Lancelot

Lancelot

Titre : Lancelot
Auteurs : Nathalie Dau (« Le Donjon noir ») ; Fabien Clavel (« Lancelot-Dragon ») ; Lionel Davoust (« Le meilleur d’entre eux ») ; Armand Cabasson (« Le vœu d’oubli ») ; Anne Fakhouri (« Je crois que chevalerie y sera ») ; Thomas Geha (« La tête qui crachait des dragons ») ; Franck Ferric (« Les Gens des pierres ») ; Jeanne A. Debats (« Lance ») ; Karim Berrouka (« Pourquoi dans les grands bois, aimé-je à m’égarer ? »)
Éditeur : ActuSF
Date de publication : 2014 (avril)

Synopsis : Lancelot est le plus grand des chevaliers de la Table ronde mais aussi celui dont le destin est le plus tragique lorsqu’il trahit Arthur, son roi, en tombant amoureux de Guenièvre. Loyal, pur et traître, il ne cesse de nous interroger depuis des siècles, se réinventant à chaque époque. Neuf auteurs confirmés de l’imaginaire se sont emparés de sa figure pour lui inventer de nouvelles aventures, donnant un éclairage nouveau à ce personnage résolument moderne. Neuf éclats de son âme. Et un peu de la nôtre.

Note 3.0

Le Graal, c’est la quête elle-même, mon roi. C’est elle qui résonnera à travers les siècles et rendra la Table ronde immortelle. Mais pour chaque lumière, il faut une ombre. Un traître, une tragédie contre qui unir la haine ; afin que le reste demeure pur. Les symboles ne servent pas les dieux mais les hommes. Un idéal qui perdure n’est plus un idéal. » (Lionel Davoust – Le meilleur d’entre eux)

 

Lancelot du Lac est un de ces personnages de légende dont on connaît tous aujourd’hui et le nom et l’histoire. Fils du roi Ban élevé par la Dame du lac et appelé à devenir le meilleur chevalier de la Table ronde, proche compagnon d’Arthur qui échouera à s’emparer du Graal et s’éprendra de la reine, participant ainsi à la chute de Camelot, Lancelot est un personnage atypique, bourré de contradictions, sur lequel la littérature ne se lasse pas depuis des siècles de s’interroger. C’est à l’occasion du festival Zone Franche qui se déroule à Bagneux depuis maintenant cinq ans que les éditions ActuSF ont décidé de rendre hommage à ce personnage phare de la légende arthurienne par le biais d’une anthologie réunissant les textes d’auteurs français réputés dans le domaine des littératures de l’imaginaire, qu’il s’agisse de Fabien Clavel, Anne Fakhouri, Lionel Davoust ou encore Jeanne A. Debats. Des valeurs sûres, donc, qui nous font sans surprise don de nouvelles toutes plutôt sympathiques et qui feront passer aux lecteurs amateurs des littératures de l’imaginaire (et aux fans de la légende arthurienne en particulier) un bon moment de lecture.

Avant de m’attarder plus en détail sur quelques unes des nouvelles présentes au sommaire, je me permettais cela dit de soulever un léger bémol, notamment en ce qui concerne le contexte choisi par les différents auteurs qui, pour la plupart, situent l’action dans un royaume sur le déclin, pourrissant, voire déjà au-delà de toute salvation. Un choix compréhensible, même s’il aurait, à mon humble avis, pu être intéressant d’également découvrir le personnage à l’apogée de sa gloire, et non pas seulement au plus bas, rejeté et haï de tous. De même, j’ai souvent eu l’impression de toujours avoir plus ou moins à faire au même Lancelot : droit, voire parfois un peu trop rigide, preux, pieux, désespéré d’avoir échoué et trahi… Même si ce portrait est bien évidemment le reflet des nombreux écrits consacrés à la légende des chevaliers de la Table ronde de part les siècles, il aurait cela dit une fois encore été intéressant que certains des auteurs se détachent un peu plus du mythe d’origine pour donner vie à un Lancelot plus original, plus surprenant (je pense à titre d’exemple au Lancelot de « La saga du roi Arthur » de Bernard Cornwell qui dépeint le chevalier comme un véritable lâche, habile à tromper son monde et bien éloigné de la légende).

Parmi les nouvelles les plus réussies, quatre se distinguent particulièrement à mon goût : les deux premières mettent en scène Lancelot aux prises avec la légende et l’inéluctabilité de son destin, les deux suivantes prennent place dans un cadre plus contemporain et sont écrites dans un style beaucoup plus incisif et sur un ton volontiers humoristique. Avec « Le meilleur d’entre eux », Lionel Davoust amorce avec succès une véritable réflexion sur l’importance du personnage de Lancelot dans la légende. Légende dont il questionnait déjà l’essence même dans une autre nouvelle, « L’île close », dans laquelle les personnages du mythe ne cessaient de reproduire encore et encore les mêmes actes, sans pouvoir échapper au rôle que leur avait attribuée l’histoire. La nouvelle nous offre également un bel aperçu de l’amour unissant Lancelot et Guenièvre, tout en réussissant à ne pas laisser Arthur de côté. Pari tout aussi réussi pour Armand Cabasson et sa nouvelle « Le vœu d’oubli » dans laquelle on découvre un Lancelot amnésique car ayant fait le choix d’effacer sa mémoire afin de ne pas commettre l’irréparable et trahir son roi. L’auteur insiste là encore sur l’impossibilité pour le chevalier, et au-delà de tous les autres figures de la légende, d’échapper à son destin.

Les deux textes qui clôturent l’anthologie baignent dans une ambiance radicalement différente du reste de l’ouvrage et figurent à mon sens parmi les plus abouties. C’est notamment le cas du « Lance » de Jeanne A. Debats qui reprend ici le héros de son précédent roman « Métaphysique du vampire ». On retrouve donc Navarre, vampire au service du Vatican dans les années 1930, à qui on confie cette fois la mission d’aller tirer Lancelot de son sommeil éternel sur l’île d’Avalon afin de lui faire affronter une menace redoutable réveillée par un certain Hitler. Un texte bourré d’humour qui déconstruit le mythe du chevalier parfait et met en scène un protagoniste particulièrement attachant (je vous conseille d’ailleurs les autres nouvelles de l’auteur consacrée à Navarre et parue dans diverses autres anthologies, le personnage vaut le détours…). Toute aussi déjantée, la nouvelle de Karim Berrouka (« Pourquoi dans les grands bois, aimé-je à m’égarer ? ») met cette fois en cette une équipe de quatre policiers à qui l’on confie une enquête pour meurtre et qui vont finalement se retrouver en pleine forêt à assister à la lutte sans merci que se livrent depuis des siècles les chevaliers Lancelot et Gauvain.

Une anthologie divertissante rendant un bel hommage à ce personnage ambiguë de la légende arthurienne par le biais de certains des auteurs les plus en vogue au sein des littératures de l’imaginaire. A ceux qui seraient passionnés par le sujet je conseillerais également les excellents « De Brocéliande en Avalon » et « Et d’Avalon à Camelot », deux autres anthologies dirigées par Lucie Chenu a qui on doit d’ailleurs la postface de ce sympathique « Lancelot ».

Autres critiques : Claire (Mon Coup de Crayon)

Publicités

Publié le 29 avril 2014, dans Fantasy, et tagué , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :