Le Rapport de Brodeck, tome 1/2 : L’Autre

Le Rapport Brodeck 1 L'Autre

Titre : L’Autre
Série : Le Rapport de Brodeck, tome 1/2
Auteur : Manu Larcenet
Éditeur : Dargaud (Autre Regard) (fiche officielle)
Date de publication : 10 avril 2015
Récompenses : Prix Landerneau 2015

Synopsis : Voici le nouveau chef-d’œuvre de Manu Larcenet ! Une sublime adaptation du best-seller de Philippe Claudel. Manu Larcenet s’attaque pour la première fois à une adaptation, celle du chef-d’œuvre de Philippe Claudel, Le Rapport de Brodeck. Mais lorsque l’auteur de Blast et du Combat ordinaire s’empare du texte, c’est pour le faire sien et lui donner une nouvelle vie, éclatante, sombre et tragique. Des pages d’une beauté stupéfiante, magnifiant la nature sauvage et la confrontant à la petitesse des hommes ; une plongée dans les abîmes servie par un noir et blanc sublime et violent. Un très grand livre. Manu Larcenet adapte de façon majestueuse le best-seller de Philippe Claudel : un chef-d’œuvre.

Note 4.0

En relisant mon carnet, je vois que je file à travers les mots comme un gibier traqué. Je ne suis pas un conteur, je ne cesse d’aller de l’avant, de revenir, de sauter le fil du temps, de me perdre sur les côtés… Ce fatras, ce chaos, c’est ma vie.

Ah, on m’en parle de Manu Larcenet ! Les fameux « Le Retour à la terre », « Le Combat ordinaire » et autres « Blast » sont autant d’albums dont on me rebat les oreilles à ne plus savoir qu’en dire.

Pour une fois, Manu Larcenet tente l’aventure de l’adaptation, celle du roman de Philippe Claudel de 2007, Le Rapport de Brodeck, paru chez Stock, notamment récompensé par le prix Goncourt des Lycéens. Nous suivons Brodeck, marqué par son expérience d’un camp de rétention (qui semble tenir du camp de concentration) qui, une fois revenu dans son village reculé, arrive par hasard à la taverne de Schloss au moment où tous les autres villageois viennent de tuer l’Anderer, « l’Autre ». Cette exécution, cette Ereigniës, va marquer les habitants soit par la culpabilité résiliente, soit par la lâcheté des consciences lourdes. Or, les notables du village chargent Brodeck de faire un rapport qui expliquera leur geste, en les dédouanant en fait. Très vite, Brodeck va rédiger ce rapport en collectant les informations, tout en se gardant un carnet secret où il notera ses vraies pensées sur ses concitoyens.

Le pitch semble simple, pourtant il est difficile de se mettre dedans avec le peu d’informations que l’auteur nous sert : Brodeck est marqué à vie par son expérience des camps, mais nous n’en savons que peu pour l’instant (on se doute que ce sont ceux de la Deuxième Guerre mondiale, mais les soldats pourraient tout aussi bien faire penser aux Poilus de la Première), d’autant plus que sa femme, Emélia, semble avoir perdu la raison (sans raison, pour l’instant), alors que sa fille semble toute heureuse ; je ne sais pas pourquoi cela m’a gêné, car j’adore ce type de mystères où les tenants et les aboutissants ne sont dévoilés qu’en temps utile, mais là j’avoue que le temps utile est arrivé plus vite que ne sont venues les précisions sur ce qui se passe, ou plutôt s’est passé. En effet, on alterne astucieusement entre le récit présent et des retours en arrière sur son internement, sur la guerre qui vient de se terminer, sur la vie du village quand l’Anderer est arrivé, même si pour l’instant ce personnage vole au-dessus du récit sans jamais vraiment atterrir.

En revanche, l’élément parfait de cette première partie du diptyque, c’est évidemment le dessin de Manu Larcenet : c’est juste magnifique ! Tout en noir en blanc, les planches s’enchaînent de belle façon en alternant décors enneigés et sombres recoins ; les jeux d’ombre sont primordiaux dans ces cas-là et l’auteur s’en sert à merveille, d’autant plus qu’il distille dans les dialogues (n’ayant pas lu le roman de départ, je ne peux pas comparer les deux versions) quelques réflexions intéressantes sur l’intérêt de raconter ou d’effacer, de se souvenir ou d’oublier, ce qui nous prépare pour la suite et l’intérêt qu’il veut donner à son ouvrage.

Un très beau roman graphique que cet « Autre » ! Même si une majeure partie des enjeux du récit est floue, la qualité du dessin emporte le lecteur dans d’épaisses ténèbres au fin fond de ces montagnes reculées.

Voir aussi : Tome 2

Autres critiques : Fañch (Le Quatrième de ouverture) ; Textualités

Publicités

À propos de Dionysos

Kaamelotien de souche et apprenti médiéviste, tentant de naviguer entre bandes dessinées, essais historiques, littératures de l’imaginaire et quelques incursions vers de la littérature plus contemporaine (@DenisPiel). Membre fondateur du Bibliocosme.

Publié le 19 août 2016, dans Histoire, et tagué , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 7 Commentaires.

  1. Lui, je le note de suite !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :