Coquelicots d’Irak

coquelicots-dirak

Titre : Coquelicots d’Irak
Scénaristes : Brigitte Findakly et Lewis Trondheim
Dessinateur et coloriste: Lewis Trondheim et Brigitte Findakly
Éditeur : L’Association
Date de publication : 2016 (août)

Synopsis : Née en Irak, d’un père irakien et d’une mère française à l’orée des années 1960, le livre retrace l’enfance de Brigitte Findakly à Mossoul, ville du nord de l’Irak, à une époque où, bien avant l’arrivée au pouvoir de Saddam Hussein, se succèdent coups d’État et dictatures militaires. Déroulant le fil de ses souvenirs, on découvre alors une vie de famille affectée par les aberrations de la dictature et leurs répercussions sur la vie quotidienne, jusqu’à l’inéluctable exil vers la France au début des années 1970. Une arrivée en France elle aussi difficile, une expérience migratoire faite de difficultés administratives, sociales et culturelles.

Note 3.5

Dans l’esprit de mon père, nous reviendrions tous quand les temps seraient meilleurs. C’était sans compter sur les ressources de l’adversité… avec Saddam Hussein qui deviendra président en 1979, la guerre d’Iran-Irak de 80 à 89, la guerre du Golfe en 90, les sanctions économiques qui ont suivi, la seconde guerre du Golfe en 2003 et maintenant Daech.

 

Une toute petite fille à la tête aussi grande que le corps, souriante et dotée de longs cheveux noirs. C’est ainsi que Brigitte Findakly se met en scène dans « Coquelicots d’Irak », un roman graphique dans lequel la scénariste et coloriste revient sur son parcours et ses origines, entre l’Irak et la France. L’artiste n’est évidemment pas la première à faire partager ses souvenirs d’enfance dans un pays arabe par le biais de la bande dessinée : ce fut le cas, entre autre, de Marjane Satrapi qui revenait dans « Persépolis » sur les années passées par sa famille sous la domination du Shah en Iran, mais aussi, plus récemment, de Riad Sattouf qui continue de relater au fil des tomes de « L’arabe du futur » sa vie dans la Libye de Kadhafi et la Syrie d’Hafez El-Assad. S’il n’a à mon humble avis pas la force des albums suscités, le récit de Brigitte Findakly ne nous en livre pas moins un témoignage intéressant du quotidien des Irakiens entre les années 1950 et aujourd’hui. L’occasion pour le lecteur d’en apprendre davantage sur l’histoire contemporaine de l’Irak et de réaliser que l’instabilité dans la région ne date pas d’hier (et n’est malheureusement pas prête de s’arranger avec l’implantation de Daech dans le nord-ouest du pays). L’intérêt de l’ouvrage réside d’ailleurs essentiellement dans ce que les anecdotes choisies par l’auteur révèlent de l’évolution de la société irakienne au cours de ce quart de siècle.

coquelicots-dirak-planche-1

Parce que le sujet la touche personnellement, et parce que, comme souvent, le phénomène est l’un des premiers révélateurs de la radicalisation de la société, Brigitte Findakly témoigne notamment de la régression alarmante du statut de la femme dans le pays (contraintes vestimentaires de plus en plus strictes, attitude des hommes de plus en plus autoritaire…). Une partie des événements relatés ici décrit également de manière assez nette l’installation d’un régime dictatorial et l’essor d’une paranoïa collective, entretenue et encouragée par les gouvernements successifs (messages incitant à la délation au début des films projetés au cinéma, interrogatoires des enfants à l’école sur les discours tenus à la maison par leurs parents…) L’album ne manque donc pas d’informations intéressantes qui parviennent à nous toucher d’autant plus facilement qu’elles nous sont données par une enfant, toutefois le récit se révèle un peu trop décousu. Certaines de ces anecdotes semblent ainsi être évoquées sans réel souci de cohérence, impression renforcée par quelques problèmes de transition qui cassent parfois le rythme de la lecture (des changements d’époques trop brusques, par exemple). De même, les quelques « bonus » insérés dans l’histoire et relatant tel ou tel aspect de la vie quotidienne en Irak sont intéressants mais n’ont parfois aucun rapport avec ce qui suit ou précède ce qui ne fait qu’accentuer cette impression de désordre.

coquelicots-dirak-planche-2

Malgré une narration parfois un peu trop confuse, le témoignage de Brigitte Findakly (assistée ici de Lewis Trondheim) parvient sans mal à toucher et interpeller le lecteur qui appréciera certainement de découvrir quelques aspects de la vie quotidienne des Irakiens d’hier et d’aujourd’hui. Une sympathique découverte qui possède suffisamment d’atouts pour convenir à un public adulte mais aussi jeunesse.

Publicités

Publié le 22 octobre 2016, dans Récit contemporain, et tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :