Azimut, tome 3 : Les Anthropotames du Nihil

Afficher l'image d'origine

Titre : Les Anthropotames du Nihil
Série : Azimut, tome 3
Auteur : Wilfrid Lupano
Dessinateur: Jean-Baptiste Andréae
Éditeur : Vents d’Ouest
Date de publication : 6 janvier 2016

Synopsis : À la banque du temps, la belle Manie Ganza a fait un terrible marché : des siècles de vie contre des milliers de morts. Et alors que sa propre mère, la reine d’Éther, cherche à la tuer, des royaumes entiers se déclarent la guerre. Partout, on se prépare au grand massacre, ce qui a de quoi réjouir le baron Chagrin… Loin de tout cela, à bord du Laps, le professeur Aristide Breloquinte poursuit sa périlleuse mission : déceler les secrets du temps, cet ennemi implacable au centre de toutes les querelles.

Afficher l'image d'origine

Note 4.0

Wilfrid Lupano et Jean-Baptiste Andréae sévissent de nouveau pour une troisième plongée dans le vaste monde des « capharnaüms possibles » et immergent les lecteurs avides de folles aventures dans un voyage sur le cours du Nihil, sur les traces du scientifique Aristide, et à travers le désert à la poursuite de la Belle et sauvage Manie Ganza.

-Personne ne va vous manger.
-Comment? Vous… Vous n’êtes pas cannibales?
-Il n’y a plus de cannibales dans cette forêt.
-Ah bon?
-Non. Nous avons mangé le dernier hier soir.

Initialement pensée en trois tomes, Azimut continue pourtant sur sa lancée et ce troisième album n’est guère de bon augure pour le futur de nos aventuriers : Manie Ganza a cassé sa tirelire et gagné quelques siècles de jouvence supplémentaire, mais toutes ces années seront prélevées sur d’autres de par le monde. En deux mots, la guerre vient.

Entre exploration, escalade militaire et mille et une nuits, c’est toujours un grand plaisir que de retrouver Azimut. Le travail de Jean-Baptiste Andréae est toujours aussi grandiose quelle que soit l’atmosphère dans laquelle le lecteur est plongé, et ce malgré une palette de couleurs plus restreinte sur cet opus. Mais ce choix est évidemment volontaire et cela n’empêche en rien la magie Andréae d’opérer.

Afficher l'image d'origine

Le travail de Wilfrid Lupano est quant à lui toujours aussi plaisant, bourré de références, de de Gaulle à Chaplin (mise en image aidant) en passant par les … Tortues Ninja! L’écriture est toujours aussi précise et efficace, et cet album m’a semblé plus cocasse que le précédent. Peut-être cela permet-il de compenser un album qui semble s’être un peu délesté de la folie qui caractérise les deux premières parties de l’aventure.

En somme, Les Anthropotames du Nihil, c’est encore et toujours une grande aventure, plus rythmée que jamais, qui nous fait sillonner un monde fou de couleurs et détails, un chouia moins fou, mais toujours aussi passionnant.

Voir aussi : Tome 1 ; Tome 2

Autres critiques : Yaneck Chareyre (Chroniques de l’Invisible)

Publicités

À propos de Casper

Elevé à l'université kaamelott option Simpson, plus ou moins historien moderniste, geek invétéré (on ne se refait pas). Revenu il y a fort longtemps à la bande dessinée par le manga, et tombé désormais dans la marmite BD-comics-manga, s'essaye à la chronique.

Publié le 13 mai 2016, dans Fantasy, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :