Appel d’air

appel-dair

Titre : Appel d’air
Auteurs/Nouvelles : Fabrice Colin (« Interruption momentanée des programmes ») ; Claude Mamier (« Nulle part ») ; Stéphane Beauverger (« Sécurité / Impunité (scène vécue à venir) » ; Roland C. Wagner (« « La gratuité c’est le vol » déclare le Ministre des Finances » ; Francis Mizio (« S’en sortir en 2010 : facile ») ; Thomas Day (« Miin ») ; Sylvie Denis (« 1er mai 2010 – 20h12 ») ; Patrick Eris (« 21 mars 201… ») ; Olivier Tomasini (« Le Temps de… Cerise ») ; Markus Leicht (« Chroniques des années matinales ») ; Claude Ecken (« Les Nouvelles béatitudes ») ; Jean-Marc Ligny (« Pour une démocratie plus nette, des élections modernes ! ») ; Li-Cam (« Qui sommes-nous ? ») ; Charlotte Bousquet (« Ballade des idées du temps jadis ») ; Johan Héliot (« Appel urgent ») ; Jean-Pierre Fontana (« Science-Friction ») ; Serge Lehman (« Un ancien dissident à nouveau autorisé à publier ») ; Joëlle Wintrebert (« Slam party débusquée par la brigade anti-criminalité ») ; Sylvie Lainé (« Chômeurs et fils ») ; Vincent Wahl (« Machine à s’indigner ») ; Alain Damasio (« Définitivement ») ; Jean-Pierre Andrevon (« Un certain 6 mai 2007 ») ; Laurent Whale (« Nicoland ») ; Francis Berthelot (« Le Questeur ») ; Simon Sanahujas (« Comment fut-ce possible ? ») ; Lucie Chenu (« Traitement de textes ») ; Ugo Bellagamaba (« Le Suicide de la démocratie ») ; Lisa N. (« Souches rabougries sur la pente droite de la scène ») ; Alain Damasio (« Disparitions ») ; Catherine Dufour (« Mentions légales »)
Éditeur : ActuSF
Date de publication : 2007

Synopsis : 30 écrivains de science-fiction, 30 short stories pour s’interroger au lendemain des présidentielles, sur notre future… et notre présent.

Note 3.5

Fraternité, brillante reine
Qui chantait les dignes valeurs
De la République, souveraine
Solidarité née du cœur
Citoyen, Création, Culture,
Et vous, peintures et romans,
Où se cachent vos sépultures ?
Mais où sont les rêves d’antan.
(Charlotte Bousquet, Ballades des idées du temps jadis)

 

Au lendemain de l’élection présidentielle de 2007, trente auteurs de science-fiction ont décidé de prendre la plume pour tenter d’imaginer l’avenir de notre société après la victoire de Sarkozy. Les textes sont courts (rarement plus de deux pages) et ont été compilés dans une petite anthologie dont l’intérêt est inversement proportionnel à la taille. Si les approches proposées sont évidemment très diverses, un point commun demeure : ce qui nous attend est loin d’être rose ! Bien qu’écrites il y a près de dix ans, la plupart des nouvelles collent malgré tout toujours à l’actualité. Parmi les nombreuses thématiques traitées, ils sont ainsi plusieurs à s’interroger sur la possible instauration d’un état policier où les forces de l’ordre pourraient agir en toute impunité, au dépend de la sécurité des autres citoyens (ça vous rappelle quelque chose… ?). La généralisation de la surveillance de masse se trouve également au cœur d’une partie des textes, que ce soit par le biais de constitution de fichiers (tiens, encore une référence à l’actualité !) ou de puces implantées sur les citoyens, les transformant tous en potentiels coupables (« Le prix à payer pour éviter crime et terrorisme. Ils s’en contentent tous. Heureux d’être protégés »). L’aggravation des conditions de travail des salariés figure également parmi les préoccupations de certains auteurs (décidément !) : et si, pour empêcher le chômage de se répandre, on décidait de castrer les « parasites » ? et si un employé pouvait céder ses capacités mentales, physiques et créatrices pour mieux s’adapter au monde du travail « moderne » ? Et puis il y a aussi l’uniformisation de la pensée (Sylvie Lainé imagine l’instauration d’une « journée de l’identité nationale », Jean-Pierre Fontana un monde où la SF serait censurée), la remise en cause du statut des artistes ou encore la restriction de l’accès à la culture La gratuité, c’est le vol ! » nous explique Roland Wagner).

Parmi les textes les plus réussis figure à mon sens celui d’Ugo Bellagamba (« Le Suicide de la démocratie ») qui choisit de personnifier différents régimes politiques venus se recueillir sur la dépouille de la démocratie, victime du suffrage universel. Car les électeurs ont manifestement une fâcheuse tendance à systématiquement voter contre leurs propres intérêts : le professeur mis en scène par Simon Sanahujas l’a d’ailleurs bien compris, lui qui révèle à ses étudiants que le secret de l’élection de Sarkozy réside dans la connerie du peuple (« Comment fut-ce possible ? »). Charlotte Bousquet déplore elle aussi la progressive disparition des trois valeurs qui constituent la devise de la France et le met en vers sur une variation d’un célèbre poème de François Villon (« Ballade des idées du temps jadis »). Johan Héliot opte pour sa part pour une démonstration par l’absurde (« Appel urgent ») : et si les services de police se dotaient, comme les opérateurs téléphoniques, de « standardistes » robotisés ? Vous vous imaginez vous voir demander de presser le 1 en cas d’agression, le 2 en cas de viol ou le 3 en cas de cambriolage ? Hilarant et effrayant à la fois. Thomas Day met quant à lui en scène les membres d’une brigade de police en mission pour expulser des sans-papiers, le tout avec la violence sans fard qui est un peu sa marque de fabrique (« Miin »). Et Sarkozy dans tout ça ? Et bien justement, Jean Pierre Andrevon lui donne la parole dans « Un certain 6 mai 2007 » et imagine ce qu’auraient pu être les cent premiers jours suivants l’élection présidentielle, le tout relaté avec toute la modestie et toute la finesse à laquelle le personnage a pu nous habituer (on croirait presque l’avoir devant nous, le petit Nicolas !). On termine avec une touche d’espoir grâce à Lucie Chenu qui imagine un logiciel d’Intelligence Artificielle se mêlant de politique… mais pour le meilleur (« Traitement de texte »).

 

Une anthologie qui n’accuse pas son âge tant les thématiques qui y sont développées restent celles qui nous préoccupent encore aujourd’hui. Et vu la tête des candidats en lisse pour l’élection de 2017 qui s’annonce, ce sont autant de préoccupations qui ne risquent malheureusement pas de passer de mode… M’en vais aller écouter du Pierre Emmanuel Barré pour me remonter le moral tient !

Critique réalisée dans le cadre du Challenge Francofou 4

challenge-francofou-300x300

Publicités

Publié le 8 décembre 2016, dans Science-Fiction, et tagué , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :