Le bâtard de Kosigan, tome 1 : L’ombre du pouvoir

Le Bâtard de Kosigan L'ombre du pouvoir

Titre : L’Ombre du pouvoir
Cycle : Le Bâtard de Kosigan
Auteur : Fabien Cerutti
Éditeur : Mnémos (Icares)
Date de publication : février 2014

Synopsis : Le chevalier assassin, Pierre Cordwain de Kosigan, dirige une compagnie de mercenaires d’élite triés sur le volet. Surnommé le « Bâtard », exilé d’une puissante lignée bourguignonne et pourchassé par les siens, il met ses hommes, ses pouvoirs et son art de la manipulation au service des plus grandes maisons d’Europe.
En ce mois de novembre 1339, sa présence en Champagne, dernier fief des princesses elfiques d’Aëlenwil, en inquiète plus d’un. De tournois officiels en actions diplomatiques, de la boue des bas fonds jusqu’au lit des princesses, chacun de ses actes semble servir un but précis.
À l’évidence, un plan de grande envergure se dissimule derrière ces manigances. Mais bien malin qui pourra déterminer lequel…

Note 4.0

Celui qui vit par l’épée finit presque toujours par s’en prendre une dans le ventre. Il y a là comme une sorte de règle.

Rencontré au Salon du Livre de Paris 2014, Fabien Cerutti y présentait avec vivacité et générosité (et oui !) son premier roman de fantasy paru chez Mnémos, le Bâtard de Kosigan : L’Ombre du pouvoir.

D’ores et déjà, que peut-on demander à un bon roman de fantasy historique ? Un aspect fantasy assumé, quelque soit les biais utilisés pour cela, ensuite une incrustation crédible au sein de la trame historique dans lequel il prend place, et enfin, évidemment, un ou plusieurs personnages, inventés pour l’occasion, qui tirent leur épingle du jeu. Et puis, s’il y a un certain talent d’écriture pour lier le tout, c’est évidemment un bonus bienvenu. Pour chacun de ces critères tout à fait personnels et parfois fluctuants, ce Bâtard de Kosigan remplit tout à fait son office et on lit en peu de temps ces aventures de Pierre Cordwain de Kosigan au cours du mois de novembre de l’an de grâce 1339.

L’aspect fantasy de ce roman est de deux types : tout d’abord, nous pénétrons dans une certaine uchronie, nous y reviendrons, et ensuite, nous voyons poindre ça et là quelques allusions à l’utilisation de la magie (très réglementée cela dit) et à l’apparition de certaines créatures ou peuplades bien connues comme des elfes, des orcs ou des « changepeaux », et bien d’autres même s’ils sont surtout abordés de manière plutôt allusive pour l’instant. L’incrustation dans la trame historique classique est, elle, largement foisonnante. Agrégé d’histoire certes, mais surtout passionné par l’Europe du XIVe siècle, Fabien Cerutti développe tous les aspects possibles et imaginables d’un chevalier, assassin et mercenaire, usant de diplomatie et de combat pour s’imposer dans la politique franco-bourguignonne des années 1330. Si les scènes de tournoi resteront en mémoire un petit bout de temps, la profondeur du récit est surtout facilitée par les connaissances de l’auteur. Économie, politique, quotidien : les détails ne manquent pas pour se faire une idée plus que précise de ce monde (l’aspect « manuel historique » irait plutôt bien avec la récente charte graphique des éditions Mnémos d’ailleurs, soit dit en passant), d’autant que l’ensemble est déroulé avec une fluidité très agréable, et c’est avec une légère déception que nous pourrions découvrir que ce monde est en fait une variante issue du jeu de rôle Neverwinter Nights. Toutefois, et ça n’enlève évidemment rien aux qualités stylistiques, évocatrices et enjouées, et après précision apportée par l’auteur, il s’agit bien d’un module créé par lui-même. Enfin, il y a en effet un personnage surtout qui fend le récit comme il fait plier les boucliers de ses adversaires. Qu’ils soient chevaliers, assassins ou héritières bien dotées (les doubles sens sont toujours intéressants), ils sont peu à avoir les moyens de résister aux assauts du Bâtard de Kosigan. Coups bas, stratégies en tous genres, diplomatie affûtée et sourires ravageurs, quels atouts n’a-t-il pas d’autant qu’il multiplie les alliés en tous genres et aux pouvoirs très particuliers ? Heureusement, il se crée en conséquence des ennemis à sa hauteur.

C’est finalement des détails plus ou moins notables qui pourront agacer de temps en temps et (à peine) gâcher l’ensemble de cette aventure. Pour poursuivre sur le personnage principal, ce Bâtard de Kosigan semble bien invincible – serait-ce une dérive de rôliste ? – et les rares fois où il peut être surpris sont balayées par les révélations des derniers chapitres. De plus, justement, la fin peut laisser un goût amer (notamment, le chapitre 78, pour être tout à fait précis, qui m’a profondément déçu), tant du point de vue de l’image des femmes que des intentions du personnage principal. D’ailleurs, notons que l’action en 1339 se déroule sur uniquement 10 jours ! et que de péripéties en si peu de temps ! Enfin, je finis par un maillon cruellement manquant de cette critique : Kergaël de Kosigan. Ce personnage intervient quasiment dans un chapitre sur deux avec des lettres destinées à ses proches ou ses collaborateurs ; or, il se trouve qu’il est le descendant du fameux Bâtard et qu’il vit à la toute fin du XIXe siècle ! Le parallèle est intéressant, d’autant que ce personnage est largement attachant, allant de découvertes en découvertes dans son travail de « professeur-archéologue-aventurier ». Malheureusement, le peu de liens tangibles entre les deux lignes scénaristiques est vraiment dommageable, la fin venant à peine rectifier cela, même si nous pouvons au moins deviner une résolution commune dans une éventuelle suite. C’est donc une très bonne idée, ce descendant, au vu des dernières révélations, mais une idée qui sous-entend des liens véritables plus forts que ce que nous avons, pour l’instant, l’occasion de lire.

Cette Ombre du pouvoir au sein de la saga du Bâtard de Kosigan vaut donc le coup, c’est certain ; même si la fin peut paraître agaçante, le héros trop puissant et certains choix non justifiés, les sous-entendus, le style et les péripéties, eux, rendent l’ensemble très agréable à la lecture, et c’est bien là l’essentiel.

Notons que si vous voulez suivre au plus près l’actualité de ce roman et de son auteur, il suffit de se rendre sur le site personnel du Bâtard de Kosigan et dans son Château.

Voir aussi : Tome 2

Autres critiques : Apophis (Le culte d’Apophis) ; Belgarion (Elbakin), Boudicca (Le Bibliocosme), Jean-Philippe Brun (L’ours inculte), Kissifrott (Le Dévoreur de Livres), Hervé (Temps de Livres), Ptite Trolle (lectures trollesques), Stelphique (Mon féérique blog littéraire) et Torospatillo (Fant’Asie).

Publicités

À propos de Dionysos

Kaamelotien de souche et apprenti médiéviste, tentant de naviguer entre bandes dessinées, essais historiques, littératures de l’imaginaire et quelques incursions vers de la littérature plus contemporaine (@DenisPiel). Membre fondateur du Bibliocosme.

Publié le 22 avril 2014, dans Fantasy, et tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. ça me semble intéressant, mais puisque je ne peux pas tout lire (dommage) je me dois de laisser tomber 😦

  1. Pingback: L’ombre du pouvoir – Fabien Cerutti | Le culte d'Apophis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :