Vostok

vostok.indd

Titre : Vostok
Auteur : Jean-Hugues Oppel
Éditeur : Rivages (Rivages/Noir)
Date de publication : 6 février 2013

Synopsis : Quelque part en Afrique, sous une chaleur étouffante, la société Métal-IK exploite les « terres rares », ces métaux stratégiques nécessaires à la haute technologie. Certaines multinationales, on le sait, ne sont pas très regardantes en matière de droit du travail. Aussi, lorsqu’une agence de l’ONU dépêche Tanya Lawrence sur place, elle n’est clairement pas la bienvenue. Face à l’hostilité générale, elle ne peut compter que sur Tony Donizzi, le guide que lui a assigné le consortium. Le climat s’alourdit vite dans la colonie minière de Métal-IK, alors qu’une autre menace, bien plus grande et moins perceptible, se profile…

Note 3.0

Un distributeur de boissons est à la disposition de tous dans ce que les architectes spécialisés en aménagement intérieur de locaux professionnels appellent un espace-détente. Pour bien créer un espace-détente il faut : une table basse, une banquette inconfortable et trois fauteuils assortis (le personnel ne doit pas s’attarder) installés dans un angle mort ou un renforcement de couloir au format mouchoir de poche (la plante verte est optionnelle).

Après Barjot ! et sa truculence sarcastique, il fallait bien que je me fasse un avis plus approfondi sur Jean-Hugues Oppel. Et son plus récent Vostok est tombé à point nommé.

Vostok met en scène Tanya Laurence, inspectrice des Nations Unies, en visite dans la société Métal-IK qui exploite les métaux rares au fin fond de l’Afrique. Huis-clos, climat aride et tensions politiques, il y a déjà du grain à moudre dans le synopsis de départ ! L’héroïne se voit affublé d’un garde du corps, Tony Donizzi dont la venue sur le site est louche, mais dont les compétences ne sont plus à prouver. Le fond de ce thriller est annoncé dès le départ par l’auteur dans l’intitulé de ses chapitres : un compte-à-rebours est lancé et personne ne sait encore d’où cela va éclater.

À grands coups d’ironie, de descriptions atypiques et de dialogues tranchants, Oppel prend un malin plaisir à dénoncer le cynisme des grandes multinationales, qui placent immanquablement leurs intérêts financiers devant les intérêts de leurs employés et de leur environnement, même proche. L’auteur dépose ça et là quelques conceptions écologiques, ce qui n’est pas désagréable, évidemment, d’autant plus qu’il le fait avec ses sous-entendus habituels sur la bêtise des règlements et l’ironie constante de nos dirigeants.

Bizarrement, la question finale après cette lecture pourrait être « L’important n’est-il pas d’aimer et de vivre heureux le temps qui nous est mis à disposition ? » Certains cherchent malgré tout à profiter de tout et de tout le monde, allez comprendre… C’est ça aussi du Oppel, dénoncer par un coup de gueule et, au fond, s’en foutre royalement !

Autres critiques : Yossarian (Sous les galets, la plage)

Publicités

À propos de Dionysos

Kaamelotien de souche et apprenti médiéviste, tentant de naviguer entre bandes dessinées, essais historiques, littératures de l’imaginaire et quelques incursions vers de la littérature plus contemporaine (@DenisPiel). Membre fondateur du Bibliocosme.

Publié le 21 décembre 2014, dans Polar - Thriller, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 5 Commentaires.

  1. Dans certaines mines de métaux rares (le truc qui fait que ton PC garde tout en mémoire quand tu l’éteins), on laisse les corps des gosses morts dans les galeries… ils y crèvent, parce que à ce niveau là, ce n’est pas mourir… et dans certaines déchèteries de tout notre matériel info et gsm, c’est tellement radioactif que ça affole les compteurs geiger et que les dents des moutons poussent à l’envers quand ils atteignent deux ans… le village ne compte plus que trois habitants… :/ je note Oppel !!

    • Oh oui, plus on produit high-tech, pire on est, je sais bien. 😥

      • Heureusement que je n’ai eu que 3 GSM dans ma vie et deux PC qui sont morts… mais je les ai encore 😀 Les deux portables vont toujours et je ne compte pas en changer avant leur mort. Celui de mon homme a 8 ans… il l’utilise encore pour surfer sur le Net tandis que le nouveau reste « propre ».

        Société de consommation, tu ne m’auras pas 😛

        Attention qu’un jour, la « routourne » tourne… comme le disait le grand philosophe Ribéry…

      • Ah, ça me fait plaisir d’entendre ça, je ne suis pas tout seul ainsi. J’adore faire plein de choses avec l’informatique, mais je fuis comme la peste les iMachin, les iTruc et les iMonCul. J’use mes ordis jusqu’à la moelle (la bidouille, il n’y a que ça de vrai). 🙂

      • Oui, les ibrol… je les aime pas non plus, ils ont utilisé des gosses, tout le monde s’en fout et veut appartenir au club des iJeTePompeTonFric parce que d’autres font la même chose pour moins cher (Huhaway, un nom dans le genre).

        Déjà les vêtements, chez nous, on les use bien… les gardant ensuite pour la campagne, quand on doit courir dans la boue avec les chiens ou nettoyer la jument qui s’est prise pour une cochonne dans un bain de boue 😆

        Mon GSM a 5 ans, il n’est plus In est la touche « ABC2 » bat la campagne, mais je m’en fiche et je ne veux pas de smartphone…

        Nous ne sommes pas seuls !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :