Les Poisons de Katharz

les-poisons-de-katharz

Titre : Les Poisons de Katharz
Autrice : Audrey Alwett (lien vers le site de l’autrice)
Éditeur : ActuSF (Bad Wolf) (fiche officielle)
Date de publication : 6 octobre 2016

Synopsis : À Katharz, ville-prison dans laquelle sont expédiés les criminels, le meurtre est légal et même récompensé. Ténia Harsnik, la dirigeante, y règne par la terreur et aime jouer de la guillotine. Non qu’elle soit cruelle, mais il lui faut coûte que coûte maintenir le nombre d’habitants sous le seuil des cent mille âmes. Le dépasser conduirait hélas à la fin du monde, et ça serait désagréable.
Bien entendu, les enjeux sont secrets. Bien entendu, le marchand de sortilèges Sinus Maverick prépare un coup d’État infaillible. Bien entendu, le Prince Alastor a planifié de raser la ville avec sa trop nombreuse armée. Bien entendu, Dame Carasse, la seule sorcière capable d’affronter ce chaos, vient de ficher le camp. Bien entendu…
Une intrigue puissante, des personnages dotés de défauts affreusement humains, un final épique… Avec un humour féroce, Les Poisons de Katharz est un roman qui pose la question du compromis moral.

Note 3.0
 
Coup de coeur

– Hastard Double-Hache, pour avoir exterminé seul et à coups de tranchoir une quinzaine d’assaillants dans l’avenue Brin Harsnik, pour avoir décapité le banquier Beuneupeu troisième du nom dans ses propres bureaux…
– Y voulait pas m’rendre mon or…
Ténia ignora la voix fluette.
– Enfin, pour avoir fendu le crâne de Chaina la Barbare à cinquante mètres de distance, je vous remets aujourd’hui le titre de Chevalier des Arts du Meurtre. J’y ajoute mes félicitations personnelles, puisque l’une de vos victimes est revenue témoigner post-mortem de l’efficacité létale de vos coups. « Une technique mûre, des armes qui assurent », ce sont ses mots.

« Un jour de plus ! » Voilà comme on se salue à Katharz, ville de débauche et de criminalité en tout genre. Les Poisons de Katharz, c’est le premier roman d’Audrey Alwett qui officie déjà dans la bande dessinée (notamment la série Princesse Sara, particulièrement appréciée dans les CDI de nombreux collèges).

Vivre à Katharz est très étrange, puisque la majorité des habitants a en fait été rejeté des trois principautés environnantes qui, régulièrement, balancent leurs criminels les plus notoires dans cette cité-prison. En fait, Katharz c’est Guantanamo, mais en mieux, puisqu’eux au moins, sont dirigés par une jeune femme très intéressante mais un peu trop colérique à mon goût. En l’occurrence, quand on s’appelle Ténia Harsnik et qu’on représente donc deux façons de souffrir par les deux bouts du système digestif, on devrait avoir la colère discrète, mais évidemment c’est l’inverse qui nous attend. D’ailleurs, à côté de Ténia Harsnik, Émile Louis c’est l’abbé Pierre ! Elle zigouille, elle trucide, elle pend aussi de temps à autre, et surtout elle déjoue plusieurs tentatives d’assassinat par nuit ! Mais bon, elle a des circonstances très atténuantes, elle fait cela car elle a un but difficile à atteindre : il faut maintenir Katharz sous le seuil des 100 000 âmes ! Tout le souci est de savoir pourquoi.

Pourtant, si le roman est titre « Les Poisons de Katharz », c’est aussi et surtout à cause de la flopée de personnages qui gravitent autour de ce nid de serpents sans jamais vraiment faire baisser le niveau global de « fils-de-puterie », D’abord, le sénateur Mâton dit l’Ancien s’échine à faire raser la cité-prison afin de pouvoir écouler son énorme stock d’armes à vendre et dans ce but, il manipule son prince par l’intermédiaire de sa nièce dévergondée et pas très farouche. D’ailleurs, Alastor, le prince de Malicorne, entend bien profiter d’une éventuelle guerre pour marquer l’histoire de son prénom, même s’il est particulièrement connu pour son côté benêt. À l’intérieur même de Katharz, d’autres malotrus veulent renverser le pouvoir et Sinus Maverick compte bien y mettre son gros grain de sel, notamment grâce à un arsenal de sortilèges aussi délirants les uns que les autres. Enfin, je nous ai gardé la terreur du coin pour la fin : Dame Carasse s’est installée à Katharz de son plein gré et cultive tant bien que mal sa magie en gardant bien caché son familier et en consommant des apprentis comme d’autres mangent des Dragibus (par fournée).

Malgré ce contexte et ces personnages, le fond du roman réside dans bien d’autres artifices. Curieusement, le cœur de l’intrigue n’est en fait pas contenu dans tout ce que j’ai déjà pu dévoiler jusque-là, mais réunit finalement toutes ces sous-intrigues dans un combat final épique. L’humour est omniprésent (mais vraiment tout le temps). Bien sûr, il faut accrocher aux dialogues volontairement très terre-à-terre et aux répliques en-dessous de la ceinture, mais même si quantité d’éléments pourront sembler un peu lourds ou déplacés, l’esprit déconneur vient là dédramatiser l’apocalypse à venir. Les allusions à la dynamique drôlatique de Terry Pratchett sont pleinement assumées, à l’image de cette Dame Carasse aux forts accents de la Mémé du Disque-Monde, avec peut-être une petite touche de Tintin (cf. Les Cigares du Pharaon) pour la scène des comploteurs, de la franchise Troy (Christophe Arleston est un proche) et de Kaamelott pour l’esprit général. Enfin, les références antiques et surtout romaines sont « légion », à commencer forcément par Mâton l’Ancien que tout lecteur un brin latiniste adorera entendre crier en plein séance du Sénat de Purpurine « Katharz delenda est ! ». À l’envi, vous trouverez aussi les sept collines de Rome, la rivalité avec Carthage, etc.

Un petit mot pour terminer sur l’enrobage de ce roman : déjà merci quand même à l’éditeur de ne pas en avoir fait des tonnes sur « l’humour pratchettien » dans le quatrième de couverture, c’est bienvenu, tout comme l’intrigue n’est pas du tout dévoilée. Le roman d’Audrey Alwett, qui dirige cette nouvelle collection Bad Wolf, a en outre l’avantage de s’être offert une couverture étrange de Jean-Baptiste Andréae, entre autres dessinateur de la série Azimut qui brille par ses graphismes affriolants de personnages hauts en couleurs : l’original de l’illustration de cette « Ténia sous la guillotine » était sur fond rouge et s’accordait peut-être moins avec la charte graphique désirée.

Ce sont ces derniers aspects qui font des Poisons de Katharz un coup de cœur personnel. Cela se lit vite et bien, même si certains éléments sont à améliorer pour un prochain roman, le plaisir de lecture est au rendez-vous.

Autres critiques : Allan (Fantastinet) ; Doris (Les lectures de Doris) ; Dup (Book en Stock) ; Eacide (What about a Dragon ?) ; Lutin (Albédo)

Pour une fois, cette critique écrite s’accompagne d’une critique en vidéo :

Publicités

À propos de Dionysos

Kaamelotien de souche et apprenti médiéviste, tentant de naviguer entre bandes dessinées, essais historiques, littératures de l’imaginaire et quelques incursions vers de la littérature plus contemporaine (@DenisPiel). Membre fondateur du Bibliocosme.

Publié le 28 octobre 2016, dans Fantasy, et tagué , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 11 Commentaires.

  1. Mouais… Le contexte m’attire pas mal (et les personnages féminins ont l’air très hauts en couleurs), mais par contre les références à Pratchett et à un humour qui m’a l’air assez parodique ne me rassurent pas du tout. La seule chose qui pourrait faire pencher la balance est le prix ridicule de l’ouvrage en version électronique (2.99). A voir, mais ce ne sera clairement pas une priorité.

    (sinon, Boudicca va faire des critiques vidéo, elle aussi, ou elle est trop timide / veut garder son identité secrète et c’est toi qui va continuer à officier ?).

  2. 3 étoiles et un coup de coeur ? 😆 Je comprends, on peut avoir un coup de coeur avec quelque chose qui ne mérite pas 5 étoiles…

  1. Pingback: Novembre tisse le livre de l’Hiver – Albédo

  2. Pingback: Les poisons de Katharz – Audrey Alwett – Albédo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :