Chroniques des Nouveaux Mondes, tome 2 : Les Chants de glace

Chroniques des nouveaux mondes 2 Les chants de glaces

Titre : Les Chants de glace
Cycle : Chroniques des Nouveaux Mondes, tome 2
Nouvelles : « Labyrinthe de la nuit » ; « La Guerre des Trois Secondes » ; « Les Chants de glace » (1991) ; « Ogoun Feraille »
Auteur : Jean-Marc Ligny
Éditeur : ActuSF (Les Trois Souhaits) (fiche officielle)
Date de publication : avril 2009

Synopsis : « Chères Humaines, chers Humains, compagnons droïdes et amies droïnes, honorables Pléiadims et spirituels Hyadims, formes de vies connues, inconnues ou artificielles qui nous avez rejoints sur U-Com, je vous remercie de votre présence et de votre participation. (…) Le sujet de ce soir, vous le connaissez tous. Il y a cent ans jour pour jour, soit le 9 juillet 2328 à 10 : 37, Temps Universel, éclatait ce qui devint l’un des traumatismes majeurs de l’Humanité : la Guerre de Trois Secondes. Traumatisme ou coup de chance ? »
Le 9 juillet 2328 éclate la guerre la plus courte de l’histoire de l’humanité. Une guerre qui change la face du monde et qui, un siècle plus tard, reste encore un mystère. Mais ce soir, sous les yeux de milliards de téléspectateurs, les ennemis d’hier sont réunis pour tenter de tirer les enseignements du passé. Nouvelle phare de ce recueil, « La Guerre de Trois secondes » est sans doute l’un des meilleurs récits de Jean-Marc Ligny, l’auteur de chef d’oeuvres comme AquaTM ou Jihad. Elle est complétée ici par trois autres fabuleuses histoires de science fiction. Ou quand le futur de l’homme dans l’espace s’écrit sous nos yeux entre musique et aventure…

Note 3.0

Isaac de Samarie : Honorable, n’avez-vous pas eu l’impression d’usurper la place de Dieu, ou du moins Ses prérogatives ?
Ssszz’Irt (imperturbable) : cette notion de Dieu est très étrange et incompréhensible pour nous. Les Hyadims affirment qu’une notion similaire à existé chez eux à l’aube de leur civilisation, il y a vingt millions de vos années. Ils semblent mieux l’assimiler que nous, en tout cas elle les fait beaucoup rire.

(« La Guerre des Trois Secondes »)

Avec le deuxième recueil des Chroniques des Nouveaux Mondes de Jean-Marc Ligny chez les éditions ActuSF, c’est l’occasion d’approfondir de larges pans de son univers de space opera fortement marqué par la psychologie humaine et sa faculté à travailler au burin sa solitude.

Constatons dès le départ une forte emprise de la chronologie de ce recueil, et ce n’est pas pour rien, car nous abordons un moment fatidique de l’univers de Jean-Jacques Ligny : la Guerre de Trois Secondes. Encore une fois, les nouvelles reproduites ici ont déjà été publiées dans d’autres anthologies ou revues et avaient besoin d’un rafraîchissement pour prendre toute leur valeur ainsi rassemblés. Là encore, la solitude de la nature humaine prend beaucoup de place. Dès la première nouvelle, « Labyrinthe de la nuit » (1996), il s’agit de suivre la fuite relativement courte d’un employé ayant causé une faille monstrueuse dans l’organisation défensive de notre système solaire. Quelle ironie de mettre en parallèle les failles défensives causées par un intellect pacifiste d’un côté, et le manque de perception nécessaire pour comprendre des formes de vie trop différentes de la nôtre de l’autre !

Cet écart de compréhension est ensuite complètement pris à bras le corps dans « La Guerre des Trois Secondes » (2001). Cette longue nouvelle est ce qui constitue le sel de ce recueil et se suffit clairement à elle-même. Cent ans après, une émission de télévision interplanétaire tente de faire le point sur un événement archi-connu mais encore trouble. Les témoins s’enchaînent et Jean-Marc Ligny brosse une époque révolue dans son univers, mais pourtant proche de notre propre société, et surtout en usant d’une satire à peine cachée de nos chers médias ne courant qu’après le spectacle, le dramatique et les audiences.

Les deux dernières nouvelles de ce recueil, « Les Chants de glace » (1991) et « Ogoun Feraille » (2001), développement un autre thème récurrent, celui de la musique et notamment de sa difficile compréhension dès que nous sortons des poncifs terriens, voire des poncifs terriens dominants. Rappelons que le tournant des années 1990 fut pour l’auteur (il en parla plusieurs fois dans des interviews) une période encore psychédélique avec des noms de personnages un peu tarabiscotés et un goût pour la musique du même mouvement qui se relève ici.

Jean-Marc Ligny continuait avec ces nouvelles d’approfondir, et son univers des Chroniques des Nouveaux Mondes, et sa vision de la condition humaine, bien souvent solitaire et pathétique.

Voir aussi : Tome 1 ; Tome 3 ; La Saga d’Oap Täo

href= »https://lafaquinade.wordpress.com/2017/05/11/y-frait-beau-voir-chroniques-des-nouveaux-mondes/ »>Vil Faquin (La Faquinade)

Publicités

À propos de Dionysos

Kaamelotien de souche et apprenti médiéviste, tentant de naviguer entre bandes dessinées, essais historiques, littératures de l’imaginaire et quelques incursions vers de la littérature plus contemporaine (@DenisPiel). Membre fondateur du Bibliocosme.

Publié le 26 février 2015, dans Science-Fiction, et tagué , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :