Sénéchal

senechal

Titre : Sénéchal
Auteur : Grégory Da Rosa
Éditeur : Mnémos
Date de publication : 2017 (février)

Synopsis : Lysimaque, la Ville aux Fleurs, fière capitale du royaume de Méronne, est encerclée et menacée par une mystérieuse armée. Et pour le sénéchal Philippe Gardeval, ce n’est que le début des ennuis. Suite à l’empoisonnement d’un dignitaire de la cité, il découvre que l’ennemi est déjà infiltré au sein de la cour, dans leurs propres rangs ! Sous quels traits se cache le félon ? Parmi les puissants, les ambitieux et les adversaires politiques ne manquent pas ; le sénéchal devra alors faire preuve d’ingéniosité pour défendre la ville et sa vie dans ce contexte étouffant d’intrigues de palais.

Note 3.5

La lâcheté est au caractère ce que la trahison est à la guerre. Les héros n’y survivent pas.

 

Pour son premier roman, Grégory Da Rosa a bénéficié d’une sacrée promotion de la part de son éditeur qui ne tarit pas d’éloge sur le talent de son nouveau jeune prodige. L’avantage, c’est que le lecteur entame le roman avec un bel enthousiasme. L’inconvénient, c’est que, pour peu que le récit ne soit pas à la hauteur, la déception risque d’être plus rude. Dans le cas de « Sénéchal », si le bilan est effectivement plutôt mitigé, l’ensemble se révèle malgré tout positif. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, il ne s’agit pas d’un one-shot mais du premier tome d’une série mettant en scène un certain Philippe Gardeval, ami et conseiller du roi Édouard le Sanguin qu’il sert fidèlement depuis des années en dépit de l’hostilité que lui manifeste une partie de l’aristocratie, gênée par ses origines roturières. Depuis qu’on l’a réveillé en catastrophe pour lui annoncer que la ville était assiégée, l’animosité des nobles de la cour est pourtant devenue le cadet de ses soucis… Et ça ne s’arrange pas lorsque le roi échappe coup sur coup à plusieurs tentatives d’assassinat ! Le doute n’est dès lors plus permis : l’ennemi a bel et bien infiltré la cour. Reste à savoir comment démasquer les traîtres… Si nous n’avons certes pas affaire à un univers « d’une originalité rare » comme stipulé sur la couverture, le monde esquissé par Grégory Da Rosa se révèle en tout cas prometteur. Nés de l’implosion puis de la fusion de la Terre, du Paradis et de l’Enfer, les territoires sur lesquelles résident notre protagoniste abritent désormais humains, anges et diverses autres espèces forcées de cohabiter. Si l’action se limite à la seule ville de Lysimaque, capitale de Méronne, le lecteur comprend donc assez vite que l’univers bâti par l’auteur est bien plus complexe que cela et sera probablement amené à s’étoffer au fil du temps (la présence d’une carte en début d’ouvrage serait d’ailleurs judicieuse).

Le caractère atypique du roman tient en fait surtout à la plume de Grégory Da Rosa qui opte ici pour un style très particulier, parsemant son roman de mots de vocabulaire tirés du vieux français ou faisant référence à des vêtements, meubles ou équipements propres aux périodes antique et médiévale. La volonté de l’auteur de renforcer par ce biais l’immersion du lecteur est louable, seulement le résultat n’est pas toujours du plus bel effet (et pourtant je suis moi-même une grande férue d’histoire). C’est notamment le cas dans la première partie du roman qui voit défiler un nombre incalculable de notes de bas-de-page qui nuisent à la fluidité du récit, d’autant plus que certaines se révèlent parfois peu pertinentes car consacrées à des termes aisément compréhensibles sans explications (des mots comme « piétaille » ou encore « oriflamme » n’ont, par exemple, pas franchement besoin d’une définition…). Cette impression de lourdeur finit toutefois par s’estomper à mesure que l’on avance dans le roman qui gagne peu à peu en rythme. On remarque en effet une nette différence entre le début du roman (prometteur mais encore balbutiant) et la seconde partie du récit (bien meilleure car davantage maîtrisée et plus dynamique). Cette amélioration vaut d’ailleurs autant pour le style que pour les personnages, à commencer par le héros qui, en gagnant en complexité, accroît son capital sympathie aux yeux du lecteur. Les joutes verbales stériles et légèrement puériles entretenues dans le premier tiers de l’ouvrage entre le sénéchal et un autre conseiller laissent ainsi peu à peu la place à des scènes plus intimistes qui nous permettent de faire plus ample connaissance avec certains des acteurs gravitant autour du protagoniste.

Certains personnages révèlent alors un beau potentiel, qu’il s’agisse du fil du sénéchal, amer d’être rabaissé à cause de ses origines non nobles, de sa toute aussi amère et odieuse épouse, du colossal et jovial guerrier Roufos (à qui on doit d’ailleurs une superbe chanson paillarde !), ou encore du myr Gilmenas, magicien certainement plus puissant et plus retors que ce qu’il laisse imaginer au reste de la cour. L’un des autres avantages de ce développement des relations entre les différents personnages réside dans la qualité des dialogues qui croît, elle aussi, de manière significative à mesure que les pages défilent. Les répliques trop travaillées et donc un peu trop lourdes du début laissent ainsi peu à peu la place à des échanges plus dynamiques dans lesquels les personnages optent pour un vocabulaire plus familier mais surtout plus réaliste. On sent alors nettement l’influence qu’ont pu avoir sur Grégory Da Rosa des auteurs comme Jean-Philippe Jaworski ou encore G. R. R. Martin. Les adages tour à tour graves ou humoristiques placés au début de chaque nouveau chapitre et proposant une réflexion sur la politique ou la religion s’inscrivent d’ailleurs dans cette même veine et sont pour leur part très réussis (« L’obscurité est une absence de lumière. La mort une absence de vie. L’ignorance est une absence de savoir. La solitude, une absence d’autrui. Ce qui ronge l’homme ce n’est pas le Mal. C’est le Néant. »). Le final du roman est lui aussi bien amené, le cliffhanger assez inattendu clôturant ce premier tome ouvrant d’intéressantes perspectives pour la suite, aussi bien pour le héros que pour le royaume de Méronne. Affaire à suivre…

 

Avec « Sénéchal », Grégory Da Rosa signe donc un premier roman très prometteur qui, en dépit des quelques maladresses du début, parvient à accrocher solidement le lecteur qui referme l’ouvrage conquis. L’enthousiasme dont fait preuve l’auteur tout au long du récit n’y est d’ailleurs pas étranger et, si certains de ses choix sont effectivement discutables, celui-ci a au moins le mérite d’oser s’écarter de certains sentiers un peu trop battus. Une belle découverte, donc, que je compte bien poursuivre avec le second tome des aventures du sénéchal.

Voir aussi : Tome 2

Autres critiques : Apophis (Le culte d’Apophis) ; Dup (Book en Stock) ; Jean-Philippe Brun (L’ours inculte) ; Le comptoir de l’écureuil ; Lorhkan (Lorhkan et les mauvais genres)

Critique réalisée dans le cadre du Challenge Francofou 4

challenge-francofou-300x300

Publicités

Publié le 8 février 2017, dans Fantasy, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 9 Commentaires.

  1. Parfaitement d’accord, gente dame, nous sommes !

  2. J’aimerais bien, mais ma PAL ne le peut point ! 😉

  3. Voici une très belle critique!

  4. Je suis en plein dedans, le style me dérange pas du tout, je trouve que ça marche bien, j’ai pas trop cette impression de lourdeur.

    Après Eos j’avais très peur du même syndrome chez Mnémos, mais ça passe tout seul pour moi (ouf 🙂 ).

  5. J’attendais des retours avant de me lancer, et j’avoue être intriguée ! Mais je pense que les notes de bas de page vont m’agacer aussi… 🙂

  1. Pingback: Sénéchal – Grégory Da Rosa | Le culte d'Apophis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :