Divinity

Divinity 1

Titre : Divinity
Scénariste : Matt Kindt
Dessinateur : Trevor Hairsine
Encreur : Ryan Winn
Coloriste : David Baron
Lettreur : Dave Lanphear
Artiste de couverture : Jelena Kevic-Djurdjevic
Éditeur : Bliss Comics
Date de publication : 23 juin 2016 (2015 en VO chez Valiant Comics)

Synopsis : UN NOUVEAU DIEU APPARAÎT SUR TERRE. ET CE DIEU EST COMMUNISTE. En pleine guerre froide, l’Union soviétique donne son feu vert à une expédition spatiale extrêmement dangereuse : envoyer un homme aux confins du cosmos, là où jamais personne n’est encore allé. Tout au bout de son voyage interstellaire, Abram Adams rencontre l’indicible. De retour sur Terre, il s’écrase dans le désert australien. Les quelques humains qui le rejoignent le considèrent comme un dieu; une divinité capable de plier à sa volonté la matière, l’espace, et même le temps. Les autorités sont partagées : faut-il faire confiance à l’énigmatique Divinity ? Ou faut-il envoyer les héros de la Terre affronter sa colère ? Avec Divinity, le scénariste Matt Kindt (The Valiant, Raï, Mind MGMT) et le dessinateur vedette Trevor Hairsine (X-Men : Génèse Mortelle, Ultimate Six) livrent un récit de science-fiction acclamé par la critique outre-Atlantique, qui n’a pas hésité à le rapprocher de 2001 ou Interstellar.

Note 3.5

La date et l’heure n’ont pas d’importance. C’est comme une page qu’on corne avant de la tourner, afin d’y revenir quand l’humeur s’y prête. Le passage préféré d’un livre qu’on relit quand le temps a émoussé la mémoire. Un souvenir semblable au chapelet d’une vieille femme… lisse et poli par l’usure.

Le César de la meilleure couverture du moment, faite pour vous faire acheter un comics, est attribué à la mini-série Divinity !

Après avoir relancé l’univers Valiant avec la mini-série The Valiant, puis de nouvelles séries comme Bloodshot Reborn ou d’anciennes séries jamais publiées comme Quantum & Woody, Bliss Comics s’attache désormais à développer l’offre de comics de super-héros proposée par Valiant Comics, et notamment par les mini-séries événements comme ce Divinity, qui peut se lire absolument indépendamment.

Au scénario, Matt Kindt livre une histoire relativement simple : un jeune homme adopté est recruté par les services secrets soviétiques pour faire partie d’un programme spatial d’envergure. Quittant femme, enfant et nation, il embarque à bord d’une navette à destination d’un autre bout de l’univers. Toutefois, Divinity s’intéresse avant tout à son retour sur Terre ; en effet, alors qu’il partait dans l’inconnu, il fait sa réapparition sur notre planète une quarantaine d’années plus tard avec, qui plus est, des capacités tout simplement divines. Que peut-on attendre alors d’un simple humain qui a traversé l’univers et en est revenu avec des pouvoirs infinis le rendant digne d’être considéré comme une divinité ? Le problème se pose quand l’équipe Unity vient contrôler la bonne tenue de ce personnage aux pouvoirs incommensurables ; chacun des membres de l’équipe de surveillance de la Terre va devoir affronter ses peurs et ses rêves.

Néanmoins, ce beau pitch réserve quelques surprises, plus ou moins bien prises selon les lecteurs. Cette histoire propose en effet une intrigue avec beaucoup d’ellipses, de récits croisés et surtout des narrateurs qui semblent parfois différents sans qu’aucune mention explicite ou qu’aucun jeu graphique particulier ne vienne nous l’exprimer pour être sûr. De même, on pourra trouver la résolution choisie plutôt rapide, comme si elle était remise à plus tard : le pitch résumé en disant qu’un nouveau dieu vient d’arriver et qu’il est communiste est particulièrement accrocheur, on nous dit en plus que le tout ressemble à Interstellar, eh bien non ! Certes, c’est l’histoire d’un aller-retour dans l’espace (avec aussi un décalage temporel) qui nous est dévoilée au compte-gouttes, exprès d’ailleurs alors ça passe, mais surtout on attend encore de voir les conséquences de ses nouveaux pouvoirs : Divinity permet à chacun de voir son bonheur se réaliser, mais il n’y aura aucune autre vision communiste dans son action ? À voir alors dans la deuxième mini-série sur ce personnage désormais bien intégré dans la continuité de l’univers Valiant, à voir aussi avec les circonstances dévoilées de l’origine de Divinity, car on en attend davantage de ce côté-ci.

Pour compenser ces détails scénaristiques, il faut noter que Divinity est un comics aux couleurs très vives, respirant la joie et le bonheur. Au dessin, Trevor Hairsine a travaillé en collaboration avec Ryan Wynn à l’encrage et David Baron à la colorisation. Pour exprimer le pouvoir bénéfique de Divinity, Trevor Hairsine a construit ses planches sur la symbolique du cercle, qui est constamment présent. Son gros travail graphique sur l’architecture des cases et sur les émotions des personnages, et en premier lieu de cette entité nommée Divinity, est d’ailleurs bien mis en valeur avec les bonus proposés par la rédaction éditoriale de Bliss Comics.

Cette mini-série n’est donc pas parfaite sur un personnage aux possibilités innombrables qui a bien mérité d’être intégré dans cet univers Valiant, mais qui surtout aura droit à une autre mini-série (en 2016 en VO, donc en 2017 en VF ?) ; celle-ci, espérons-le, lèvera les doutes éparses soulevés ici.

Voir aussi : Divinity II

Autres critiques : Toine Reynolds (The Mighty Blog)

Publicités

À propos de Dionysos

Kaamelotien de souche et apprenti médiéviste, tentant de naviguer entre bandes dessinées, essais historiques, littératures de l’imaginaire et quelques incursions vers de la littérature plus contemporaine (@DenisPiel). Membre fondateur du Bibliocosme.

Publié le 27 juillet 2016, dans Super-Héros, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 8 Commentaires.

  1. Pas parfaite mais tu en parles tres bien. Et Trevor Hairshine aux dessins c’est le top. Je suis passé à côté de cette serie mais elle a l’air tres bien.

  2. ENtre les dessins, le pitch et ta critique, je vais me laisser tenter par cette chose inconnue de moi!

  3. J’ai trouvé ça joli mais un peu creux, dans un genre un peu voisin je lui préfère Superman Red Son.

  4. C’est sûr que les dessins sont magnifiques!
    Gros bisous et à plus sur nos blogs respectifs!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :