Mes vrais enfants

mes-vrais-enfants

Titre : Mes vrais enfants (My Real Children)
Auteur : Jo Walton
Éditeur : Denoël (Lunes d’Encre) [fiche officielle]
Date de publication : 19 janvier 2017 (2014 en VO)

Synopsis : Née en 1926, Patricia Cowan finit ses jours dans une maison de retraite. Très âgée, très confuse, elle se souvient de ses deux vies. Dans l’une de ces existences, elle a épousé Mark, avec qui elle avait partagé une liaison épistolaire et platonique, un homme qui n’a pas tardé à montrer son véritable visage. Dans son autre vie, elle a enchaîné les succès professionnels, a rencontré Béatrice et a vécu heureuse avec cette dernière pendant plusieurs décennies. Dans chacune de ces vies, elle a eu des enfants. Elle les aime tous… Mais lesquels sont ses vrais enfants : ceux de l’âge nucléaire ou ceux de l’âge du progrès? Car Patricia ne se souvient pas seulement de ses vies distinctes, elle se souvient de deux mondes où l’Histoire a bifurqué en même temps que son histoire personnelle.

Note 4.0
 
Coup de coeur

Petit à petit, elle commença à se faire des amis. Ses engelures l’y aidèrent ; comme tout le monde en avait ou connaissait quelqu’un qui en souffrait, on lui suggérait des remèdes. Les engelures annihilaient plutôt efficacement les barrières sociales.

Jo Walton a d’ores et déjà une belle bibliographie et la collection Lunes d’Encre des éditions Denoël a largement misé sur ses publications. Ainsi, après Morwenna et la trilogie du Subtil Changement (Le Cercle de Farthing, Hamlet au paradis, Une demi-couronne), nous est proposé Mes vrais enfants !

Mes vrais enfants narre l’histoire d’une simple héroïne, Patricia Cowan, que le lecteur trouvera déjà fort affaiblie dans le premier chapitre, car à près de 90 ans, cette vieille dame est dans un état continuellement confus. Elle perd prise avec ses souvenirs qui semblent doucement partir dans la brume de sa conscience. Pourtant, elle s’en rappelle des choses ! Depuis sa naissance en 1926, elle en a vécu des événements particuliers ! En les reprenant depuis son enfance, elle nous refait vivre un siècle de progrès, de drames et d’anecdotes charmantes. Toutefois, au détour d’un de ses événements de 1949, la proposition de mariage de Mark, son amour de jeunesse, mène à deux souvenirs distincts : l’un où elle répond positivement, l’autre où elle la rejette en bloc. Quel est le bon souvenir ? Ce pourrait être l’interrogation de ce roman, mais finalement l’intrigue tient surtout dans la force des choix que nous faisons, sans pour autant adouber l’une ou l’autre des solutions choisies.

La narration de Jo Walton se fait à la troisième personne et pourtant nous sommes au plus près des pensées de l’héroïne, car celle-ci se coltine constamment un « souci », elle ne parvient plus à se souvenir, ou plutôt à être sûre de ses souvenirs. Elle se souvient de deux temporalités bien distinctes, une où elle a accepté une vie morne avec un amour décevant mais une vie familiale tout à fait remplie pour autant, et une autre où elle a rejeté l’amour conventionnel pour suivre une voie professionnelle bien plus prometteuse (elle se fait connaître par des guides touristiques très appréciés, notamment sur le patrimoine des villes italiennes) qui va mener sa vie familiale vers bien d’autres choix. Cela mène parfois à quelques scènes cocasses entre ces deux mondes possibles, comme par exemple, le moment, dès le premier chapitre, où Patricia cherche ses jumelles pour voir un arbre au loin, mais se demande si les jumelles sont bien de ce monde-ci et ce qui se passerait si l’arbre était de l’autre… Cette alternance est très simplement transcrite dans la narration : un chapitre sur deux suit alternativement Tricia, épouse docile qui doit progressivement surmonter les conséquences de ce premier choix malheureux, et Pat, féministe libérée qui assument très vite des choix d’avant-garde mais doit tout autant surmonter les difficultés de la vie.

Mes vrais enfants vogue sur une trame digne de La Part de l’autre, d’Eric-Emmanuel Schmitt, mais où les uchronies possibles sont d’abord personnelles, l’aspect historique passant au second, voire à l’arrière-plan. Bien sûr, si vous êtes assidus, vous trouverez des détails qui sont modifiés dans les deux lignes temporelles, l’une privilégiant le progrès au sens sociétal et l’autre au sens technologique, en passant par quelques « avancées » significatives vis-à-vis de la gestion militaire du nucléaire. D’autres que moi ont parfaitement collecté toutes ces anecdotes d’histoire alternative comme la réduction de Kiev et Miami par le feu nucléaire, le mariage fidèle de Charles et Camilla, et tant d’autres, cela relève d’une subtilité très bien placée par l’autrice. Ce n’est pas là à mon avis le cœur du sujet : il s’agit surtout ici de parcourir la vie d’une héroïne confrontée à des choix et qui les explorent à fond. Est-ce pour autant la vérité ? La réponse importe peu. Jo Walton nous fait surtout suivre une magnifique saga familiale et personnelle, à la façon de ces télésuites (de qualité très fluctuante certes) à propos de drames familiaux sur plusieurs générations (moi, j’ai pensé aux bons côtés des Oiseaux se cachent pour mourir, du Château des Oliviers ou même mieux, du Grand Batre) : on sait que la tragédie va poindre à l’horizon et pourtant l’enchaînement des événements se fait si naturellement que la lecture passe à une vitesse folle. Cela peut être une contrainte à la toute fin de Mes vrais enfants, car vraiment les dernières années filent à toute allure, mais les sujets abordés par Jo Walton sont prenants, universaux et totalement d’actualité. Ainsi, l’autrice brasse des thématiques comme la construction d’une conscience féministe, la question de la sénilité à gérer par la famille, le handicap comme événement à surmonter, la lutte contre la prolifération nucléaire, le combat pour une conscience écologiste, le pouvoir de culture dans la construction de chacun, etc. (je n’utilise que très rarement cette locution « etc. », mais là c’est vraiment utile car de thématiques il y en a moult !). D’ailleurs, ce beau roman a été récompensé en 2014 par le Prix James Tiptree Jr. qui met en valeur la sexuation dans les littératures de l’imaginaire ; un roman comme Le Silence de la Cité, d’Elisabeth Vonarburg, l’aurait bien mérité aussi, mais il faut reconnaître que les choix de l’héroïne montrent parfaitement les possibilités que nous offrent notre humanité en matière de découverte de la sexualité.

Pour les plus tatillons (dont je fais partie), il faudrait se demander dans quel genre nous sommes ici : au premier abord, nous pourrions être dans du fantastique, car la réalité n’est pas très palpable, mais il n’y a pas pour autant de malaise à ne pas savoir où est la réalité ; l’uchronie historique, même très personnelle comme ici, est parfois classée (à raison selon moi) dans la fantasy, mais cela en rebuterait certains ; est-ce pour autant de la science-fiction ? À mon humble avis, non plus, car il n’y a pas de volonté de créer dans le futur un monde autre que le nôtre, présence de la science ou non. Clairement, dans cet ouvrage, nous parcourons un imaginaire très sociétal, où les aspects imaginaires sont justement placés en arrière-plan. Je l’avoue, je ne vais pas le faire lire pour rien à ma chère maman, allergique à toute littérature SFFF !

Mes vrais enfants m’a donc vraiment touché au plus profond. J’ai toujours du mal à parler de chef-d’œuvre quand il n’y a pas particulièrement de codes littéraires sublimés ou transgressés ; au contraire, Jo Walton a créé ce roman en se passant parfaitement de l’aspect « littératures de l’imaginaire » et c’est tout à son honneur, car c’est, il me semble, une très bonne porte d’entrée pour découvrir les bienfaits de s’imaginer toutes les possibilités de nos vies.

Autres critiques : Apophis (Le Culte d’Apophis) ; Célindanaé (Au Pays des Cave Trolls) ; Cornwall (La Prophétie des Ânes ; Gromovar (Quoi de Neuf sur ma Pile ?) ; Lhisbei (RSF Blog) ; Lorhkan (Lorhkan et les mauvais genres) ; Lune (Un Papillon dans la Lune) ; Lutin82 (Albédo – Univers imaginaires) ; MarieJuliet (Les Lectures de MarieJuliet) ; Philémont (Les Lectures de Philémont) ; Siku (Reflets de mes lectures) ; Strega (Les carnets d’une Livropathe) ; Sylvie Sagnes (Cunéipage) ; Xapur (Les Lectures de Xapur) ; Yogo (Les Lectures du Maki)

Publicités

À propos de Dionysos

Kaamelotien de souche et apprenti médiéviste, tentant de naviguer entre bandes dessinées, littérature de l’imaginaire et quelques incursions vers de la littérature plus contemporaine (@DenisPiel). Membre fondateur du Bibliocosme.

Publié le 14 février 2017, dans Science-Fiction, et tagué , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 31 Commentaires.

  1. Excellente critique. Je vois que je ne suis pas le seul a l’avoir prêté à ma mère 😀

  2. Un roman très riche et très émouvant, pour moi c’est un chef d’oeuvre.

  3. Décidément, je ne lis que des éloges sur ce roman. Il va falloir que je franchisse le pas!

  4. j’aime ça, quand je n’arrives pas vraiment à classer un livre dans un genre particulier, voire à ne pas le classer du tout. ça me donne bien envie de m’y pencher !

  5. Lu!
    Et je ne suis pas totalement au diapason.
    Belle critique.

  6. Bon sang, pas encore découvert cette auteure, pourtant, on m’a rappelé dernièrement que j’avais Morwena !

  7. Voila un article qui donne envie!

  8. C’est un très beau texte ! Je l’ai prêté à ma maman aussi mais je ne prends pas grand risque, elle a déjà lu tous les autres textes de Jo Walton ^^.

  9. Difficile de rester de marbre devant ce texte, un grand roman !

  1. Pingback: Mes vrais enfants – Jo Walton | Le culte d'Apophis

  2. Pingback: Mes vrais enfants | Au pays des Cave Trolls

  3. Pingback: Mes Vrais Enfants – Jo Walton | Les Lectures de Xapur

  4. Pingback: Mes vrais enfants – Jo Walton – Albédo

  5. Pingback: Mes Vrais Enfants | Les carnets d'une livropathe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :