Les animaux fantastiques [Film]

les-animaux-fantastiques

Titre : Les animaux fantastiques
Réalisateur : David Yates
Acteurs : Eddie Redmayne ; Katherine Waterston ; Alison Sudol ; Dan Fogler ; Colin Farrell ; Ezra Miller
Date de sortie : 16 novembre 2016

Synopsis : New York, 1926. Le monde des sorciers est en grand danger. Une force mystérieuse sème le chaos dans les rues de la ville : la communauté des sorciers risque désormais d’être à la merci des Fidèles de Salem, groupuscule fanatique des Non-Maj’ (version américaine du « Moldu ») déterminé à les anéantir. Quant au redoutable sorcier Gellert Grindelwald, après avoir fait des ravages en Europe, il a disparu… et demeure introuvable. Ignorant tout de ce conflit qui couve, Norbert Dragonneau débarque à New York avec dans sa valise un bestiaire extraordinaire de créatures fantastiques.

Note 4.0

 

Étant donné le succès rencontré par la série « Harry Potter » en littérature comme au cinéma, il était évident que toute nouvelle incursion dans l’univers de J. K. Rowling allait être attendue au tournant. Quant est-il alors de ces « Animaux fantastiques », premier long-métrage d’une série qui devrait au total en comporter cinq ? Sans évidemment se hisser à la hauteur des aventures du petit sorcier et de ses deux acolytes à Poudlard, les péripéties de Norbert Dragonneau ne manquent pas d’attraits et disposent de suffisamment d’atouts pour convaincre les fans aussi bien que les néophytes. Premier bon point : le décor. David Yates nous entraîne dans le New York des années 1920 dont la reconstitution soignée facilite l’immersion du spectateur. Costumes, architecture, quelques références à la conjoncture économique et politique de l’époque : le principal est là et c’est là dessus que viennent se greffer des problématiques propres au monde des sorciers. Car les créatures de Norbert Dragonneau ne sont en fait qu’un prétexte pour aborder l’épineuse question des relations entre sorciers et moldus. Des moldus apparemment de plus en plus convaincus de l’existence parmi leurs concitoyens de personnes capables d’utiliser la magie et bien décidés à se prémunir contre cette menace. Les références à des personnages de la série Harry Potter sont évidemment présentes mais pas aussi nombreuses qu’on aurait pu s’y attendre.

les-animaux-fantastiques-scene-1

La principale qualité du film repose essentiellement sur ces fameuses créatures qui donnent leur nom au film. Niffleur (adorable !), occamy, demiguise, billywig, murlap, et j’en passe : les animaux fantastiques sont magnifiques et impressionneront aussi bien les petits que les grands spectateurs. L’intrigue est elle aussi satisfaisante, même s’il faut admettre qu’elle n’atteint pas un degré de complexité exceptionnelle. Le réalisateur parvient à nous prendre de cours à plusieurs reprises en dépit d’une fin un peu trop prévisible qui offre cela dit une conclusion honnête pour l’ensemble des protagonistes. On peut d’ailleurs se demander si les héros de ce premier film seront encore de la partie pour les longs-métrages à venir qui pourraient très bien décider de se focaliser sur une autre époque ou d’autres personnages secondaires du même univers. Une option à mon sens plus intéressante, même si les acteurs choisis ici offrent des interprétations tout à fait convaincantes, à commencer par Eddy Redmayne, naturaliste marginal plus à l’aise avec les diverses créatures qui constituent son bestiaire qu’avec ses propres congénères. Rien à redire non plus en ce qui concerne le jeu de Colin Farrell (qu’on aurait d’ailleurs apprécié voir davantage), de même que Katherine Waterston, Alison Sudol et surtout Dan Fogler qui apporte une touche d’humour et de légèreté bienvenue à l’ensemble.

les-animaux-fantastiques-scene-2

Pari réussi pour David Yates qui nous permet de nous replonger pour quelques heures dans l’univers foisonnant de J. K. Rowling. Tout n’est évidemment pas parfait mais la magie opère sans difficulté, et c’est à mon sens le principal.

Autres critiques : Jean-Philippe Brun (L’ours inculte) ; MissG (Le monde de MissG)

Publicités

Publié le 27 novembre 2016, dans Fantasy, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. Tout à fait d’accord. La licence a été bien récupérée dans un film plus « adulte » qui conserve malgré tout une petite touche bon enfant. Le film offre pas mal de perspectives intéressantes pour la suite. En espérant que les suivants restent aussi bons !

  2. Chouette, je ne vais donc pas m’ennuyer en y allant en famille! Merci de m’avoir rassurée et donner envie de le voir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :