La horde du contrevent

La horde du contrevent

Titre : La horde du contrevent
Auteur : Alain Damasio
Éditeur : La Volte / Folio SF
Date de publication : 2004 / 2007
Récompenses : Grand Prix de l’Imaginaire 2006

Synopsis : Un groupe d’élite, formé dès l’enfance à faire face, part des confins d’une terre féroce, saignée de rafales, pour aller chercher l’origine du vent. Ils sont vingt-trois, un bloc, un nœud de courage : la Horde. Ils sont pilier, ailier, traceur, aéromaître et géomaître, feuleuse et sourcière, troubadour et scribe. Ils traversent leur monde debout, à pied, en quête d’un Extrême-Amont qui fuit devant eux comme un horizon fou. Expérience de lecture unique, La Horde du Contrevent est un livre-univers qui fond d’un même feu l’aventure et la poésie des parcours, le combat nu et la quête d’un sens profond du vivant qui unirait le mouvement et le lien.

Note 5.0

Qu’importe où nous allons, honnêtement. Je ne le cache pas. De moins en moins. Qu’importe ce qu’il y a au bout. Ce qui vaut, ce qui restera n’est pas le nombre de cols de haute altitude que nous passerons vivants. N’est pas l’emplacement où nous finirons par planter notre oriflamme, au milieu d’un champ de neige ou au sommet d’un dernier pic dont on ne pourra plus jamais redescendre. N’est plus de savoir combien de kilomètres en amont du drapeau de nos parents nous nous écroulerons ! Je m’en fiche ! Ce qui restera est une certaine qualité d’amitié, architecturée par l’estime. Et brodée des quelques rires, des quelques éclats de courage ou de génie qu’on aura su s’offrir les uns aux autres.

Ils sont vingt-trois. Vingt-trois hommes et femmes en quête de l’Extrême-Amont et de l’origine du vent qui balaie leur monde d’un bout à l’autre. Alain Damasio nous entraine sur les traces de la neuvième Horde et de ses membres dans un roman d’une puissance et d’une beauté époustouflante. L’auteur nous propose un univers fascinant et d’une originalité folle dans lequel on plonge dès les premières pages pour n’en plus ressortir. Chaque idée est exploitée avec un talent et une intelligence absolument remarquable, qu’il s’agisse de l’intrigue, des personnages, du décor, du style et même de la pagination ou encore de la typographie (chaque paragraphe débute par un symbole associé à l’un des protagonistes qui prennent chacun leur tour la parole).

On voyage grâce à Monsieur Damasio qui nous fait découvrir des paysages fascinants, tour à tour sauvages, impressionnants, étranges ou accueillants : la magnifique cité aérienne d’Alticcio, l’imposant et désespérant massif de Norska, l’Extrême-Amont… Certaines scènes figurent parmi les plus belles et les plus intenses qu’il m’a jamais été donné de lire. Aussi vous ne manquerez pas de vous souvenir du voyage et des festivités à bord de l’Escadre Frêle, vaisseau d’une nature tout à fait particulière ; de la traversée par la Horde de la Flaque de Lapsane, étendue d’eau croupie et de marais plein de dangers et de mystères (« Fontaine je ne boirais pas de ton eau… ») ; du magistral duel littéraire de Caracole et Sélème maniant les palindromes, anaphores et autres figures de style de la langue française comme personne ; des retrouvailles entre les membres de la Horde et la génération qui les a précédé…

Mais la plus grande qualité du livre reste ses personnages, tous d’une telle humanité et d’une telle profondeur qu’ils ne peuvent que nous bouleverser : on rit avec eux, on pleure, on craint, on se dépasse, on apprend, on s’attache, on espère… Difficile d’oublier Golgoth, ses fêlures, sa volonté de fer et son langage fleuri ; Caracole et son tempérament joyeux, ses jeux de mots, ses taquineries, sa complexité ; Sov et ses doutes, ses petites attentions et sa gentillesse ; la petite Aoi et son amour pour Steppe ; le prince Pieto Della Rocca, la soigneuse Alme, le combattant Erg Machaon, l’aéromaitre Oroshi et tant d’autres encore…

Rarement un livre m’aura tant marqué et tant bouleversé, alors merci Monsieur Damasio pour ce chef d’œuvre que je ne risque pas d’oublier. A ceux qui seraient eux aussi tombés sous le charme, je ne peux que vivement vous encourager à découvrir (si ce n’est pas déjà fait) « La Zone du Dehors », premier roman de l’auteur et sans aucun doute le meilleur ouvrage de science-fiction qu’il m’ait été donné de lire.

Autres critiques : Aelinel (La bibliothèque d’Aelinel) ; Jean-Philippe Brun (L’Ours inculte) ; Kissifrott (Le Dévoreur de livres) ; Sia (Encres & Calames) ; Zeb (Sans farine)

Publicités

Publié le 23 février 2014, dans Fantasy, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 5 Commentaires.

  1. Oh le beau livre !! Le très beau et bon livre !! Un bijou !

  2. Dire que je n’ai toujours pas lu « la Horde »… Je vais me rattrapper bientôt, c’est décidé !

  1. Pingback: La Horde du Contrevent d’Alain Damasio | La Bibliothèque d'Aelinel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :