Le jardin des silences

Le jardin des silences

Titre : Le jardin des silences
Auteur : Mélanie Fazi
Nouvelles : Swan le bien nommé ; L’arbre et les corneilles ; Miroir de porcelaine ; L’autre route ; Les Sœurs de la Tarasque ; Le pollen de minuit ; L’été dans la vallée ; Le jardin des silences ; Née du givre ; Dragon caché ; Un bal d’hiver ; Trois renards
Éditeur : Bragelonne (L’autre)
Date de publication : 2014 (novembre)

Synopsis : Un bal secret au cœur de l’hiver, une violoniste dont les notes soulèvent le voile des apparences, une dresseuse d’automates dépassée par sa création : à travers ces douze textes ciselés, découvrez ou retrouvez l’univers envoûtant de Mélanie Fazi, auteure rare à la plume délicate, qui joue des mots-émotions avec une justesse bouleversante.

Note 4.0

 C’est incroyable, un être humain. Ça paraît si petit, fragile, instable. Mais ça peut contenir acide et magma et rester entier. De l’extérieur, on aperçoit à peine quelques lézardes. Ça peut pourrir de l’intérieur et continuer à marcher. (Le jardin des silences)

 

Après « Notre-Dame-aux-écailles » et « Serpentine », le nouveau recueil de nouvelles de Mélanie Fazi ne fait que confirmer le talent de l’auteur dont la plus grande force réside en sa capacité à réveiller le mystère et la poésie des lieux les plus ordinaires ou des situations les plus glauques. Réenchanter notre quotidien : voilà ce que permettent les textes de Mélanie Fazi.

Les rues de Paris, une aire d’autoroute, un atelier, une simple chambre… : tout devient objet de fascination sous la plume de l’auteur qui nous fait don ici de onze textes desquels se dégage une grande sensibilité. Sensibilité que l’on retrouve chez ses personnages féminins, héroïnes souvent au bord de la rupture dont la confrontation avec le fantastique va leur permettre de panser leurs blessures. C’est le cas dans « Trois renards », texte magnifique et très émouvant dans lequel une jeune femme entretenant une relation destructrice avec son compagnon va trouver la force nécessaire pour s’en sortir grâce à sa musique, ou plus précisément grâce aux êtres qu’elle parvient à invoquer avec ses mélodies. Même émotion et même souffrance dans « Le jardin des silences » où une trentenaire va revivre par le biais d’un jardin fantastique un événement tragique de son adolescence. Mais si ce qui sort de l’ordinaire peut se révéler une bénédiction, comme dans les deux nouvelles précitées, cela peut aussi avoir l’effet inverse. L’héroïne de « L’été dans la vallée » se passerait bien, par exemple, de cette voix sans âge et très étrange dont on lui a fait don à la naissance et qui l’entrave à sa région natale. Idem pour l’artiste de « Miroir de porcelaine » dont le talent va finir par se retourner contre elle.

Pour ce nouveau recueil, l’auteur est également allée puiser à la source des contes, et notamment ceux des frères Grimm dont elle se réapproprie à merveille à la fois l’enchantement mais aussi la cruauté. C’est notamment le cas dans « Swan le bien nommé », nouvelle dans laquelle une jeune fille et son frère se retrouvent confrontés à la nouvelle compagne de leur père, une marâtre pas comme les autres qui possèdent de drôle de pouvoirs… J’ai également beaucoup apprécié « Née du givre », texte très bref mais qui nous fait parfaitement ressentir toute la détresse du personnage et la cruauté de ce qu’elle est en train de vivre. Mais rassurez-vous, le recueil compte également quelques nouvelles plus sereines, notamment deux qui ont pour thème commun les fêtes de Noël. Dans « L’arbre et les corneilles » on assiste par exemple au déroulement d’une tradition familiale émouvante réservée aux futures mamans et réveillant une foule de souvenirs liés à cette période. C’est aussi un rite hivernal qui va apporter un peu de paix à l’héroïne de « Un bal d’hiver », dont le chagrin éprouvé suite à la mort prématurée de sa mère va lui permettre de se lier avec l’étrange voisine de la nouvelle demeure de son père.

 

On ressort de la lecture des textes de Mélanie Fazi comme d’une douce rêverie, à la fois émerveillé mais aussi, d’une certaine façon, apaisé. « Le jardin des silences » est donc une nouvelle belle réussite pour l’auteur dont la plume demeure toujours aussi poétique et les histoires aussi captivantes. Sans doute l’une des meilleures auteurs de fantastique aujourd’hui.

Autres critiques : BlackWolf (Blog o Livre), Cachou (Les Lectures de Cachou), Efelle (Les Lectures d’Efelle), Gillossen (Elbakin), Gromovar (Quoi de Neuf sur ma Pile ?), Lhisbei (RSF Blog), Lorhkan (Lorhkan et les mauvais genres), Oriane (La Pile à Lire), Ptite Trolle (Lectures trollesques), Sylvain Bonnet (ActuSF) et Xapur (Les Lectures de Xapur)

Publicités

Publié le 17 novembre 2014, dans Fantastique, et tagué , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 3 Commentaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :