Un tremplin pour l’utopie

un-tremplin-pour-lutopie

Titre : Un tremplin pour l’utopie
Auteurs/Nouvelles : Estelle Faye (« Les anges tièdes ») ; A. D. B. (« Destinée d’une nation ») ; David Chambost (« Les premiers jours de mai ») ; Vincent Gaufreteau (« Anémocratie ») ; Ariel Holzl (« Le jour où Dieu m’a vue nue ») ; Aurélie Léon (« Murmures lointains ») ; Bruno Pochesci (« Le moins pire des mondes ») ; Christian Chavassieux (« Nulle part, tout le temps »)
Éditeur : ActuSF / Mnémos / Les Moutons Électriques (collection Hélios)
Date de publication : 2016 (juin)

Synopsis : L’utopie ! Pas de société dysfonctionnelle, pas de dystopie… Pas d’utopies conduisant à l’apocalypse ou à la tyrannie verte, rouge, noire, bleue, chromée, Z, bio, etc. Pas d’enfers pavés de bonnes intentions. L’utopie : la vraie, celle qui est réalisée (va se réalisée, s’est réalisée), celle qui est viable, qui fonctionne ! Une anthologie gratuite pour le n° 50 de la collection Hélios. Pour faire rêver, réfléchir, donner des idées, des envies, ouvrir des voies, redonner une vision aux possible. Car, sans utopie, la vie vaut-elle vraiment d’être rêvée ?

Note 4.0

Les rôdeurs ne sont pourtant pas de mauvais bougres et nous les accueillons toujours avec amitié. Il faut dire qu’en plus de la crasse, ils amènent avec eux des nouvelles du lointain. Ils nous parlent des autres communautés qu’ils ont croisées lors de leurs périples. Ce groupe de l’ouest, qui chasse le chevreuil à la lance. Un vieux monastère reconverti en ferme, dirigée par une vieille dame qui veille seule sur une fratrie de jeunes adolescents. Un village en bord de mer devenu la capitale d’une nation de pêcheurs qui vivent des eaux redevenues riches. Difficile de dire quelles histoires sont vraies et lesquelles tiennent de la fantasie du conteur. Certaines se recoupent, peu importe pour les autres. Nous les écoutons dans un silence religieux, car des voix rauques des rôdeurs naissent des récits d’hommes qui vivent comme nous cette nouvelle ère. Nous ne sommes pas seuls. (David Chambost, Les premiers jours de mai)

 

Qui n’a jamais rêvé d’un monde parfait ? D’un endroit où les hommes pourraient vivre en paix avec eux-mêmes et avec leur environnement, sans que rien ne vienne gâcher cette perfection ? Le contexte dans lequel nous vivons aujourd’hui ne se prête guère à l’utopie, et c’est peut-être justement pour cette raison que ce petit ouvrage m’a à ce point charmé. Résultat d’un concours de nouvelles lancé en 2015, l’anthologie « Un tremplin pour l’utopie » regroupe les textes des six lauréats encadrés de deux auteurs chevronnés : Estelle Faye et Christian Chavassieux. L’occasion pour le collectif des Indés de l’Imaginaire de mettre en avant la spécificité de leur création (trois maisons d’édition concurrentes qui s’associent, ce n’est effectivement pas courant…) et de fêter le cinquantième numéro de leur collection de poche partagée, Hélios. Honneur aux dames, c’est à Estelle Faye que revient la charge d’ouvrir l’anthologie avec « Les anges tièdes », un texte très réussi qui nous entraîne à la découverte d’une utopie… virtuelle. Créé au départ pour n’être qu’un « simple » jeu vidéo de fantasy, Arcadia Online s’est peu à peu développé pour devenir un véritable univers dans lequel les humains passent toute leur existence, bien à l’abri dans un caisson répondant à tous leurs besoins vitaux. Mais à trop vouloir rendre tout parfait, ne risque-t-on pas l’ennui ? « Aujourd’hui, pour s’occuper, les citoyens d’Arcadia jouent à pousser des jetons mauves et roses sur une marelle, ou à faire pousser les plus gros navets. Avant, ils avaient d’autres jeux. Ils combattaient des Hydres dans les marais d’Asclépios, ils bravaient les géants des neiges sur la barrière des monts Sabres. Les cyclopes de pierre du port d’Antérion s’animaient. Les sirènes aux ailes de nuit attaquaient les bateaux sur la mer Turquoise, et des djinns vengeurs se mêlaient aux vents du désert. » Une utopie, oui, mais en passe d’être compromise…

Le texte suivant est signé A. D. B. et allie cette fois utopie et uchronie, l’avenir des États-Unis et de l’Europe ayant basculé après l’émergence d’une nation amérindienne au XVIIIe siècle. L’idée ne manque pas d’originalité et est détaillée avec soin mais la narration maladroite empêche une véritable immersion de la part du lecteur. « Les premiers jours de mai » nous entraîne ensuite dans un monde post-apo à priori assez classique (à noter toutefois que la fin du monde n’est pas due à une prolifération de zombies mais à une étrange épidémie). Ce n’est cependant pas la catastrophe en elle-même qui intéresse David Chambost mais plutôt l’après : que se passe-t-il pour les survivants des années après la fin, quand vivre sur les restes de l’ancien monde ne suffit plus ? L’auteur met en scène une petite communauté renouant avec un mode de vie oublié, simple et sain, et signe de très beaux passages, à l’image de celui où l’on découvre les grands supermarchés d’autrefois réinvestis par la nature, ou encore celui dans lequel des voyageurs abreuvent la communauté de récits étonnants sur un monde redevenu mystérieux. La nouvelle suivante vaut elle aussi le détour et prend place après la prise de Nassau par le gouverneur anglais Rogers au XVIIIe, alors que les pirates des Caraïbes se retrouvent sans véritable pied-à-terre. Les navires des rebelles commencent alors à s’agréger sur la mer et en viennent peu à peu à former une véritable cité flottante régie selon une idée originale : le groupe qui aura le pouvoir de décider pour la communauté sera choisi en fonction de la brise qui soufflera sur le moment. Le pouvoir au vent : en voilà un beau programme ! Le contexte dans lequel se déroule la nouvelle ne manque pas d’attraits et la plume inspirée et plein de gouaille de Vincent Gaufreteau rajoute un charme supplémentaire à cette « Anémocratie ».

On plonge ensuite dans de la pure science-fiction avec « Le jour où Dieu m’a vue nue », une nouvelle habilement construite signée Ariel Holzl. La chute est plutôt inattendue et l’utopie dépeinte elle aussi assez originale : et si grâce au perfectionnement des nouvelles technologies on proposait à chaque citoyen de voter pour prendre des décisions ? (vous vous imaginez un peu voter pour choisir quel temps il fera demain… ?) Dans « Murmures lointains » Aurélie Léon imagine pour sa part un monde où les humains seraient tous connectés les uns avec les autres, tandis que Bruno Pochesci opte dans « Le moins pire des mondes » pour un système tout aussi inventif : et si un simple bracelet pouvait évaluer votre degré de bonheur et vous le communiquer sous la forme d’un pourcentage ? Face à cette révolution technique sans précédent, l’auteur a l’idée de tester les réactions de personnalités influentes partout dans le monde. Imaginez un peu un grand chef d’entreprise découvrir que rendre ses employés heureux fait également grimper son pourcentage ? Qu’en serait-il du président des États-Unis ? Et du pape ? (à qui on doit ici une scène particulièrement jouissive). « Les hommes sont toujours aussi friands de spiritualité mais rejettent désormais toute codification religieuse. Manger ceci, prier le cul tourné par-là, empapaouter madame comme ci plutôt que comme ça… Toutes ces simagrées n’ont plus lieu d’être. Tu cherches Dieu ? Mate les étoiles, comme tes ancêtres. Ou le roulis des fesses de ta douce, le sourire d’un môme, la frénésie d’un chaton aux prises avec une pelote de laine… » Christian Chavassieux clôt ce recueil avec « Nulle part, tout le temps », une petite nouvelle dans laquelle un homme chargé de contrôler la bonne tenue d’une expérience utopique se retrouve à y participer pour la sauver. De quoi refermer l’ouvrage sur un peu de douceur.

 

Une petite anthologie consacrée à des sociétés idéales qui regorge de bonnes idées pour réinventer le monde d’aujourd’hui et celui de demain. Et puisqu’on est dans l’utopie, sachez que l’ouvrage vous est offert pour l’achat de deux livres appartenant à la collection Hélios : une raison supplémentaire de ne pas vous priver de cette bienvenue touche d’optimisme !

Critique réalisée dans le cadre du challenge Francofou 4

challenge-francofou-300x300

Publicités

Publié le 24 février 2017, dans Science-Fiction, et tagué , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 6 Commentaires.

  1. Merci pour ta chronique. Je vais aller faire un tour sur le site de Hélios!

  2. Moi je vais aller vivre en Théorie, parce qu’en Théorie, tout marche toujours bien 🙂

  3. Intéressant retour sur une anthologie dont on a beaucoup entendu parlé mais sur laquelle on a finalement eu peu de retours, merci. 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :