L’Évangile cannibale

L'évangile cannibale

Titre : L’Évangile cannibale
Auteur : Fabien Clavel
Éditeur : ActuSF (Les Trois Souhaits) (fiche officielle)
Date de publication : janvier 2014

Synopsis : Aux Mûriers, l’ennui tue tout aussi sûrement que la vieillesse. Matt Cirois, 90 ans et des poussières, passe le temps qu’il lui reste à jouer les gâteux. Tout aurait pu continuer ainsi si Maglia, la doyenne de la maison de retraite, n’avait vu en rêve le fléau s’abattre sur le monde. Et quand, après quarante jours et quarante nuits de réclusion, les pensionnaires retrouvent la lumière et entrent en chaises roulantes dans un Paris dévasté, c’est pour s’apercevoir qu’ils sont devenus les proies de créatures encore moins vivantes qu’eux. Que la chasse commence…
Fabien Clavel, lauréat d’une douzaine de prix et auteur d’une vingtaine de romans, est l’une des voix les plus connues de l’imaginaire. Sa plume caméléon s’adapte à sa volonté d’en explorer tous les sous-genres. Avec L’Évangile cannibale, il revisite le mythe du zombie et du survival dans un roman court, rythmé et caustique.

Note 4.0

À nous tous, on devait facilement passer le millénaire d’années vécues. Quelle perte pour le monde si on s’écrasait en bas de la cage ! Un vieux qui meurt, c’est un disque dur externe qui grille. Alors quatorze, ça fait une baie de stockage !

N’en avez-vous pas marre de cet amoncellement d’œuvres de « zombies en terrain post-apocalyptique » ? où les jeunes survivent plus facilement que jamais et où il suffit surtout d’avoir de la chance et un peu de jugeote ? Fabien Clavel, auteur de bien des romans où les références antiques foisonnent, nous concocte un Évangile cannibale qui joue de ces différents clichés éculés.

« On entend partout qu’ils sont dangereux, qu’ils se déplacent en bandes ; qu’il suffit, mon Dieu, de croiser leurs yeux, et vlan c’est la réprimande ! Sur leur territoire, le monde est à eux, ne pas marcher sur leurs plates bandes, ils sont menaçants, vilains et hargneux, les vieux de banlieue… » Oui ! Comme dit Frédéric Fromet, on les connaît les vieux ! Rendus fous par les additifs alimentaires chimiques (merci Bayer !) et à peine rafistolés par les médicaments destructeurs (merci Monsanto !), les retraités seraient-ils la solution en cas d’attaques de zombies ? Voilà ce que nous propose Fabien Clavel : combattre les hordes de chairs en lambeaux à l’aide d’une cohorte de fauteuils roulants supportant des corps désincarnés ! J’avoue, rien qu’en lisant la quatrième de couverture, il y a de quoi avoir un début d’érection.

Mais une telle épopée (au sens littéral, car la question se pose de garder trace de leur folle équipée, idée rappelée par le titre « Evangile »), une telle épopée donc, cela ne s’improvise pas, il faut bien que Maurice répare sa prothèse, que Monique change sa poche. Bref, la routine impose des pauses parfois incontinentes, car notre groupe de vieillards de la région parisienne débute à la résidence des Mûriers. Or, Les Mûriers sont un mouroir. Et la suite des péripéties ne leur prévoit rien de bien plus jojo. Bien sûr, cette narration outrancière peut contenir quelques défauts, mais l’auteur ne nous sort jamais de l’histoire car ce ne sont pas les détails qui font le sel de ce roman, mais plutôt l’élément qui choque dès le départ, le narrateur. En effet, Mat Cirois est un personnage bien particulier et cela conditionnera tout le récit à sa suite. Préparez-vous comme lui à croiser la tentation du cannibalisme ainsi que quelques résurgences apocalyptiques pas toujours très réjouissantes, eu égard à la nécessité de penser au repeuplement de ce Paris déserté. Derrière cette horreur psychologique, Fabien Clavel glisse bien sûr quelques références pour prendre un peu de distance.

Dans tous les cas, L’Evangile cannibale fait changer l’horreur de camp et propose une nouvelle variante du roman de zombies. C’est à découvrir.

Voir aussi : Celles de Boudicca (Le Bibliocosme), Cornwall (La Prophétie des Ânes), Doris (La Magie des Mots), d’Elessar (Imaginelec), de Squeletor (My Zombie Culture), de Lune (Un papillon dans la Lune), de Noé Gaillard (Murmures), de Stegg (Psychovision), de StepH (E-maginaire), de Sylvain Bonnet (Phénixweb), de Bruno Para (NooSFere), de Emma Globine (Zombie Parade) et de Jean-Luc Rivera (ActuSF)

Publicités

À propos de Dionysos

Kaamelotien de souche et apprenti médiéviste, tentant de naviguer entre bandes dessinées, littérature de l’imaginaire et quelques incursions vers de la littérature plus contemporaine (@DenisPiel). Membre fondateur du Bibliocosme, également chroniqueur dans La Tête en l'Ère (ImaJn'ère), dans Les Chroniques de l'Invisible et sur Radio G!.

Publié le 18 décembre 2016, dans Horreur, et tagué , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 7 Commentaires.

  1. hum… pourquoi pas ? tu y mets en plus 4 étoiles, c’est qu’il t’a plu.
    Ce sont des zombies qui sortent du lot alors?…

  2. L’idée de ce roman est originale et sort des sentiers battus. En revanche, la vidéo est hilarante! J’adore!

  3. Si ça fait bander, alors je suis pour !! 😆

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :