L’empire barbare, tome 1 : Thorn le prédateur

L'empire barbare 1

Titre : Thorn le prédateur
Cycle : L’empire barbare, tome 1
Auteur : Gary Jennings
Éditeur : Pocket
Date de publication : 2012

Synopsis : Ve siècle. Les hordes de Huns ont plongé l’Empire romain dans le déclin et le chaos.
Thorn, orphelin chassé des couvents et monastères ou il a grandi, parcourt l’empire à la recherche de ses origines, des vallées du Jura aux sombres forêts des Carpates et jusqu’à l’embouchure du Danube. Sa quête le mènera à Constantinople, au service du dernier héritier des Ostrogoths, Théodoric, l’ultime adversaire de Rome. Voici les mémoires de Thorn, celui qui dissimulait dans sa chair un secret qui le coupait du reste des hommes…

Note 4.0

C’est pourquoi, pour moi, toutes les religions se valent, toutes sont également valables ou absurdes, car toutes sont des mythes. Or, nul mythe ne peut prévaloir sur un autre, et ce sont les hommes qui les ont créés.

De Gary Jennings, j’avais déjà lu le formidable « Azteca », roman historique consacré à l’arrivée des conquistadors sur le nouveau Monde et à la chute de l’empire aztèque. Avec « L’empire barbare », c’est à l’effondrement d’une autre grande puissance que l’auteur nous invite à assister : celui de l’empire romain d’Occident.

Nous voici donc plongé au Ve siècle, période de profonds bouleversements au sein de l’empire qui peine à la fois à repousser les continuelles invasions barbares menaçant ses frontières, mais aussi et surtout à maintenir un semblant de stabilité politique, que ce soit en Occident ou en Orient. C’est dans ces circonstances troublées que naît le héros de ce diptyque, Thorn, abandonné à sa naissance aux bons soins d’un monastère chrétien en raison d’une « difformité » certes bien cachée mais néanmoins de taille. On apprend effectivement dès les toutes premières pages du roman et de la bouche du narrateur que notre protagoniste est ce qu’on appelle un hermaphrodite, c’est-à-dire à la fois un homme et une femme. Si on devine rapidement ce que cette double identité peut avoir de gênant et de perturbant pour le personnage, celui-ci ne tarde pas à y voir un avantage considérable et, loin d’opter pour l’un ou l’autre sexe, choisira selon les circonstances d’apparaître en tant qu’homme ou en tant que femme. Le pari est osé de la part de l’auteur mais le résultat est convainquant, le protagoniste comme le lecteur passant sans aucune difficulté d’une identité à l’autre. Personnellement j’ai seulement été quelque peu agacée de voir Thorn attribuer instinctivement certaines de ses réactions telles que la compassion, la douceur ou l’émotion à sa « nature féminine », tandis que ses actes de bravoure ou de défi ne pouvaient qu’être dus à son côté « masculin ».

L’auteur s’en tire malgré tout remarquablement bien et on ne tarde pas à suivre avec intérêt les pérégrinations du jeune Thorn qui traversera une bonne partie de l’empire romain afin de retrouver son supposé peuple d’origine : les Ostrogoths. L’occasion pour le lecteur de s’immerger complètement dans le contexte historique de cette époque : l’opposition entre chrétiens et ariens ; les conflits opposants les différents peuples évoluant au sein ou en marge de l’empire ; l’ascension de leaders charismatiques parmi ces peuplades… Gary Jennings se distingue encore une fois par la qualité de sa documentation et nous permet ainsi de revivre les dernières années de l’empire romain d’occident qui finira par tomber en 467 aux mains d’un chef « barbare ». Le lecteur sera ainsi amené à croiser au fil du récit des personnages de renom tels que l’empereur Zénon et bien sûr le roi des Ostrogoths Théodoric, qui n’en est pour le moment qu’au tout début de son parcours mais dont le destin sera étroitement lié à celui de notre héros. Les autres personnages inventés par les bons soins de l’auteur ne manquent eux aussi pas de prestance, et c’est sans difficulté qu’on s’attache au vieux mais coriace Wyrd, à la fragile princesse Amalamena ou encore à la jeune Livia. Thorn ne tarde pas lui aussi, et malgré ses défauts, à s’attirer la sympathie du lecteur qui appréciera certainement d’avoir tour à tour à faire à un héros ou à une héroïne.

 

Gary Jennings signe avec ce premier tome de « L’empire barbare » un très bon roman historique, abondamment documenté et mettant en scène un héros pour le moins atypique mais offrant un nombre incalculable de possibilités. Nul doute que le second volume, censé nous entraîner à la conquête de l’Occident dans les pas de Théodoric, sera du même acabit.

Voir aussi : Tome 2

Publicités

Publié le 23 mai 2015, dans Histoire, et tagué , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Dans ma PAL monumentale !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :