London bone

london-bone

Titre : London bone
Auteur : Michael Moorcock
Nouvelles : Le cardinal dans la glace ; L’os de Londres ; Un samedi soir tranquille à l’Amicale des Pêcheurs & Chasseurs surréalistes ; Le jardin d’agrément de Felipe Sagittarius
Éditeur : ActuSF
Date de publication : 2008

Synopsis : Un samedi soir tranquille à l’Amicale des Pêcheurs & Chasseurs Surréalistes, avant que les gentlemen du club ne reçoivent la visite impromptue de Dieu en personne. De son côté, Raymond Gold fait une étrange découverte. Sous Londres se cache le plus fabuleux des trésors, un gisement d’Os merveilleux qui fera sa fortune… ou sa perte. Plus loin dans l’espace et le temps, une petite équipe d’explorateurs parcourt une planète gelée qui ne possède aucune trace de civilisation. Stupeur, trouble, affolement ; autant de sentiments qui bouleversent leur âme lorsqu’ils découvrent un Cardinal pris dans la glace. Dans un monde parallèle au nôtre, l’enquêteur métatemporel Minos Aquilinas doit résoudre une affaire délicate. Un homme a été assassiné dans le jardin d’agrément du chef de la police de Berlin, Otto von Bismarck. Un Cluedo uchronique dans lequel les pions sont des personnages historiques

Note 3.0

Tu connaissais les risques aussi bien que moi. Tu te rappelles ce qu’a écrit Virginia Woolf sur la nature humaine et la façon dont elle change ? C’est si lent qu’on ne s’aperçoit de rien ; tout paraît normal et un beau jour, paf ! On se réveille dans l’Allemagne d’Hitler, la Russie bolchevique, l’Angleterre de Thatcher ou en plein âge d’or, et les règles ne sont plus les mêmes.

 

Avec ce petit recueil de moins de cent pages, les éditions Actusf nous proposent de découvrir pour une modique somme quatre nouvelles signées Michael Moorcock. Préalablement publiés dans diverses revues de science-fiction, les différents textes au sommaire témoignent assurément de l’éclectisme de l’auteur qui n’hésite pas à varier les genres et les registres, passant du space-opera au fantastique, de l’humour au tragique. Bref, si vous n’avez pas encore trouvé le temps de vous lancer dans les cycles plus conséquents de l’auteur, ce petit ouvrage fournit l’occasion idéale de découvrir ce dont Moorcock est capable dans un format court. Le texte le plus marquant ici est bien évidemment celui qui donne son nom au recueil : « London bone ». L’auteur y met en scène un homme d’affaire décidant d’investir dans le commerce d’un produit jusqu’à présent inédit retrouvé dans les sous-sols de la ville de Londres : des morceaux d’os de provenance inconnue mais d’une beauté exceptionnelle. Difficile de ne pas faire le lien avec l’une des œuvres phares de l’auteur, « Mother London », dans laquelle Moorcock rendait déjà un poignant hommage à la capitale londonienne dont il dressait le portrait des années 1940 aux années 1980. On retrouve un peu la même ambiance ici, le protagoniste multipliant les références à la scène culturelle locale et arpentant quantité de lieux peu connus et pourtant révélateurs de l’atmosphère régnant dans la capitale.

L’auteur en profite pour glisser quelques remarques bien senties dénonçant les dérives du capitalisme, le loobing des entreprises privées et surtout l’hypocrisie de notre société et de son système. On passe ensuite à la science-fiction avec « Le cardinal dans la glace », nouvelle très brève dans laquelle l’auteur dépeint la découverte par un groupe d’explorateurs sur une nouvelle planète d’un homme en habit de cardinal prisonnier dans la glace. Le choix de la narration à la première personne permet au lecteur de s’attacher immédiatement à ce voyageur rongé par la solitude et qui nous dépeint avec une inquiétude contagieuse l’avancée de l’enquête concernant la présence et la nature du religieux. La tension redescend un peu avec « Un samedi soir tranquille à l’Amicale des Pêcheurs & Chasseurs Surréalistes », un texte complètement farfelu dans lequel les membres d’un club se réunissent pour recevoir la visite de Dieu en personne. Attention, si les grandes questions que la plupart d’entre nous se posent sur la raison de notre présence en ce monde et la vie après la mort sont bels et bien présentes, les réponses, elles, risquent de vous surprendre… Du loufoque, il y en a aussi dans la dernière nouvelle du recueil (« Le jardin d’agrément de Felipe Sagittarius ») qui met en scène un enquêteur métatemporel chargé de résoudre une affaire impliquant, entre autre, Adolf Hitler, Bismarck ou encore Albert Einstein.

 

Un petit recueil qui satisfera aussi bien les amateurs de Moorcock, ravis notamment de retrouver dans « London bone » un peu de l’ambiance de « Mother London », que les lecteurs tout simplement curieux de faire connaissance avec le style de l’auteur.

Publicités

Publié le 13 novembre 2016, dans Fantastique, et tagué , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 6 Commentaires.

  1. Ce serait avec plaisir si je n’avais pas une PAL aussi grosse….

  2. Moorcock ? Nouvelles ? Moins de cent pages ? Vendu ! Merci pour ta critique 🙂

  3. Je suis à Londres présentement, je vais faire gaffe!!!
    Toooo petit livre, je prends.
    Merci pour ta critique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :