Nocturama

Nocturama.jpg

Titre : Nocturama
Scénario : Bertrand Bonello
Réalisateur : Bertrand Bonello
Acteurs principaux : Finnegan Oldfield, Vincent Rottiers, Hamza Meziani, Manal Issa, Martin Guyot, Rabah Naît Oufella, Laure Valentinelli, Martin Guyot, Jamil McCraven, Ilias Le Doré, Luis Rego
Date de sortie française : 31 août 2016

Synopsis : Paris, un matin. Une poignée de jeunes, de milieux différents. Chacun de leur côté, ils entament un ballet étrange dans les dédales du métro et les rues de la capitale. Ils semblent suivre un plan. Leurs gestes sont précis, presque dangereux. Ils convergent vers un même point, un Grand Magasin, au moment où il ferme ses portes. La nuit commence.

Note 4.0

Tu crois qu’on va se faire choper ?

Forcément avec un tel sujet, Bertrand Bonello risque de susciter des débats.

Une dizaine de jeunes terroristes vont frapper la capitale dans des lieux symboliques puis se retrouver dans une planque qu’ils croient parfaite. Voilà qui dérangera forcément. D’avoir de l’empathie pour ces personnages alors qu’ils plongent un pays dans la peur et la paranoïa certainement aussi. Pourtant, on aurait tort de n’y voir qu’un film politique ou de propagande. Bonello montre une jeunesse qui cherche une autre voie que celle que nos élus nous imposent depuis des décennies pour leur plus grand bien et portefeuille. Des mômes en perte de repères et qui choisissent la voie la plus terrible et radicale, sans aucun espoir de retour.

On ne sait rien d’eux, le seul regard extérieur qu’ils ont (et les spectateurs avec) vient des écrans de télé qui relaient l’info en continu. Alors que l’étau se resserre, ils redeviennent des adolescents fragiles, dépassés par les conséquences de leurs actions. Ils ne font qu’arpenter les étages de cet immense magasin, symbole d’un luxe promis à une élite. Mais pourtant chacun se laisse petit à petit tenté par le libéralisme qu’ils combattent. Insouciance, naïveté : ce portrait d’une génération paumée est à mon avis le cœur du film.

La mise en scène de Bonello est absolument remarquable. La caméra suit au près ces jeunes pressés, déterminés (un peu à la manière de Gus Van Sant dans « Elephant ») et n’hésite pas à proposer une répétition de scènes vues des différents protagonistes. Son film nous plonge au plus près des personnages, la tension et le malaise étant exacerbés par une musique omniprésente. La nuit, forcément anxiogène, leur permet de se rendre compte de l’ampleur de leurs actes. On est pas dans un jeu vidéo, la vraie vie les rattrape, heure par heure. Porté par une bande de jeunes acteurs prometteurs (seuls Vincent Rottiers et Finnegan Olfield ont déjà une belle expérience devant la caméra), « Nocturama » met mal à l’aise, dérange, mais surtout nous met une belle claque.

Du grand ciné.

À voir 3.5 4.0

Publicités

Publié le 8 septembre 2016, dans Polar - Thriller, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 3 Commentaires.

  1. Bon, je suis convaincue. Nous allons peut-être au ciné ce week-end, et Nocturama semble bien indiqué.
    Merci

  1. Pingback: Top ciné 2016 | Le Bibliocosme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :