De Cape et de Crocs, Tome 12, Si ce n’est toi…

Titre : Si ce n’est toi…
Série : De Cape et de Crocs, tome 12
Auteur : Alain Ayroles
Dessinateur : Jean-Luc Masbou
Éditeur : Delcourt
Date de publication : 2016 (décembre)

Synopsis : Capturé par les malandrins de la Cour des miracles, Eusèbe est conduit à leur terrible chef qui n’est autre que son frère, Fulgence. Ce lapin malhonnête et violent fomente avec Fagotin, le singe assassin, un abominable forfait. Pris entre trahisons et intrigues de cour, Eusèbe parviendra-t-il à ramener Fulgence dans le droit chemin ? À moins que ce jumeau maléfique ne l’entraîne sur la voie du crime.

Note 5.0

Regarde mes sujets : sans terre, sans patte ou sans toit, avaient-ils d’autres choix que de se faire sans loi ?
Regarde-les, les moutons noirs, les brebis galeuses, les canards boîteux… ils font peur à voir n’est-ce pas ? Ils ne sont pas polis, eux ! Ils ne font pas tout bien eux ! Ils ne sont pas mignons !

Il faut bien avouer que lorsque je me suis rendu au FIBD d’Angoulême, je nourrissais le secret espoir de rencontrer les auteurs de De Cape et de Crocs. Alain Ayroles était annoncé, et je pressentais comme beaucoup d’autres que Jean-Luc Masbou ferait partie des invités surprises de l’éditeur Delcourt. L’attente fut en fin de compte récompensée et je pu obtenir les dédicaces tant rêvées. Ce fut aussi l’occasion de discuter et tous deux me confièrent que les personnages leur manqueraient. Et ce n’est pas sans émotion que de mon côté j’ouvrai puis refermai quelques temps plus tard ce douzième et ultime opus de De Cape et de Crocs. C’est par cette série, sans doute l’une des plus fantastiques de ces vingt dernières années (tâchons des rester objectif), que je suis revenu à la bande dessinée il y a quelques années maintenant. Après un onzième tome que j’avais trouvé quelque peu en deçà, mon attente était devenue fiévreuse de retrouver Eusèbe dans ses aventures.

Car pour ceux qui n’auraient pas suivi (haro sur vous !), exit, dans les deux derniers tomes, le loup hidalgo Don Lope et le renard Armand de Maupertuis, c’est bien le lapin blanc Eusèbe que l’on suit dans ses aventures. La piste en avait été lancée plusieurs fois dans l’histoire principale, et il est vrai qu’une histoire consacrée à Eusèbe, aussi mignon soit-il, ne me semblait pas forcément nécessaire. Ce tome final s’ouvre sur les retrouvailles entre le bon et naïf Eusèbe, capturé par les malandrins de la cour des miracles, et son machiavélique de frère Fulgence, qui règne en maître sur cette « crème de la lie ». Ce dernier tente d’enrôler son jumeau mais remet finalement son ambition à plus tard à la vue de la trop grande droiture de son frère. A l’inverse, Eusèbe aimerait ramener son frère sur le chemin de la rédemption. Bien malgré lui, le brave lapin continue de se trouver plongé dans le même temps dans les engrenages des intrigues de cour, sans compter qu’il ne doit pas oublier qu’à l’aube, l’honneur doit lui faire affronter en duel la plus fine lame du royaume. Ah oui, parce qu’Eusèbe qui ne voulait resté inemployé à son arrivée à Paris est à la fois rôtisseur, acteur et garde du cardinal.

Résultat de recherche d'images pour "de cape et de crocs si ce n'est toi"

Parmi les grandes qualités de De Cape et de Crocs figure indéniablement sa propension à faire sourire et rire. A cela, il n’y a qu’une raison, les dialogues ciselés et rimés à la perfection d’Alain Ayroles qui donnent toute sa dimension poétique et théâtrale à l’aventure du lapin. En prose comme en vers, l’écriture est géniale, riche dans des termes judicieusement choisis. Même sans vouloir lire l’album, le lecteur distrait verra s’activer ses zygomatiques en choisissant sa page au hasard. Le scénariste n’oublie pas d’ailleurs de brosser dans le sens du poil les lecteurs de la première heure par des références disséminées ça et là au gré des bulles. Certes, l’on n’est plus désormais au cœur d’une grande fresque théâtrale, d’une épopée, mais plutôt plongé dans des intrigues politiques qui ne tiennent pas moins le lecteur en haleine jusqu’à la dernière case. Sans failles, Ayroles aura tenu ses bons mots jusqu’à la fin.

Résultat de recherche d'images pour "de cape et de crocs si ce n'est toi"

Au dessin, le travail d’orfèvre de Jean-Luc Masbou vient comme à son habitude magnifier l’écriture de cet album. Dès la première page l’on se retrouve baigné dans les teintes chaudes et froides qui se côtoient dans une même case comme la série a pu nous y habituer. Le traitement des couleurs, le jour et la nuit, les effets de lumière donnent une dimension fantastique au travail de l’artiste. Quant au trait, Masbou s’en donne à coeur-joie pour rendre la ville de Paris plus vivante que jamais, dans des lieux aussi divers que détaillés, avec leurs ambiances propres, et surtout par la présence de mille personnages plongés dans leurs activités quotidiennes. Appliqués, râleurs, ténébreux, sournois, loufoques, les visages dessinés par Masbou font tous sourire. On trouve d’ailleurs plus de personnages sous les traits d’animaux que jamais : ours, singe, canards… Bref, chaque planche, chaque case mérite que l’on s’y attarde tant il y a à y voir, y chercher même parfois.

L’image contient peut-être : dessin

La dernière case vient boucler la boucle. De Cape et de Crocs, c’est bien terminé. Bande-dessinée d’aventure, de piraterie, de cape et d’épée, de science fiction, la saga se clôt sur ce douzième tome, deuxième volume du diptyque qui vient admirablement, en préquel, conclure une aventure lancée en 1995. Mais, nul doute, on s’y replongera, parce que ça se mange sans faim et que c’est toujours aussi bon.

Voir aussi : Tome 1

Advertisements

À propos de Casper

Elevé à l'université kaamelott option Simpson, plus ou moins historien moderniste, geek invétéré (on ne se refait pas). Revenu il y a fort longtemps à la bande dessinée par le manga, et tombé désormais dans la marmite BD-comics-manga, s'essaye à la chronique.

Publié le 23 février 2017, dans Fantasy, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 5 Commentaires.

  1. De capes et de crocs est une de mes bande-dessinées préférées ! Dommage, j’ai arrêté au 10ème tome, je devrais finir la série 😀

    • Le 11è m’avait laissé sur ma faim. La trame n’est plus tout à fait la même forcément, mais le 11 et surtout ce dernier viennent boucler cet univers génial. Il faut les lire^^

  2. 100000 % d’accord avec toi! Il faut les lire et relire, et relire. Ma BD préférée.

  3. Comme tu le dis bien, l’une des qualités de cette BD c’est qu’on trouve toujours de nouvelles choses en relecture !

  4. Adoré la série de capes et de crocs, découverte sur le tard, et j’ai lu aussi les deux tomes consacrés à mon lapin préféré ! Super !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :