Dévoreur

Dévoreur

Titre : Dévoreur
Auteur : Stefan Platteau
Éditeur : Les Moutons Électriques
Date de publication : 2015 (octobre)

Synopsis : Sommes-nous les jouets des astres ? Qu’est-ce que ces choses lointaines éveillent en nous, qui nous anime et nous pousse à agir d’une façon qui nous étonne nous-mêmes ? Au-dessus de la demeure de Vidal, l’éleveur d’ânes, une planète brille trop fort ; le comportement de cet homme paisible s’en ressent. Son amie Aube assiste, impuissante, à sa transformation. Parviendra-t-elle à l’arracher à cette influence néfaste, ou faudra-t-il attendre l’aide de Peyr Romo, le magicien des Monts de Soufre ? Dans la vallée de Pélagis, de vieux instincts s’éveillent, prêts à dévorer toute humanité dans le cœur des êtres… Une plongée dans l’âme d’un monstre, dans l’univers des Sentiers des Astres.

Note 4.5
 
Coup de coeur

Il suffit qu’un seul ogre s’en vienne pour que tous les pères cessent aussitôt d’être des valeurs sûres. L’ombre qui protège devient celle qui menace, la terre se délite sous les pieds de quelques pauvres gosses, et leurs racines les tirent au-dedans pour les étouffer. Alors tous les autres mômes lèvent vers l’auteur de leur jour des regards soupçonneux, hantés par une seule et même angoisse : Et le mien ? Est-ce qu’il choisira un jour de me croquer ?

 

Après le succès de son premier roman « Manesh », Stefan Platteau renoue avec l’univers des « Sentiers des Astres » le temps d’un bref récit, histoire de faire patienter ses lecteurs avant la sortie du second volume. L’ouvrage se suffit cela dit parfaitement à lui-même et peut donc être lu et apprécié de manière indépendante du cycle. Et il serait dommage de se priver car Stefan Platteau signe une fois encore un ouvrage remarquable. On y fait la connaissance d’une famille originaire des montagnes de Pélagis composée d’un couple et de leurs deux enfants dont le quotidien va se retrouver soudainement chamboulé par le comportement de plus en plus étrange d’un de leur ami et voisin. Malgré l’absence de son époux réquisitionné pour exercer ses compétences de mage, Aube est bien décidée à percer ce mystère et ne tarde pas à faire le lien entre l’attitude effrayante du fermier et la luminosité anormale émanant d’un astre néfaste nommé Kiavathi : le Dévoreur. Stefan Platteau nous offre avec ce roman une belle réinterprétation du mythe de l’ogre, ce géant croqueur d’enfants n’aimant rien tant qu’enlever de braves bambins à leur famille pour pouvoir s’en engraisser. Si le roman prend par bien des aspects l’allure d’un conte, cela ne l’empêche pas de ne pas chercher à épargner ses personnages qui se retrouvent au contraire confrontés à des situations forts cruelles.

L’auteur revient ici à l’essence même du mythe de l’ogre et ce n’est pas sans un frisson d’inquiétude que le lecteur assiste à la transformation progressive de Vidal en cette créature avide de chaire fraîche et dont la monstruosité ne tarde pas à se manifester de la plus atroce des façons. La fascination éprouvée pour le récit du drame qui se joue ici tient aussi en grande partie au style de Stefan Platteau qui a encore une fois porté un soin tout particulier à la qualité de sa plume. On retrouve la même sensation qu’à la lecture de « Manesh » : celle qui nous fait prendre conscience que chaque mot semble avoir été savamment choisi, chaque tournure de phrase scrupuleusement étudiée et ce afin d’aboutir à un récit le plus harmonieux et le plus immersif possible. Outre ces nombreuses qualités, l’ouvrage a également l’avantage de bénéficier d’une présentation particulièrement soignée. Si Les Moutons Électriques nous avaient déjà habitué par le passé à des ouvrages très élégants, il s’agit cette fois d’une première pour la maison d’édition puisqu’on a affaire à un format plus compact embelli de quantité d’illustrations signées Melchior Ascaride (à qui on doit aussi dernièrement la couverture de l’excellent « Véridienne »).

Dévoreur illustration

Stefan Platteau signe avec « Dévoreur » un nouveau petit bijou qui séduira aussi bien les lecteurs avides de découvrir la suite de « Manesh » que ceux n’ayant pas encore eu l’occasion de découvrir l’univers des « Sentiers des astres ». Une sortie à ne pas rater, tant pour le fond que pour la forme.

Autres critiques : Allan (FantastiNet) ; Gillossen (Elbakin) ; Lorhkan (Lorhkan et les mauvais genres) ; Oriane (La Pile à Lire) ; Xapur (Les lectures de Xapur) ; Yozone

Advertisements

Publié le 1 octobre 2015, dans Fantasy, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 6 Commentaires.

  1. Trop fantasy pour moi, mais ton avis ne me surprend pas : Les moutons électriques publie vraiment de très très bons titres !

  2. Confirmation que c’est du bon. Mais j’ai quand même envie de lire Manesh avant… 😉

  3. Je n’ai qu’un mot à ajouter à ton super billet… enfin plutôt quatre : IL ME LE FAUT ! Merci 🙂

  1. Pingback: Dévoreur – Stefan Platteau | Les Lectures de Xapur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :