Trois oboles pour Charon

Trois oboles pour Charon

Titre : Trois oboles pour Charon
Auteur : Franck Ferric
Éditeur : Denoël (collection Lunes d’encre)
Date de publication : 2014 (novembre)

Synopsis : Pour avoir offensé les dieux et refusé d’endurer sa simple vie de mortel, Sisyphe est condamné à perpétuellement subir ce qu’il a cherché à fuir : l’absurdité de l’existence et les vicissitudes de l’Humanité. Rendu amnésique par les mauvais tours de Charon – le Passeur des Enfers qui lui refuse le repos –, Sisyphe traverse les âges du monde, auquel il ne comprend rien, fuyant la guerre qui finit toujours par le rattraper, tandis que les dieux s’effacent du ciel et que le sens même de sa malédiction disparaît avec eux.
Dans une ambiance proche du premier Highlander de Russell Mulcahy, Trois oboles pour Charon nous fait traverser l’Histoire, des racines mythologiques de l’Europe jusqu’à la fin du monde, en compagnie du seul mortel qui ait jamais dupé les dieux.

Note 3.5

Les dieux m’en veulent. Ils en veulent aux hommes qui, trop heureux ou trop amers, deviennent oublieux dans leurs prières. Mais, quoi qu’ils en pensent, je vais rester ici. Maintenant je suis vieux et je le dis : la ville est pour les filous. La mer pour les aventuriers. La route pour les brigands. Le champ est l’unique lieu décent pour l’homme honnête.

 

« Trois oboles pour le passeur ou une éternité de langueur ? » C’est le marché qui est proposé à chaque être humain arrivant aux Enfers par Charon, gardien désigné par les dieux pour guider les âmes des morts dans les méandres du royaume souterrain. Or, pour s’être joué de plus fort que lui, Sisyphe se retrouve éternellement privé de la possibilité de s’acquitter de son droit de passage. Si le célèbre martyr antique n’en est pas réduit à pousser éternellement un rocher au sommet d’une montagne comme le dit la légende, son sort n’est toutefois guère plus enviable. Condamné à errer sans fin parmi les mortels, déraciné et sans mémoire, le colosse va traverser les siècles, incapable de se libérer de sa malédiction. « Il n’est pas de punition plus terrible qu’une éternité de travail sans but ni espoir. L’enfer, c’est la répétition. » Si cette affirmation vaut pour le protagoniste, il n’en est pas de même pour le lecteur qui suit pour sa part avec intérêt ces perpétuels allers-retours de Sisyphe entre le monde des morts et celui des vivants, et ce à des époques et des lieux toujours différents, de l’Antiquité à un monde futuriste en passant par les VIIIe et XVIe siècles, les froides régions du nord, les déserts d’Afrique…

Outre l’originalité de son scénario, le roman séduit avant tout par la qualité de la plume de son auteur. Franck Ferric possède un sacré sens de l’épique et nous offre de sublimes scènes de bataille opposant le colosse à différentes armées. Car un autre aspect de la malédiction dont il est victime implique que la guerre le trouvera toujours, où qu’il soit, quand que ce soit. Le chapitre consacré à son bref passage au sein de troupes saxonnes attaquées par les armées franques est notamment particulièrement saisissant et ravira les amateurs de récits épiques à la Bernard Cornwell. Les moments de confrontation entre Sisyphe et Charon sont également très réussis, pleins de tensions et de sous-entendus qui rendent si complexe la relation entretenue entre le damné et son geôlier. Le roman n’est toutefois pas exempt de tout défaut et on pourrait notamment lui reprocher la distance continuellement maintenue entre le lecteur et les protagonistes. Bien que l’on suive l’histoire avec intérêt, on se soucie finalement peu du sort de Sisyphe et de Charon pour lesquels on peine à éprouver une quelconque empathie.

 

Franck Ferric signe avec « Trois oboles pour Charon » un bon roman qu’apprécieront sans doute les amateurs d’histoire et qui propose une réinterprétation intéressante du mythe de Sisyphe. Merci à Babélio et aux éditions Denoël de m’avoir fait découvrir cet auteur dont je lirai les prochains écrits avec intérêt.

Autres critiques : Bruno Para (NooSFere) ; Jean-Philippe Brun (L’ours inculte) et Xapur (Les Lectures de Xapur)

Publicités

Publié le 11 décembre 2014, dans Fantasy, et tagué , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. J’avais beau lire le titre encore et encore et je voyais « trois oboles pour CHACUN » et je ne captais pas… jusqu’à ce mon cerveau arrête sa grève 😆

    Il me donne envie de prendre des notes… 😉

  1. Pingback: Trois Oboles pour Charon – Franck Ferric | Les Lectures de Xapur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :