Walking Dead, tome 19 : Ezechiel

Walking Dead, tome 19 : Ezechiel

Walking Dead, tome 19 : Ezechiel

Titre : Ezechiel
Série : Walking Dead, tome 19
Scénariste : Robert Kirkman
Dessinateur : Charlie Adlard
Éditeur : Delcourt (Contrebande)
Date de publication : 29 janvier 2014 (2013 en VO chez Image Comics)

Synopsis : Maggie apprend à vivre sans Glenn et essaye d’être forte pour leur futur bébé. Pendant ce temps, Rick met au point un plan pour se débarrasser de Negan qui ne convainc guère Michonne : faire alliance avec le roi Ézéchiel et son tigre. Arriveront-ils à déjouer les plans perfides du sociopathe Negan ? Pour l’heure, ce dernier vient récolter son dû à la Colline, accompagné de plusieurs Sauveurs…

Note 4.0

Désolé, Rick, mais… Lucille va avoir sa vengeance !

Le premier des trois tomes VF de Walking Dead de l’année 2014 est arrivé, et ça fait du raffut ! Negan, le nouvel homme fort des communautés de survivants, a dégainé sa Lucille dans le tome précédent, et il s’agit maintenant de panser ses plaies pour certains, de ruminer sa vengeance pour d’autres, de fourbir ses armes pour ceux qui restent.

Chagrins, peine et esprit de revanche, telles sont les ficelles habituellement utilisées par Robert Kirkman pour faire rebondir ses personnages. Cela se confirme avec ce dix-neuvième tome (épisodes 109 à 114 en VO) qui embraye sur un rythme lent et verbeux comme a pu longtemps nous habituer l’auteur. C’est pour nous l’occasion de retrouver des personnages un peu éparpillés entre différentes communautés et entre différents états d’esprit parfois peu compatibles. Une Maggie désemparée, un Rick revanchard, un Carl buté, un Ezechiel jovial, une Michonne incomprise : la galerie de personnages est toujours aussi développée et chacun d’eux voit son passé, même furtivement, être reposé intelligemment, que ce soit dans ses regrets ou dans ses projets.

Cette première phase de préparation à l’action future est avant tout magnifiée par les différentes poses clinquantes prises par ces personnages dès qu’ils déblatèrent une réplique cinglante. Ainsi, Charlie Adlard sait magnifier certaines scènes en nous offrant des pleines pages très prenantes, grâce notamment à son art des ombres et lumières et à un jeu subtil sur les yeux des personnages. Attention tout de même, certains seront surpris de voir un changement certain d’apparence concernant Carl, mais il évolue, il grandit, il s’assombrit, il fallait bien appuyer cette progression. Toutefois, ce n’est pas Carl qui fait, ce coup-ci, le sel de l’intrigue principale durant ce tome, mais bien Rick, l’éternel narrateur de cette série au long cours.

En effet, devant l’imminente nécessité de répondre à la violence de Negan et de son groupe, le leader-né de nos chers survivants se lance dans une opération « coup de poing » des plus risquées, qui peut toujours mener aux pires atrocités d’un côté comme de l’autre. Mais alors, et les morts-vivants dans tout cela, me direz-vous ? Ce n’est pas une surprise, ils sont toujours autant une simple toile de fond propice à faire ressortir les plus bas instincts du genre humain, celui des véritables zombies que sont les survivants. Dans ce tome-ci, c’en est tellement flagrant que ces créatures n’apparaissent en tout et pour tout qu’une seule et unique fois !

Ce (déjà !) dix-neuvième tome engage donc, sous la forme d’une montée notable en adrénaline, la préparation d’une période particulièrement mouvementée pour le groupe de survivants assemblé autour de Rick. Le slogan « We’re going to war ! » semble raisonner dans toutes les têtes, en bien ou en mal c’est ce qui fait le goût des dialogues, mais dans tous les cas, le sang ne risque pas de s’arrêter de couler. Laissons d’ailleurs le suspens concernant la provenance des tripes qui maculent la couverture…

Voir aussi : Tome 1 ; Tome 2 ; Tome 3 ; Tome 4 ; Tome 5 ; Tome 6 ; Tome 7 ; Tome 8 ; Tome 9 ; Tome 10 ; Tome 11 ; Tome 12 ; Tome 13 ; Tome 14 ; Tome 15 ; Tome 16 ; Tome 17 ; Tome 18 ; Tome 20 ; Tome 21 ; Tome 22 ; Tome 23 ; Tome 24Tome 25 ; Tome 26 ; Tome 27

Autres critiques : Allan Dujipérou (Fantastinet)

Publicités

À propos de Dionysos

Kaamelotien de souche et apprenti médiéviste, tentant de naviguer entre bandes dessinées, littérature de l’imaginaire et quelques incursions vers de la littérature plus contemporaine (@DenisPiel). Membre fondateur du Bibliocosme, également chroniqueur dans La Tête en l'Ère (ImaJn'ère), dans Les Chroniques de l'Invisible et sur Radio G!.

Publié le 30 janvier 2014, dans Horreur, et tagué , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :