S’enfuir, récit d’un otage

senfuir-recit-dun-otage

Titre : S’enfuir, récit d’un otage
Scénariste et dessinateur : Guy Delisle
Éditeur : Dargaud
Date de publication : 2016 (octobre)

Synopsis : En 1997, alors qu’il est responsable d’une ONG médicale dans le Caucase, Christophe André a vu sa vie basculer du jour au lendemain après avoir été enlevé en pleine nuit et emmené, cagoule sur la tête, vers une destination inconnue. Guy Delisle l’a rencontré des années plus tard et a recueilli le récit de sa captivité – un enfer qui a duré 111 jours. Que peut-il se passer dans la tête d’un otage lorsque tout espoir de libération semble évanoui ? Un ouvrage déchirant, par l’auteur de « Pyongyang », de « Shenzhen », de « Chroniques birmanes » et de « Chroniques de Jérusalem ».

Note 3.5

Je suis au fond du gouffre. Comment pourrais-je regarder dans les yeux mes amis, mes compagnons de travail avec cette somme que je leur aurais fait perdre ? ! Sortir d’ici, oui, plus que jamais. Mais pas à n’importe quel prix… pas à n’importe quel prix.

 

En 1997, Christophe André mène sa première mission humanitaire en Tchétchénie pour le compte de Médecin sans frontière. Dans la nuit du 1er au 2 juillet, des hommes s’infiltrent dans le bâtiment dans lequel il loge à Nazran et l’embarquent avec eux. C’est alors que commence sa vie d’otage qui durera près de quatre mois au terme desquels il parviendra finalement à échapper à ses ravisseurs. Ce sont les 111 jours de captivité que nous relate Guy Delisle dans son dernier roman graphique, un ouvrage imposant à la lecture duquel on ne ressort pas indemne. Le pari de l’auteur était osé, raconter jour après jour le quotidien de cet otage passant l’essentiel de ses journées seul, attaché à un radiateur, n’ayant, à priori, rien de captivant. On se prend pourtant très vite au jeu grâce à l’empathie immédiate qu’on éprouve pour le personnage, un homme ordinaire qui ne comprend pas ce qu’il lui arrive, qui a peur, qui cherche à se rassurer, à s’occuper, à ne pas devenir fou. En nous plongeant dans la tête du protagoniste, l’auteur nous incite à nous mettre à notre tour à la place de cet otage et à réfléchir à la façon dont nous réagirions dans une situation similaire. Serait-on par exemple capable de maintenir, par fierté, une attitude indifférente à l’égard de nos geôliers ? Saurions-nous saisir la première opportunité pour nous échapper ? Arriverions-nous à rester sain d’esprit ?

senfuir-recit-dun-otage-planche-1

On suit avec un mélange d’appréhension et d’impatience le décompte des jours, curieux de savoir quelle attitude le personnage va adopter face à telle ou telle situation, avec toujours cette obsédante question en tête : et nous, qu’aurions-nous fait dans les mêmes circonstances ? Quelques moments cruciaux mis à part, le quotidien de Christophe André se réduit cela dit pendant la majorité de l’ouvrage à une longue attente, sans qu’aucun événement notable ne vienne troubler son ennui. Un sentiment que le lecteur, bien qu’en en étant témoin, n’éprouve cela dit à aucun moment lui-même tant la tension née de l’attente et de l’espoir reste perceptible, même dans les moments les plus anodins. Les planches se succèdent donc et se ressemblent, avec parfois quelques éléments supplémentaires témoignant d’un infime changement. Le décor est tellement minimaliste que seuls de subtiles jeux de couleurs permettent de temps à autre de nous informer des jours et des nuits qui passent. Pendant tout ce temps, ce sont les pensées du personnage qui nous occupent : ses questionnements, ses moments de désespoir ou d’euphorie, et surtout ses stratégies pour échapper à l’ennui et rester lui-même (stricte décompte des jours, jeu sur les batailles napoléoniennes qui le passionnent depuis longtemps, une petite touche d’humour par-ci par-là…).

senfuir-recit-dun-otage-planche-2

Avec ce récit d’otage, Guy Delisle nous plonge jour après jour dans le calvaire vécu par Christophe André, sans chercher à nous épargner l’impatience et la tension due à l’attente interminable endurée par l’otage. Le résultat aurait pu être ennuyeux au possible mais pousse au contraire le lecteur à l’introspection et à l’empathie envers tout ceux qui, en ce moment même et partout dans le monde, doivent endurer cette épreuve.

Autres critiques : Aelinel (La Bibliothèque d’Aelinel) ; Yvan Tilleul (Sin City)

Publicités

Publié le 25 novembre 2016, dans Récit contemporain, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 7 Commentaires.

  1. Comment se relève-t-on d’un tel truc ?? Je me le suis toujours demandé… je note la bédé !

  2. Tiens, il a été présenté pendant mon dernier club de lecture, celui-ci. Je l’avais d’ailleurs réservé. A présent, j’ai encore plus hâte de le lire!

  1. Pingback: S’enfuir, Récit d’un otage de Guy Delisle | La Bibliothèque d'Aelinel

  2. Pingback: Guy Delisle – S’enfuir, Récit d’un otage | Sin City

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :