Un bruit étrange et beau

un-bruit-etrange-et-beau

Titre : Un bruit étrange et beau
Auteur : Zep
Éditeur : Rue de Sèvres
Date de publication : 5 octobre 2016

Synopsis : Où est la valeur d’une vie ? Dans le bruit et la fureur ou dans le recueillement du silence ? Dans ses batailles ou ses renoncements ?
William, lui, a choisi la solitude et le silence il y a 25 ans en intégrant l’ordre religieux des chartreux. Quand un héritage le contraint à quitter le monastère pour Paris, c’est tout un monde nouveau qu’il doit apprivoiser, des certitudes longuement forgées à interroger et surtout, son ancienne vie, laissée là, qu’il va retrouver…. Sa rencontre avec Méry, jeune femme aux jours comptés du fait d’une maladie incurable mais résolument décidée à profiter du temps qu’il lui reste, le confrontera à de nouvelles questions et compliquera ses choix.
En filigrane de ce beau portrait d’homme, Zep interroge nos propres certitudes, avec un talent graphique réaliste qu’on ne se lasse pas de découvrir

Note 4.0

Si je ne doutais pas, je n’aurais pas besoin de croire. Je ne serais pas un croyant, mais plutôt un assuré.

Zep signe un album qui fait du bien.

Grâce à son dessin aux tons pastels absolument superbe. L’escapade obligée du frère Marcus (mais qui s’appelle William de son vrai prénom avant son choix de vie monastique) nous fait sourire mais aussi réfléchir. Zep saisit parfaitement le contraste entre « ces deux mondes ». Sa rencontre avec la touchante Méry, la redécouverte d’un mode de vie abandonné par conviction ou lâcheté, chacun se fera son opinion. William tel un extraterrestre redécouvre un monde où tout va vite, trop vite. Son regard amusé rend l’anachronisme encore plus fort. Il y a beaucoup de générosité dans cette histoire, mais aussi d’écoute, de réflexions sur nos choix qui interpellent, où le silence vaut bien des discours. On est en complète osmose avec William et la fragile Méry. Il y a des rencontres qui font grandir, la leur est évidente.

On referme ce magnifique ouvrage (tant par son contenu que par l’objet lui-même), apaisé, serein et ma foi la thérapie à la Zep vaut bien son prix. Très bon moment à découvrir et à partager.

Autres critiques : Soukee (Bienvenue à Bouquinbourg) ; Yaneck Chareyre (Chroniques de l’Invisible) ; Yvan Tilleul (Sin City)

Publicités

Publié le 31 octobre 2016, dans Récit contemporain, et tagué , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 3 Commentaires.

  1. Je suis bien plus mesuré sur cet album que toi…

  2. un coup de cœur pour moi !!!!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :