Notre-Dame des Loups

Notre-Dame des Loups Hélios

Titre : Notre-Dame des Loups
Auteur : Adrien Tomas
Éditeur : Mnémos (Hélios) (fiche officielle)
Date de publication : 4 septembre 2015 (mai 2014 en grand format)

Synopsis : 1868, aux confins de l’Amérique, les Veneurs, une petite troupe d’hommes et de femmes sans foi ni loi, aux munitions forgées d’argent, l’âme froide comme l’acier, parcourent les immensités de l’Ouest sauvage.
Ils s’enfoncent, la peur au ventre mais déterminés, dans les gigantesques forêts. Ils connaissent leur mission : elle pue le sang et la mort. Elle a le son des chairs qui se déchirent et des os qui rompent, des incantations vaudou, des balles qui sifflent et des molosses qui aboient. Au loin, les premiers hurlements se font entendre. La chasse commence… Une chasse qui doit réussir quel qu’en soit le prix…
Empruntant aux westerns comme aux films d’horreur, Adrien Tomas nous emporte dans un tourbillon de neige, de sang et d’action parfaitement maîtrisée.
Avec le succès de La Geste du Sixième Royaume (prix Imaginales 2012) et La Maison des Mages, Adrien Tomas frappe de nouveau très fort avec Notre-Dame des Loups, un roman furieusement fantastique dont l’atmosphère nous plonge dans un Ouest sauvage balayé par les blizzards, aux forêts infinies hantées par nos peurs primordiales.

Note 4.0
 
Coup de coeur

Les steaks sont trop cuits, les haricots pas assez, la bière trop légère et le whiskey si coupé à l’eau que j’ai l’impression de boire du thé. Mais ça fait du bien d’avoir un repas chaud dans le bide. Quand on est Veneur, dès qu’on peut manger, on mange. Beaucoup. On fait des réserves à se faire péter le ventre, on dort, comme des bienheureux, on baise, on picole, on se repose, bref, on se refait une santé. Puis on repart, et on passe deux mois à grignoter des racines, du pemmican et du lard séché, à se traîner dans la boue et la glace et à regarder tout le temps derrière notre épaule, avec la trouille permanente de voir un Rej s’approcher de trop près.

Les conseils de ma chère et tendre m’ont encore frappé ! Oui, vous avez bien lu, les stigmates sont cuisants et, en parlant de griffes mal placées, Notre-Dame des Loups envoie du bois yo’ ! Alors ramassez vos tripes et courrez comme moi aux trousses d’Adrien Tomas et de ses comparses chasseurs de wendigos !

À l’assaut de la Forêt blanche aux confins de territoires indiens pendant la conquête de l’Ouest américain, nous suivons une petite compagnie de Veneurs (on emprunte là un terme de chasse à courre, si vous préférez), des chasseurs spécialisés lancés dans la traque argentée de la Dame, la fameuse Notre-Dame des Loups, qui lancent régulièrement lycanthropes, appelés Rej ou wendigos, contre eux. Chacun leur tour, les membres de cette vènerie vont s’exprimer et faire avancer l’histoire de cette traque qui semble sans fin. Les charmeurs et écorchés vifs Arlington, Jonas et Billy, le vieux roublard Wilhelm Würm, la rugueuse Evangeline, la troublante Waukahee Oowesha et enfin Jack, leur chef : tous vont nous exposer leurs états d’âme face à cette chevauchée fantastique, mais meurtrière.

Cette « ballade au cœur de la Forêt Blanche », comme le présente parfois l’auteur en dédicaces, n’est clairement pas de tout repos, car il respecte un principe parmi les plus fondamentaux quand on écrit un roman : devoir raconter l’histoire la plus importante du monde à faire découvrir au lecteur. C’est tout à fait le cas ici. Les personnages jouent gros, c’est peu de le dire et le lecteur s’en rend rapidement compte. D’ailleurs, une fois l’habitude prise, on repère facilement les indices égrainés par l’auteur afin de prévenir les coups de théâtre, car il y en a ; le lecteur cerne vite la structure très bien maîtrisée par l’auteur, mais qu’il se permet de tordre un peu plus tard.

Notre-Dame des Loups n’est peut-être donc pas un roman parfait, mais c’est un coup de cœur, non seulement par son ambiance particulièrement léchée, mais aussi et surtout par ses personnages sacrément bien campés.

Autres critiques : Allison (Allison Line) ; Azi (Azi Lis) ; BiblioMan(u) ; BlackWolf (Blog-o-Livre) ; Boudicca (Le Bibliocosme) ; Cécile Duquenne (SFFF Francophone) ; Célindanaé (Au pays des cave trolls) ; Dawn (Les Découvertes de Dawn) ; Gillossen (Elbakin) ; Julien (Naufragés volontaires) ; Kara (Plumes de Lune) ; Lorhkan (Lorhkan et les mauvais genres) ; Lullaby (Les histoires de Lullaby) ; Lune (Un Papillon dans la Lune) ; Miss Violette (Confiserie des Livres) ; MqlSz (MqlSz Chroniques) ; Ptite Trolle (Lectures trollesques) ; Sandrine Brugot Maillard (Mes Imaginaires) ; Seren (9ème Art) ; Xapur (Les Lectures de Xapur)

Notre-Dame des Loups

Publicités

À propos de Dionysos

Kaamelotien de souche et apprenti médiéviste, tentant de naviguer entre bandes dessinées, essais historiques, littératures de l’imaginaire et quelques incursions vers de la littérature plus contemporaine (@DenisPiel). Membre fondateur du Bibliocosme.

Publié le 4 septembre 2015, dans Fantasy, et tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. Un bon roman western fantasy punchy, coup de coeur mérité. 😉

  2. Grrrr, encore un roman que je dois sortir de ma PAL !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :