Fées, weed et guillotines

Fées, weed et guillotines

Titre : Fées, weed et guillotines
Auteur : Karim Berrouka
Éditeur : ActuSF
Date de publication : 2014 (mai)
Récompenses : Prix Elbakin 2014 (meilleur roman français)

Synopsis : La dernière fois que Jaspucine a mis un pied dans le monde des hommes, elle en a littéralement perdu la tête : la Révolution française n’a pas été une période très profitable pour les créatures féeriques. Sauf pour Zhellébore, l’enfoirée qui l’a envoyée à l’échafaud. La vengeance étant un plat qui se mange froid, Jaspucine est bien décidée à retrouver la traîtresse. Même si pour cela elle doit s’attacher les services d’un détective. Mais à force de remuer ciel et terre, c’est sur une conspiration bien plus grande que la fée et l’enquêteur vont tomber.

Note 2.5

C’est qui ?
-Des emmerdes…
-Mais encore ?
Aucune réponse. Deuxième photo.
-Et elle ?
-La suite des emmerdes.
On avance à grands pas… Troisième photo.
-Et elle ? Encore des emmerdes, je suppose ?
-Encore plus d’emmerdes. »
Indéniablement, il y a un schéma général qui se dégage.

Fées, weed et guillotines… Avec un titre pareil, inutile de préciser que Karim Berrouka entend à nouveau jouer la carte de l’humour comme il avait déjà pu le faire avec son recueil de nouvelles à l’appellation toute aussi déjantée (« Les ballons dirigeables rêvent-ils de poupées gonflables »). Et de ce point de vue là nous sommes parfaitement servi, l’auteur nous proposant un mélange de féerie, d’histoire et de polar, le tout dans une ambiance complètement timbrée. Jugez plutôt : le récit nous amène à faire la connaissance d’une certaine Jaspucine, fée en mission dans le monde des hommes pour le compte de sa Reine qui lui a confié l’ardue mission de retrouver l’un de ses marmots. Et comme la dite fée a déjà sacrement merdé lors de sa précédente enquête jusqu’à finir décapitée sous le nom de Charlotte Corday en 1793, autant dire qu’elle a plutôt intérêt à ne pas foirer sur ce coup-ci. Pour l’aider, une équipe de choc constituée d’un détective privé à l’esprit plutôt vif, d’un agent d’un service de police spécialisée dans les crimes bizarroïdes, d’une brute épaisse, et (le meilleur pour la fin) d’un intello n’ayant aucune expérience du terrain mais particulièrement efficace dès qu’il est question de faire usage de son cerveau. Pas de quoi s’ennuyer, pensez-vous, malheureusement une fois la surprise des cent premières pages passées c’est pourtant bien ce qui guette le lecteur.

Malgré toute la bonne humeur et l’enthousiasme de l’auteur, j’avoue ainsi être ressortie très mitigée de cette lecture qui, sans être dénuée de quelques qualités, souffre cela dit d’un certain nombre de défauts dont il est difficile de faire abstraction. Parmi les points positifs : les personnages (barrés à souhaits), les dialogues (mordants et plein d’humour), et les passages consacrés à la Révolution française qui, bien que ne donnant pas beaucoup de détails, constituent une étape intéressante du roman sur laquelle j’aurais apprécié que l’auteur s’attarde davantage. Car au-delà des qualités évoquées, ce qui pêche avant tout dans ce récit, c’est l’intrigue. Ça part dans tous les sens, les rebondissements se révèlent souvent chaotiques, les révélations tombent parfois à plat, bref, si le cadre et les personnages mis en scène par l’auteur ne manquent pas de charme, le récit, lui, peine à captiver. C’est d’ailleurs d’autant plus dommage que Karim Berrouka avait déjà mis en scène les personnages du roman dans une autre nouvelle publiée récemment dans une anthologie consacrée à la légende arthurienne (« Lancelot ») qui, elle, s’était révélée très réussie. Un mot, pour finir, concernant la plume de l’auteur qui, bien que faisant souvent mouche, en arrive parfois à devenir un peu lassante, la faute à des métaphores ou des parallèles hasardeux et surtout beaucoup trop répétitifs.

Avec « Fées, weed et guillotines », Karim Berrouka signe un roman déjanté, à mi chemin entre le polar et le conte de fée qui, malgré d’indéniables qualités, ne sera pas parvenu à me séduire. Dommage, car certaines des idées de l’auteur ne manquent pas d’attraits, ni ses personnages d’intérêts.

Autres critiques : BlackWolf (Blog O Livre), Caput Mortuum, Célindanaé (Au pays des cave trolls) ; Gillossen (Elbakin) ; Noé Gaillard (Daily Books) ; Stelphique (Mon féérique blog littéraire)

Advertisements

Publié le 6 juin 2014, dans Fantasy, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :