Fils-des-brumes, tome 3 : Le héros des siècles

Fils-des-brumes, tome 3

Titre : Le héros des siècles
Cycle : Fils-des-brumes, tome 3
Auteur : Brandon Sanderson
Éditeur : Orbit / Le livre de poche
Date de publication : 2011/2013

Synopsis : Pour mettre fin à la tyrannie, Vin a tué le Seigneur Maître. Mais en essayant de fermer le Puits de l’Ascension, elle a laissé s’échapper une des formes maléfiques de l’Insondable. Depuis, les Inquisiteurs et les brumes font toujours plus de victimes, tandis que les cendres qui tombent du ciel menacent d’affamer les hommes et d’ensevelir le pays. Vin et Elend tentent de sauver ce qui peut encore l’être. Pour cela, ils doivent à tout prix découvrir les derniers secrets du Seigneur Maître : l’ultime cachette d’atium, le plus puissant métal des Fils-des-Brumes… et l’identité du Héros des Siècles.

Note 2.5

-Qu’est ce qu’un étranger sait de ces choses là ?
-Un étranger ? Vous devriez mieux apprendre votre propre doctrine. Je vous annonce que j’ai découvert le Héros. J’ai vécu avec elle, travaillé avec elle, et je l’ai observée. Je lui ai remis la lance même qu’elle a utilisée pour tuer le Seigneur Maître. Je l’ai vu commander à des rois, triompher d’armées et je suis venu vous l’annoncer afin que vous puissiez vous préparer. Car voici venir la fin.

 

Voilà que Brandon Sanderson met un terme à sa trilogie des « Fils-des-brumes » avec ce troisième et dernier tome qui se révèle hélas être une déception. Peut-être suis-je trop dure à l’égard de ce qui reste malgré tout une bonne série de fantasy, mais après la qualité du premier volume qui m’avait totalement conquise, mon désappointement est ici d’autant plus grand. On retrouve nos héros un an après la fin du précédent tome, alors que Vin et Elend éprouvent de plus en plus de difficultés à maintenir à flot leur empire et que le monde semble sur le point de prendre fin. Contrairement aux autres tomes, l’auteur nous offre davantage de points de vue tels ceux de Sazed, TenSoon, ou encore Spectre, initiative louable mais qui serait bien plus appréciable si les personnages en question n’avaient pas en cours de route perdu en partie ce qui les rendait si attachants et intéressants. A la liste des reproches, on pourrait également ajouter le manque notable d’informations quant à l’univers en lui-même créé par Sanderson qui, certes, nous fait pour une fois quitter la ville de Luthadel, mais sans pour autant vraiment nous faire découvrir d’autres cités ou paysages qui donneraient à son monde un petit côté plus réel et plus immersif.

On pourrait malgré tout presque pardonner tous ces défauts si l’intrigue, en plus de manquer d’originalité, ne traînait pas autant en longueur. Ce pavé de mille pages aurait ainsi facilement pu en faire cinq cent de mois si l’auteur n’avait pas pris la peine de nous rappeler encore et encore le déroulement des événements des précédents tomes (ce qui est plutôt ennuyeux lorsque, comme ce fut mon cas, on enchaîne les trois volumes à la suite) et surtout de nous bassiner chapitre après chapitre avec les « tourments intérieurs » de ses personnages qui en deviennent hélas presque lassants à force de sans cesse tourner en rond (cela concerne essentiellement Elend, qui décidément est un personnage bien fade et que je n’apprécie pas, et malheureusement Vin, qui a pourtant toute ma sympathie mais qui perd un peu dans ce tome le charisme et la profondeur qu’elle avait pu acquérir auparavant). En revanche on ne peut pas reprocher à Brandon Sanderson de laisser son lecteur dans l’expectative : toutes les questions posées depuis le début de la série trouvent ainsi leurs réponses, signe de l’incontestable maîtrise de l’auteur qui parvient à regrouper de façon cohérente tous les fils de son intrigue.

 

Un final malheureusement très en dessous de ce à quoi je m’étais attendue, ce troisième tome se révélant sans aucun doute le moins convainquant des trois volumes. « Fils-des-brumes » reste cependant une trilogie de fantasy de qualité, pleine de bonnes idées et de personnages attachants. Dommage que l’auteur ait autant ressenti le besoin de faire traîner son histoire qui, pourtant, commençait de façon remarquable.

Voir aussi : Tome 1 ; Tome 2

Autres critiques : Blackwolf (Blog-o-livre) ; Jean-Philippe Brun (L’ours inculte) ; Ptitelfe (Le blog de Ptitelfe)

Publicités

Publié le 21 avril 2016, dans Fantasy, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. Je suis toujours dans le second et c’est vrai que ça se traine beaucoup…

  2. J’ai bien aimé la trilogie de Fils des Brumes. En revanche, les longueurs de Sanderson sont pénible… à la longue. J’ai été assez satisfaite de la chute également.
    Elend est un personnage très creux et inintéressant. Je finissais par lire en diagonale tous ses passages, et l’histoire d’amour pfff.
    C’est vrai que je n’aurais pas été aussi sévère toutefois dans la « notation », car globalement j’ai passé un très bon moment.

    • Je suis bien d’accord en ce qui concerne Elend, le personnage se révèle fade au possible. Autant j’ai passé un excellent moment avec le premier tome, autant les deux suivants ne m’ont laissé que peu de souvenirs, à par celui de traîner en longueur…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :