d’explicité de manière un peu artificielle telle partie d’un plan ou telle spécificité de l’univers.

Le principal point fort du roman reste incontestablement ses personnages, à commencer par les fameuses Épines qui possèdent toutes un rôle bien spécifique auprès de leur reine. Merisia cumule les fonctions d’espionne, d’assassin et d’alchimiste ; Ysemir assume le rôle du guerrier ; Vermine celui de la magicienne et Solheim celui de l’érudit et du guérisseur. Rien de follement original là dedans, si ce n’est que tous ces protagonistes acquièrent très vite un petit côté sombre qui les rend plus complexes et donc bien plus intéressants. Sous ses dehors de reine autoritaire et de stratège, la jeune Ithaen demeure par exemple profondément marquée par ce que lui a fait subir son ancien tuteur. Vermine se laisse quant à elle peu à peu grisée par ses pouvoirs tout en expérimentant pour la première fois les affres de l’amour. Et puis il y a Solheim qui apprend à se familiariser avec une forme de magie nouvelle qui va totalement bouleverser ses préjugés ; Mérisia, forcée de vendre son corps pour garantir la pérennité du royaume ; et enfin Ysemir, promu commandant sans réelle expérience et entretenant une relation difficile avec son père. N’allez donc pas croire que le fait que les personnages soient tous des adolescents aient poussé l’auteur à édulcorer son récit, bien au contraire. Nos jeunes héros se voient ainsi confrontés à des situations vraiment extrêmes pour des enfants, les obligeant bien souvent à agir à l’encontre de leurs aspirations ou de leur éducation. La question est de savoir jusqu’où ils accepteront d’aller… L’intérêt pour les personnages secondaires varie pour sa part en fonction de la récurrence à laquelle on les voit apparaître. J’ai personnellement beaucoup apprécié suivre l’avancée des plans d’invasion de l’empire de Seï par le biais du général Qeshaal et de l’Elfe noir Zaere qui entretiennent une relation complexe fort intrigante.

En ce qui concerne l’univers, on ne peut pas dire que la base soit particulièrement originale puisque on retrouve les races « traditionnelles » des romans de fantasy (les elfes, les nains…) et un décor qui, à première vue, s’inspire essentiellement du modèle médiéval. Le monde d’Adrien Tomas fourmille fort heureusement de trouvailles sympathiques qui peuvent tout aussi bien se trouver au cœur du récit que se révéler complètement anecdotiques. L’auteur a notamment pris grand soin de développer chacune des différentes factions dont il est fait mention dans le roman, les dotant de blasons (signés Jessica Doret), d’un passé plus ou moins glorieux et de figures emblématiques. Outre les Épines qui assument le rôle de protectrices du royaume du Nord, le roman met ainsi en scène un nouvel ordre de chevalerie intéressant constitué non seulement de guerriers mais aussi de sortes de bardes chargés de répandre les hauts faits de leurs compagnons et alliés. On peut également mentionner la sororité de l’étoile grise, ordre constituée uniquement de magiciennes devenu au fil des ans un véritable paniers de crabes, ou encore les Freux et les Effraies, les premiers usant de magie pour guérir, les seconds pratiquant la nécromancie pour détruire. Pour ce qui est du bestiaire, les mandragores du premier tome laissent la place à des ennemis plus classiques mais néanmoins inquiétants, les fameux Elfes noirs qui quittent enfin l’abri de la Grande Forêt pour se frotter à nouveau au monde des hommes. Je suis moins convaincue en revanche par la sylphide Une dont l’intérêt ne se révèle qu’à la toute fin du roman, de même que par l’automate Aevar qui n’est pour le moment que trop peu développé. Les précisions de l’auteur concernant les origines de Vermine et le renforcement de sa magie sont en revanche plus captivants et ouvrent d’intéressantes perspectives pour la suite.

 

Adrien Tomas continue avec ce second tome d’étoffer son univers et ses personnages, les deux gagnants peu à peu en profondeur et en complexité. En dépit de quelques maladresses, le récit se suit avec plaisir et laisse en suspens un certain nombre de questions dont le lecteur attend avidement de connaître les réponses. Le troisième volume devrait être publié courant 2018.

Voir aussi : Tome 1 ; Tome 3

Autres critiques : Le comptoir de l’écureuil

Publicités

Publié le 19 juin 2017, dans Fantasy, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 8 Commentaires.

  1. Je vais le lire bientôt. Lhotseshar vient de le commencer et je le lirais après.
    J’aime beaucoup la photo d’illustration, très jolie 🙂

    • Merci ^^ On n’a pas grand chose en déco pour faire des photos classes mais là je trouvais que se prêtait bien au ton du roman 😉 Hâte de lire vos avis !

  2. Dans ma PAL ! Content de voir qu’il est réussi.

  3. Hé!hé!
    Je l’ai! J’avais bien aimé le premier tome, et nous avons le même ressenti avec ces personnages en point fort.
    Me tarde de voir ce que devient Ténèbres….

  4. Mais c’est qu’elle me tente, la vilaine !!! 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :