La Fractale des raviolis

La Fractale des raviolis

Titre : La Fractale des raviolis
Auteur : Pierre Raufast
Éditeur : Alma
Date de publication : 21 août 2014
Récompenses : Prix colombien 2015 du premier roman

Synopsis : Il était une fois une épouse bien décidée à empoisonner son mari volage avec des raviolis. Mais, alors que s’approche l’instant fatal, un souvenir interrompt le cours de l’action. Une nouvelle intrigue commence aussitôt et il en sera ainsi tout au long de ces récits gigognes.
Tout ébaubi de voir tant de pays, on découvre les aventures extraordinaires d’un jeune garçon solitaire qui, parce qu’il voyait les infrarouges, fut recruté par le gouvernement ; les inventions stratégiques d’un gardien de moutons capable de gagner la guerre d’Irak ; les canailleries d’un détrousseur pendant l’épidémie de la peste à Marseille en 1720 ou encore la méthode mise au point par un adolescent sociopathe pour exterminer le fléau des rats-taupes.
Véritable pochette surprise, ce premier roman ajoute à la géométrie rigoureusement scientifique, la collision jubilatoire du probable et de l’improbable.

Note 3.5

J’aurai voulu le tuer. C’est le cas de le dire. Pour une fois que ce connard mettait le pied dans ma cuisine, c’était pour gâcher mon plan diabolique. Les salauds ont la vie dure.

La Fractale des raviolis est à déguster d’une traite ! Comme Pierre Raufast vous le suggère allègrement avec des chapitres aussi courts que percutants, gobez chaque historiette avant d’en découvrir le sens ou l’origine dans la suivante.

Décidément, les éditions Alma me permettent de découvrir des récits osés et originaux. Après le recherché American Gothic de Xavier Mauméjean et le plus émotif Versant féroce de la joie d’Olivier Haralambon, La Fractale des raviolis de Pierre Raufast consiste en une succession de petites intrigues dites « gigognes » car elles se contiennent les unes les autres. Un souvenir, une justification, un rappel, n’importe quel événement peut servir de transition, mais il y en a toujours une.

Nous démarrons et nous terminons avec une épouse trompée déterminée à éliminer son mari grâce à des raviolis maison, un souvenir interrompt son geste. C’est le début de nos allers et retours dans des intrigues décousues mais qui sont autant de récits courts se suffisant à eux-mêmes. Dans cet enchaînement qu’il justifie dans l’autoportrait clôturant cet opus, l’auteur réussit à glisser des histoires qui lui tiennent à cœur ou bien des sortes de contes à la morale claire, sachant que nous retrouvons des lieux proches de nous que l’auteur connaît bien comme la ville de Marseille ou le Massif central (vous pouvez visiter son blog par ici). Ainsi, nous voguons d’un bar à hôtesses à l’ermitage reculé d’un stratège militaire, de la cité phocéenne en proie à la peste de 1720 à des interrogatoires où le détecteur de mensonges est un enfant voyant les infrarouges, voire même d’un arnaqueur de vieilles dames à un jeune garçon exterminateur de rats-taupes !

Les pages défilent très vite, car le rythme est soutenu et les personnages intrigants. Nous devinons, par habitude, qu’il survient à un moment donné un choc dans leur vie, d’autant plus que chacun semble déterminé par un souvenir, par un rappel à son passé, à agir de manière troublante. Notons que nous tombons régulièrement sur des sociopathes ce qui rend parfois le récit plutôt sanglant ou, pour le moins, malsain. Mais c’est bien trouvé et surtout cela constitue un vrai bon moment de lecture.

La Fractale des raviolis, malgré son titre racoleur qui peut faire peur, ne déçoit pas. Nous pouvons comprendre qu’il est compliqué d’étirer davantage une telle forme d’écriture. Je suis donc ravi d’accueillir ce petit volume très sympathique dans ma courte collection Alma, merci à eux.

Autres critiques : Elora (Lire par Elora) ; Hilaire Alrune (YoZone) ; Mokamilla (Au milieu des livres)

Aujourd’hui on n’invente plus grand-chose. Celui qui détient l’armement le plus performant détruit les infrastructures de l’autre. Et l’autre réinvente la guérilla urbaine avec des moyens du siècle dernier. Et ça s’enlise. Et ça traîne… Au moins, du temps d’Alexandre le Grand ou de Jules César, ça avait de la gueule. Quarante mille soldats face à face dans un grand champ. La victoire dépendait de la tactique, de vrais choix de positions, d’attaques, de défenses. Une partie d’échecs puissance dix. Aujourd’hui, sur les cartes d’états-majors, nous ne faisons qu’imiter ou reproduire les figures héritées de quelque trois mille ans d’expérience.

Advertisements

À propos de Dionysos

Kaamelotien de souche et apprenti médiéviste, tentant de naviguer entre bandes dessinées, littérature de l’imaginaire et quelques incursions vers de la littérature plus contemporaine (@DenisPiel). Membre fondateur du Bibliocosme, également chroniqueur dans La Tête en l'Ère (ImaJn'ère), dans Les Chroniques de l'Invisible et sur Radio G!.

Publié le 16 octobre 2014, dans Récit contemporain, et tagué , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :