Chaos debout à Kinshasa

chaos-debout-a-kinshasa

Titre : Chaos debout à Kinshasa
Scénariste : Thierry Bellefroid
Dessinateur : Barly Baruti
Éditeur : Glénat
Date de publication : 2016

Synopsis : 1974. Ernest, petit voyou de Harlem, navigue de combine en combine pour rembourser une dette à de dangereux malfaiteurs. Grâce à un concours organisé sur une radio privée, il gagne un voyage pour assister au « combat du siècle » entre Mohammed Ali et George Foreman, à Kinshasa ! Une aubaine pour Ernest qui va pouvoir se mettre au vert et renouer avec ses racines auprès de ses « frères africains ». Mais il est loin d imaginer dans quel état se trouve le Zaïre au plus fort de la guerre froide… Dirigé d une main de fer par le président-dictateur Mobutu, gangréné par la corruption, le pays est devenu un véritable nid d espions et de politiciens véreux. Des individus sans scrupule qui n ont rien à envier aux pires truands de Harlem…

Note 3.0

Mohamed Ali ne fait pas de politique africaine. Mohamed Ali est le plus grand boxeur noir de tous les temps. Et il est l’invité du Zaïre, pas du président zaïrois mais du peuple d’Afrique. Après 400 ans d’esclavage, Ali rentre chez lui !

 

1974. Zaïre. Les amateurs de sport attendent fébrilement l’un des événements sportifs les plus importants du moment : le combat opposant Mohamed Ali et George Foreman, deux légendes de la boxe. Pour Ali c’est l’occasion de revenir sur le devant de la scène et de reconquérir son titre de champion du monde. Pour Mobutu, le président du Zaïre, il s’agit de faire la promotion de son pays et d’exalter la culture africaine en s’affranchissant de l’influence des grandes puissances coloniales. Pour Ernest, enfin, afro-américain lambda ayant contracté des dettes auprès des mauvaises personnes, ce combat représente une opportunité exceptionnelle, celle d’enfin partir à la découverte de ses origines africaines. Espionnage, manipulation, corruption, assassinat politique… : le lecteur se retrouve plongé dans un véritable panier de crabes, sans toujours être en mesure de bien comprendre les enjeux et motivations de chacun. Le principal reproche que l’on pourrait faire à l’ouvrage réside dans ce manque de contextualisation qui peut s’avérer vraiment gênant pour ceux qui n’auraient vraiment qu’une vague idée du contexte politique africain de l’époque (dont, malheureusement, je fais partie). Le bref dossier apportant des éclairages bienvenus sur les circonstances particulières ayant entouré cet événements sportif aurait ainsi gagné à être placé au début de l’album (et non à la fin) pour permettre au lecteur de bien saisir toutes les références qui fourmillent tout au long du récit.

chaos-debout-a-kinshasa-planche-1

En dépit de ce désagrément, l’intrigue se suit avec intérêt, à défaut de véritable passion (il faut dire aussi que le sport n’est pas vraiment mon sujet favori). L’ouvrage brasse de nombreuses thématiques propres à l’Afrique des années 1970 : les relations tour à tour amicales et conflictuelles entretenues avec les colonisateurs d’autrefois (ici la Belgique) ; la paranoïa anti-communiste qui ne touche manifestement pas que le gouvernement américain ; l’installation de la dictature au Zaïre ; la politique panafricaine lancée par Mobutu qui veut rendre sa fierté aux Africains (adoption d’un costume traditionnel et rejet des noms chrétiens imposés par les Européens, par exemple)… L’album permet également de découvrir les nombreuses facettes de Mohamed Ali, pas seulement celle du sportif mais aussi de l’homme engagé politiquement, prônant lui aussi un retour aux origines pour les Noirs partout dans le monde. Les graphismes sont pour leur part assez particuliers, pas tant en ce qui concerne le coup de crayon mais plutôt en matière de colorisation. Barly Baruti opte pour des tons pastels et une multitude de couleurs qui se mélangent en un mariage étrange, parfois un peu trop criard à mon goût (c’était déjà le cas dans « Madame Livingstone » mais dans une moindre mesure). On adhère ou pas, en tout cas l’aperçu que l’artiste donne du Congo de l’époque est saisissante et pour le moins dépaysante.

chaos-debout-a-kinshasa-planche-2

Avec « Chaos debout à Kinshasa », Thierry Bellefroid et Barly Baruti proposent de revisiter un événement marquant de l’histoire de la boxe, le tout sur fonds de magouilles politiques entre grandes puissances occidentales et un pays d’Afrique en proie à la dictature. A découvrir… à condition d’avoir des bases solides concernant le contexte de l’époque.

Publicités

Publié le 10 février 2017, dans Histoire, et tagué , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :