Modigliani : Prince de la bohème

Modigliani

Titre : Modigliani : Prince de la bohème
Scénariste : Laurent Seksik
Dessinateur : Fabrice Le Henanff
Éditeur : Casterman
Date de publication : 2014

Synopsis : Paris, 1917. Dans le misérable logis sous les toits partagé avec sa jeune compagne Jeanne, et qui lui sert d’atelier, Amedeo Modigliani rongé par la tuberculose vitupère contre le monde entier. En dépit de ses efforts, personne ou presque n’a encore reconnu le génie de sa peinture, alors que ses comparses Picasso, Soutine ou Matisse flirtent déjà avec la consécration.

Note 4.0

Ils envoient tout le monde à la mort mais ils refusent d’engager les malades, alors que le travail est déjà à moitié fait… Charlatans de docteurs ! La tuberculose, c’est une bonne raison d’aller se faire tuer, pas un motif de réforme. Ils sont tous partis. Reste plus que nous de vaillants. Enfin, vaillants…

 

Van Gogh, Monet, Gauguin… : ils sont nombreux ces artistes à n’avoir connu la gloire qu’après leur mort. C’est également le cas d’Amedeo Modigliani, peintre italien du début du XXe siècle essentiellement connu pour ses portraits qu’il ne parviendra malheureusement jamais à faire reconnaître de son vivant. C’est le parcours de ce grand artiste rongé par la maladie et les excès que nous relatent ici Seksik et Le Henanff qui ont fait le choix de se focaliser sur les dernières années de la vie du peintre. Modigliani vit alors à Paris avec sa compagne Jeanne Hébuterne qui lui voue un amour inconditionnel en dépit de ses frasques et de son tempérament souvent explosif. Car c’est qu’il faut le supporter, Modigliani ! Oscillant toujours entre colère et tendresse, exaltation et mélancolie, le peintre vit très mal son absence de succès et noie nuit après nuit son désespoir dans l’opium, l’absinthe et les femmes. Le choix de se focaliser uniquement sur la fin de sa vie implique évidemment que beaucoup d’aspect sont passés sous silence (sa carrière de sculpteur, le travail artistique de Jeanne…), néanmoins le scénario est suffisamment bien construit pour que le lecteur puisse se faire une idée assez complète du parcours de l’artiste qui décédera à l’âge de 36 ans, victime d’une tuberculose qu’il traînait depuis l’adolescence.

Modigliani planche 1

Outre le portrait de Modigliani, c’est également celui d’une époque que Seksik et Le Henanff ont entrepris de brosser, le tout avec succès. Nous sommes ici en pleine Première Guerre mondiale, alors que les soldats sont de plus en plus nombreux à venir grossir le nombre des victimes des tranchées. La bande dessinée nous rappelle pour l’occasion qu’un certain nombre d’artistes prirent part au conflit : Braque y sera grièvement blessé, de même qu’Apollinaire et Cendras, tandis que Peguy, Alain-Fournier et bien d’autres y perdront la vie. Modigliani, lui, sera réformé en raison de sa maladie mais culpabilisera longtemps de n’avoir pu lui aussi aller au front. On croise également au fil du récit d’autres figures emblématiques de la vie artistique de l’époque comme Pablo Picasso ou Auguste Renoir avec lequel Modigliani aurait eu une rencontre brève mais mémorable. Parmi l’entourage de l’artiste ce sont surtout ses relations avec deux personnages qui sont ici évoqués : Jeanne Hébuterne, l’amour de sa vie qui ira jusqu’à refuser de lui survivre ; et Léopold Zborowski, son agent, qu’il traitera avec beaucoup de dureté mais qui répondra toujours présent dans les moments difficiles. Les graphismes, enfin, possèdent beaucoup de charme et s’apparentent même parfois à des photographies tant les traits et expressions des visages sont travaillés.

Modigliani planche 2

Avec cette biographie illustrée Laurent Seksik et Fabrice Le Henanff nous offrent un ouvrage très réussi brossant un portrait tout en nuance de Modigliani et de son entourage tout en insistant sur l’impact de la Première Guerre mondiale pour la vie artistique de l’époque. Une belle découverte.

Advertisements

Publié le 3 septembre 2016, dans Histoire, et tagué , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :